Habitations

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Habitations

Message par Mestivoï le Jeu 6 Oct - 7:46

Des maisons, et la plupart sont même meublées !
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Mestivoï le Jeu 6 Oct - 10:51

S'il entendit qu'on le suivait, Mestivoï n'en montra rien. Peut-être aussi parce qu'il ne faisait pas spécialement attention et ne craignait pas d'être suivi... Après tout, qu'importe, puisqu'il cherchait à se forger une réputation.

Il s'arrêta devant une porte en particulier. Avant toute chose, il passa sa main sur le bois, comme pour le caresser. Il eut un sourire en voyant son alliance. Pour l'éternité...

A l'intérieur du bâtiment, il pouvait entendre des bruits légers et discrets. Qui que ce soit qui habitait là-dedans, c'était réveillé. Le vampire n'hésita pas un instant, il frappa de manière vigoureuse sur la porte, jurant aussi tôt sous la douleur. Il avait oublié qu'on avait écrasé ses doigts peu de temps auparavant... Foutu "Loup Noir"... Il se vengerait un jour, c'était sûr. Un jour.

Un son de pas se fit entendre, et la porte s'ouvrit. Un être humain. Grand, relativement jeune. Peut-être la quarantaine, mais c'était un maximum. Son regard était encore endormi, mais légèrement curieux.

Trop facile...

- Bonjour, je m'appelle Mestivoï Nezvanovitch Slaviata, commença celui-ci d'une voix relativement forte.

L'homme haussa un sourcil interrogateur, se demandant sûrement ce qu'il pouvait bien y trouver d'intéressant. Mais il trouverait cela intéressant, c'était forcé...

- Vampire. Enchanté, finit-il d'un ton plus bas et entrant dans la maison avant que l'homme ne lui claque la porte au nez.

Et tout en fermant la porte, sans la vérouiller pour autant, il sourit, dévoilant volontairement ses canines. Il aurait bien joué un peu plus, mais son jeûne avait assez duré. Surtout que la fille ensanglantée de tout à l'heure ne l'avait pas aidé à se calmer. Alors avant que l'homme n'ait eu le temps d'attraper une quelconque arme, Mestivoï fut sur lui.

Il prit soin de laisser ses canines transpercer délicatement la carotide, sans la déchirer totalement comme une bête sauvage. Et le sang coula. Il ne dut pas maintenir longtemps sa proie avant qu'elle ne perde l'envie de combattre. Après tout, elle perdait trop de sang, et ce trop rapidement. Il n'avait pas remarquer qu'il avait faim à ce point, mais c'était plus fort que lui, il ne pouvait pas se contenter de laisser couler ce précieux liquide dans sa gorge, il devait l'aspirer, le gober sans même le déguster. Quel gâchis...

Il empêcha le corps sans vie de s'écrouler au sol, et prit soin de le placer sur l'un des fauteuil, face a un dessin le représentant, lui et une femme. Proprement, le vampire lécha juste la plaie, récoltant la goutte de sang s'en étant échappée. Il l'abandonna alors, le laissant dans une situation où il semblait juste endormi.

Une femme...

Mestivoï rit. Ce serait plus que ce qu'il n'avait besoin. S'il se souvenait bien, la chambre était au fond du couloir, à droite. Il s'y dirigea silencieusement, encore euphorique de son précédant repas et espérant le suivant.

C'est avec une joie non feinte qu'il trouva effectivement une femme, allongée sur le lit, encore endormie. En toute honnêteté, elle n'était pas tellement belle. Des pommettes un peu trop hautes, un nez courbé vers le bas...

Toujours silencieusement, il s'approcha d'elle et entreprit de la réveiller en douceur. Il commença en passant délicatement sa main sur une des joues chaudes. Peut-être était-ce cette chaleur qui donnait toute sa saveur au sang... Elle finit par soupirer en se tournant vers la main.

- Erik... souffla-t-elle.

Toujours lentement, il se pencha vers elle, jusqu'à ce que ses lèvres soient presque contre l'oreille de la femme.

- Je ne suis pas Erik, lui murmura-t-il en retour avant de se pencher vers la gorge.

Il ne fit pourtant que l'effleurer de ses dents, mettant une pression juste insuffisante que pour réellement percer la peau de manière à se nourir, tout en étant assez que pour qu'un fin sillon de sang s'écoule lentement, lui faisant comprendre qui il était. Ou ce qu'il était. Il l'entendit distinctement prendre une inspiration brusque, et ne manqua pas l'accélération soudaine de son pouls. Au moment où elle allait se mettre à crier, il plaqua sa main contre sa bouche, l'empêchant de dire quoi que ce soit. Alors seulement, il abandonna ses manières doucereuses. De son autre main, il attrapa la cheveux de sa proie et l'éloigna fermement de lui pour qu'elle puisse le voir.

Ce qu'il lu dans son regard lui plu. Elle était tellement plus belle ainsi, les yeux écarquillés, les veines ressortant dû à l’afflux de sang précipité...

Il sourit.

Elle blêmit mais ne chercha même pas à se dégager. Pourquoi n'essayait-elle pas de fuir ? Elle avait peur, ça se voyait, alors...

Le vampire soupira de frustration en la voyant commencer à pleurer. Manque de chance, elle se résignait déjà à mourir. Inintéressant. Il tira une nouvelle fois sur la chevelure, mais pour la rapprocher de lui cette fois-ci, et il mordit.

A la différence de l'autre humain, il prit son temps, dégustant plus. Le sang coulait dans sa gorge par vague, au rythme des battements de coeur. Il avait cet arrière goût et cette senteur si unique... Contrairement à son mari, elle avait eu peur pendant un certain temps. Le peu de sang ayant coulé avant avait pu faire sortir cette odeur prenante de fer, mélange de sang et de sueur, cette odeur de peur. Ou de mort.

Mestivoï ferma les yeux, oubliant tout ce qu'il pouvait bien se passer, se concentrant uniquement sur ce sentiment grisant de plénitude que lui apportait l'acte de se nourrir. Complètement inconscient du petit garçon venant d'entrer dans la pièce, ou de quiconque d'autre entrant d'ailleurs. Seule comptait cette femme, et ce qu'elle lui apportait à l'instant même.
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Cassandra le Ven 7 Oct - 5:40

Poussée par la curiosité de voir ce qu'il se passait à l'interieur, Cassandra s'avança vers la porte de la maison dans laquelle le vampire était entré.
Peut-être que cet homme avait des amis dans cette maison ? Et qu'elle pourrait le faire chanter pour obtenir quelques informations annodines... Après tout, ce n'était pas grand chose. On faisait souvent du chantage dans cette merveilleuse contrée. Non ?

La vampire poussa délicatement la porte. Porte pratiquement démontée vu ... Comment le vampire l'avait claquée.
Cassandra eût un mouvement de recul. L'entrée donnait directement sur le salon... Et sur un fauteuil.
Interessant. Ce n'était donc pas un de ses ami qui vivait ici. Ou alors un ... Ancien ami. Bon, il avait mangé, maintenant, la Nymidël pouvait y aller.
Mais quelque chose l'arrêta. L'odeur du sang. Non pas celui de l'homme mais une autre.
Et elle apperçu alors, dans un cadre, le dessin d'un couple... Et plus bas celui d'un petit garçon.

Oh, il les avait sûrement vu. Tuer des personnes anonymes sans savoir qui elles sont, c'était facile. Et même bon. Mais tuer une famille... Bon, elle avait des infos à entendre. Pas le temps de s'appitoyer.
Sans plus de réflection, Cassandra prit la porte de droite. Et faillit tribucher sur un petit garçon. Apparemment paralysé. Enfin, cela était plutôt normal vu le spectacle qui s'offrait à lui. La vampire passa devant lui et regarda l'homme qui buvait le sang de sa mère. Le petit serait choqué à vie. Dommage pour lui.

Elle toussota. Il ne se retourna pas. Mais Cassandra eût l'impression qu'il ressenti une sorte de frisson.

Je devrai peut-être ne pas me frotter à un autre vampire.
Elle attrapa discrètement sa dague en argent. '' Au cas où''.
- Désolée de vous déranger dans vôtre sadique expérience qui consiste à boire le sang de toute une famille... Mais nous n'avons pas fait connaissance. La moindre des politesses serait de vous présenter.
Cette fois, il se retourna. Et la vampire sourit, les canines un peu plus allongées que coutume à cause de l'odeur du sang. Elle avait finalement envie de jouer. Elle rangea sa dague en argent à porté de main et en prit une normale. Peut-être était-elle aussi folle que lui. Surtout avec le gamin à présent caché derrière sa jupe. Sa maudite jupe qui l'empêchait de bouger facilement.
- Enchantée, dit-elle, faisant tournoyer sa dague entre ses mains.
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Mestivoï le Ven 7 Oct - 7:40

Petit à petit, le flot de sang se tarit, et la femme expira pour la dernière fois,son corps perdant rapidement sa chaleur tandis que lui, au contraire, se sentait brûlant comme en été, exposé au soleil. Le toussotement de Cassandra le fit sortir de sa transe.

Il se releva alors, lentement, dégustant la dernière petite gorgée de sang, la faisant rouler sur sa langue pour en tirer toutes les saveurs... Il replaça calmement la femme sur le lit, passant sa main dans les longs cheveux de manière à ce que le visage de la morte soit comme auréolé, le tout en écoutant discrètement la femme. Il finit par avaler cette dernière gorgée, et, enfin, il se tourna vers son interlocutrice.

Une vampire. En robe. Avec une arme à la main. Plaisante situation...

- Mestivoï Nezvanovitch, du clan Slaviata, salua-t-il en s'inclinant légèrement, sans la quitter des yeux. Et, excusez mon manque de courtoisie, Gente Dame, mais bien qu'enchanté de vous rencontrer, je me demandais qui vous étiez, vous qui vous permettez d'interrompre mon repas ?

Alors seulement, il vit une petite tête blonde dépasser de l'arrière des jupons de la jeune fille. Dès qu'il croisa son regard, le petit se cacha à nouveau entièrement. Mestivoï haussa un sourcil.

- Excusez à nouveau mon impolitesse, est-ce votre... Infant caché derrière vous ? questionna-t-il avec une surprise non feinte.

N'ayant pu l'observer longtemps, il n'avait pas eu le temps de déterminer s'il s'agissait d'un vampire. Mais vu la manière dont il s'accrochait à la robe de cette femme... N'avait-on pas idée... Les créer si jeune ! Il ne lui vint pas à l'esprit qu'il puisse s'agir de l'enfant du couple qu'il venait d'assassiner. Un manque d'expérience, sûrement.

Il s'accroupit alors, de manière à être au niveau du petit.

- Bonjour toi, commença-t-il. N'aie pas peur, tu peux venir près de moi...

Il lui fit d'ailleurs un sourire maladroit, dévoilant des dents aussi blanches que s'il ne venait pas de se nourrir.
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Cassandra le Ven 7 Oct - 10:43

- Mestivoï Nezvanovitch, du clan Slaviata, salua-t-il en s'inclinant légèrement, sans la quitter des yeux. Et, excusez mon manque de courtoisie, Gente Dame, mais bien qu'enchanté de vous rencontrer, je me demandais qui vous étiez, vous qui vous permettez d'interrompre mon repas ?
Elle n'eût pas le temps de répondre qu'elle vit déjà le vampire hausser un sourcil.
- Excusez à nouveau mon impolitesse, est-ce votre... Infant caché derrière vous ?
Ah... Il croyait que c'était son enfant. Et Cassandra n'était pas au bout de ses surprises. Le dénommé Mestivoï s'agenouilla.
- Bonjour toi, ditt-il. N'aie pas peur, tu peux venir près de moi...
Il vient de manger ses parents et il lui demande de...
Ah oui, c'était vrai. Il le prenait pour son enfant. Peut-être n'était t-il pas aussi monstrueux qu'elle ne le pensait. Il savait apparemment faire preuve de courtoisie. Courtois, et galant. Qualitées rares chez la plupart des vampires qu'elle avait croisés jusqu'ici...

Cassandra rangea doucement sa dague.
Le vampire sourit, dévoilant ses canines d'un blanc immaculé, et faisant sursauter un peu plus l'enfant. Il ne s'en prendrai pas à un gosse, à la finale.
L'enfant en question tira sur son bras. Cassandra se pencha vers lui. Il lui demanda seulement pourquoi le ''monsieur'' avait des dents longues.
Elle jeta un regard maladroit à l'homme pour voir s'il avait entendu, et soupira en se relevant. Cet enfant n'avait même pas conscience que ses parents étaient morts. Ou peut-être était-il tout simplement en phase de dénit ! Et puis mince, ce n'était pas à une vampire de s'occuper d'un petit garçon.
Cassandra fit un rapide révérence tout en se demandant... Si elle allait donner son vrai nom au vampire. Mais elle ne dirai sûrement pas que c'était l'enfant du jeune couple. Elle ne dirait rien. Sa décision prise, elle hôcha la tête, puis retoruva la parole.
- Veuillez me pardonner d'interrompre ainsi vôtre repas. Cassandra de Nym, continua-t-elle sans une hésitation. Et si, pour me faire pardonner, je vous offrai un verre ?
Elle pensa à l'emmener à la Taverne Maudite, mais peut-être aurait-elle de nouveau des problème avec le gérant. Elle devrait pourtant passer chez Lenne pour déposer l'enfant. La suite de ses paroles furent une totale improvisation et feignirent la curiosité :
- Nous pourrions discuter de ce qui vous ammène ici. Je ne vous ai jamais vu dans le coin ?
Cassandra regarda avec étonnement la petite frimousse blonde passer devant elle et déclarer inconsciemment :
- Il y'a plein de verres dans l'armoire du salon.
Et bien... Elle reporta son attention sur le Salviata. Elle aurait tout de même préféré ''boire'' quelque chose dans un endroit plus... Peuplé.
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Helian Liadon le Dim 9 Oct - 8:09

Helian manqua de tomber à genoux.
Qu'est-ce que ? Comment cela avait-il pu arriver ? Comment avait-il pu ne pas s'en rendre compte ?
Shân était allongé sur le lit, livide, squelettique et... vieux.
Quelle égoïsme... Oublier que le temps passait. Shân qu'il connaissait depuis 50 ans... 50 ans... C'était un miracle qu'il soit encore en vie à 70. Shân était Ohstan, et non Drow, ou Fils du Vent...
Une larme se brisa sur le sol.
- Shân...
Une voix faible lui répondit.
- Inutile... De t'en vouloir. N'oublie pas... qui tu es... Tu es l'Errant... ne regrette pas...
- Comment as-tu fait pour...
- Je t'attendais... Toi seul peut réciter convenablement... ce poème. Je ne veux pas mourir... sans l'avoir écouté... une dernière fois...
- Je le ferai.
- Maintenant, laisse-moi me reposer. Ce sera... pour cette nuit.

Helian resta planté une heure durant, incapable du moindre geste, devant son ami qui dormait. Ce poème... Aurait-il la force de le réciter ? Porter un deuil était suffisant, mais deux à la fois ? Shân...
Une heure durant, il se rappela les moments qu'il avait vécu en la compagnie de l'Oshtan...
Il le ferait ! Qu'il porte mille deuils ou deux, il le réciterait. Son ami avait attendu ce poème, il ne pouvait le lui refuser. Cet ultime cadeau, il ne lui appartenait pas de l'en priver...

Puis il sortit de la pièce et descendit de l'escalier, pour voir comment se portait l'hybride. Le jeunot venait de finir de la soigner apparemment. Du bon boulot. Pas d'onguent, ni d'herbes ou de plantes médicinales. Mais des bons bandages. À l'Oshtan. Et le petit n'avait pas hésité une seconde apparemment. Il avait la trentaine après tout... Et encore ici... Ce petit bout d'homme forçait au respect. Beaucoup auraient quitté leur maison pour vivre par eux-même, abandonnant leurs parents, comme l'avait fait Helian, d'ailleurs... Mais pas lui. A trente ans, à la moitié de sa vie, il veillait encore sur son père. Shân devait se haïr pour forcer son fils à faire cela, alors qu'il avait quitté son propre foyer dès sa majorité pour partir en quête de liberté...
- Alors ?
Le jeune sourit, amusé.
- Elle voulait être soignée avec des herbes, mais n'a pas eu le temps de tout m'expliquer avant de tomber dans les pommes. Dans tout les cas, je l'aurais soigné comme ça...
- Désolé pour mon entrée un peu brusque...
- Pas de souci. Je ne t'avais jamais vu avant, mais j'ai compris d'après les descriptions de toi que m'avait données mon père.
- Il t'a parlé de moi ?
- Bien sûr. Il t'a toujours tenu en grande estime. Mais il n'a pas voulu me dire qui tu étais avant que tu le rencontres, bien qu'il le sache très bien...
Helian ferma les yeux. Inutile de se sermonner, il était trop tard. Se concentrer sur le présent...
- Amène une civière, on va transporter la gamine en haut, avec ton père, cela nous épargnera d'avoir à veiller sur eux séparément.
Le fils de Shân acquiesça et ils transportèrent précautionneusement la fille en haut.
- Tu n'es pas obligé de surveiller si tu veux, je peux m'en occuper.
- C'est gentil, mais je vais le faire quand même... C'est mon père après tout...
La jeune fille se réveilla avant la soirée, mais ils l'empêchèrent de quitter son lit, qui était voisin à celui de Shân. Il fallait qu'elle se repose. Ils lui firent signe de rester silencieuse et de se reposer.
Le soir arriva.
Soudainement, Shân ouvrit les yeux.
- Allons sur le toit.
Grâce à la large trappe permettant l'accès au toit par un escalier, ils purent transporter le vieil homme dans la civière jusqu'au toit. La fille pouvait marcher, mais Helian préféra l'aider à se déplacer, pour éviter qu'elle ne tombe accidentellement.
Le soleil se couchait.
Shân, allongé sur la civière, murmura faiblement.
- Il est temps.
Alors Helian commença à réciter, tandis que Shân regardait vaguement le ciel.
Ton vaisseau, Pirate, a illuminé la mer !
Alors qu'Helian récitait, une sorte d'écho accentua sa voix. Le poème semblait être prononcé par dix personnes à l'unisson, d'un ton triste, grave et mélancolique, tel celui d'un chant funéraire à la mort d'un roi.
Le Vent... Helian ne le remercierait jamais assez pour ce qu'il lui offrait.

Scintillant comme une déesse de Lumière,
La Nef Blanche a vogué une dernière fois,
Ensemble reposent maintenant corps et bois.

À Naustri, tout commença et tout a fini.
À Naustri, ce lumineux vaisseau tien tu fis.
À Naustri, avec cette Blanche Nef tu gis.

De tes dix capitaines, six y ont sombré.
Haïn d'entre eux le plus Gai, le Fidèle Eldré,
Le Mélancolique Phranan, le Noble Endril,
Niran le Fils des Eaux, l'Insaisissable Gil !

Les autres, regrettant de n'avoir été là,
Guettent le jour où parmi eux tu reviendras.
Le matin où ton sabre tu rebrandiras,
Et où de tes pas ta Nef tu refouleras.

Et, toujours, le Rusé Senar, la Flèche Anthran,
L'Invincible Tenra et le Fort Kernidan,
Patiemment, attendent ton retour, Azaran !


Au dernier mot, Shân ferma paisiblement les yeux, et soupira.
C'était fini...
Helian lutta pour empêcher sa voix de se briser, et murmura.
- Repose en paix, mon ami.


Après avoir embaumé le corps, ils enterrèrent le corps dans le tombeau des profonds souterrains sous la cave. Là où gisaient ses parents.
La jeune fille retournée se reposer, Helian et le fils de Shân s'assierent dans la même salle et veillèrent, incapables de dormir. Pas après ça...
- Petit, qui était ta mère ?
- Une femme qu'a connu mon père. Elle est partie après m'avoir mis au monde... Vous pouvez m'appeler Varn.
- Que vas-tu faire, maintenant ?
- Je ne sais pas... Probablement continuer à tenir cette auberge. Me trouver une femme... Mais quant à faire un fils...
- Je comprends... Mais n'en veux pas à ton père, il te reste bien des années à vivre...
- Moins qu'à vous... Rassurez-vous, je ne lui en voudrai pas. Il a toujours été particulier, mais je n'aurai pas souhaité avoir un autre père... A ce propos, vous qui vivez si longtemps, avez-vous un enfant ?
- L'Errant n'a pas d'enfant, Varn.
- Mais dites-moi... Ce poème si connu... alors il était de vous ?
- ... Oui.
- Alors vous avez connu Azaran ?
- ...
- Excusez-moi...
Ce n'est pas grave... Mais n'en parlons plus, c'est assez.


Le matin, ils permirent à l'hybride de partir, maintenant qu'elle pouvait tenir debout sans trop de problèmes.
Alors qu'elle s'apprêtait à partir, Helian lui adressa la parole, l'air grave.
- Attends. Petite... N'oublie pas que tu as une dette envers moi. En échange... Je veux que tu supprimes quelqu'un. Son nom est Melkion. Tu devrais le trouver à la Cité Frontalière. Et ne tarde pas...

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Mestivoï le Sam 15 Oct - 23:50

En toute honnêteté, Mestivoï fut déçu lorsque la vampire rangea sa dague

Puis l'enfant posa sa question, et il grimaça. Un humain, un vulgaire humain ne pouvant même pas imaginer qu'il puisse avoir une audition suffisamment bonne que pour pouvoir entendre sa phrase. Un humain... Dans un sens, cela voulait dire qu'elle n'avais pas bravé cet interdit là. De l'autre...

- Veuillez me pardonner d'interrompre ainsi vôtre repas. Cassandra de Nym, continua-t-elle sans une hésitation. Et si, pour me faire pardonner, je vous offrais un verre ?

Cassandra de Nym.

Avait-il seulement entendu parler d'un "de Nym" avant ça ? Il y avait bien le clan des de Namyr, mais il doutait qu'ils aient changé leur nom ou que l'un de ces pleutres soit sortit de leur grotte. Donc, elle était une vampire solitaire. A approfondir...

Quant à prendre un verre... il venait de se nourrir ! Elle pensait vraiment qu'il avait encore soif ?

- Nous pourrions discuter de ce qui vous amène ici. Je ne vous ai jamais vu dans le coin ? reprit-elle.
- Je suis ici chez moi, répondit-il automatiquement.

Sa maison. C'était sa maison. Ces êtres humains étaient chez lui. Il n'avait fait que récupérer son bien. Sa maison...

Ensuite le gosse sortit de sous les jupes de sa protectrice en déclarant qu'il y avait plein de verres dans l'armoire du salon.

Pour qui se prenait-il, ce morveux ? Le vampire eut une soudaine expression de dégoût, puis il remarqua que Cassandra le regardait.

- Vous êtes ici chez moi, qu'importe ce que cet Humain peut dire, annonça-t-il avec un sourire d'excuse.

Il sortit alors vivement de la chambre, passant également devant la vampire, sans un regard en arrière pour le cadavre allongé sur le lit. Il arriva rapidement dans le salon, où l'enfant avait vue sur son père, assis dans un fauteuil, l'air toujours endormi malgré sa pâleur.

Le jeune humain se saisit de trois verres et d'une bouteille de vin pendant que Mestivoï invitait Cassandra à s'asseoir autour de la table, d'un geste de main, saisissant lui-même l'une des chaises. Deux verres furent posés sur la table, le troisième atterrit sur une table basse, à côté du macchabée, ce qui fit esquisser une sourire d'amusement sur le visage du Slaviata.

Il reporta alors son attention sur Cassandra.

- Dites-moi, jeune damoiselle, que puis-je pour vous ? s'enquit-il alors sans quitter son air enjoué. Après tout, il est rare d'être suivi par un vampire qui ne cherche pas à se nourrir... Depuis quand me suivez-vous d'ailleurs ? J'avoue, à ma grande honte, avoir été quelque peu distrait ces derniers temps...

Il saisit alors son verre, voyant avec surprise l'enfant s'asseoir avec eux à table.
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Cassandra le Dim 16 Oct - 3:24

-Vous êtes ici chez moi, qu'importe ce que cet Humain peut dire, annonça-t-il avec un sourire d'excuse.

Après cette unique phrase, Mestivoï se rendit dans le salon, connaissant le chemin par coeur. En effet, cela devait être son ancienne habitation. Cela expliquait pourquoi il s'était rendu sans une hésitation dans cette habitation-là.
Cassandra suivit le vampire, et, sous l'invitation de celui-ci, prit un siège. Elle leva un sourcil enjoué, après tout, il avait vraiment l'air d'être chez lui. Comme s'il n'avait pas tué ses résidents actuels.
- Dites-moi, jeune damoiselle, que puis-je pour vous ? s'enquit-il alors sans quitter son air enjoué. Après tout, il est rare d'être suivi par un vampire qui ne cherche pas à se nourrir... Depuis quand me suivez-vous d'ailleurs ? J'avoue, à ma grande honte, avoir été quelque peu distrait ces derniers temps...
Elle allait répondre quand elle vit l'enfant s'asseoir avec eux.
Il commençait à l'agacer.
Elle l'ignora cependant, prenant son verre et le portant à sa bouche... Et s'arrêta net. La vampire regarda de plus près le breuvage tout en répondant à la question précédente.
- Et bien ... Depuis la porte de la ville, bien entendu, dit-elle d'un ton presque serieux. Hum. Plus serieusement, cela ne serait pas assez mysterieux si je vous le disais. Et vous seriez sûrement déçu. Quant à ce que vous pouvez pour ...
Alors le gosse n'était pas si inconscient que ça. Il y'avait de la poudre d'argent dans le vin. La vampire se tourna vers l'enfant, ses yeux verts presque luisants. Il tourna sa petite tête innocente vers elle, et Cassandra sortit sa dague.
Elle lui trancha la gorge. Dire qu'elle avait penser une minute à se préoccuper de cette petite chose. Ce n'était peut-être pas un raison pour le tuer.
- Il n'avait plus d'avenir. Et je n'aime pas qu'on essaye de me tuer,dit-elle d'une voix sèche en essuyant sa dague.
Elle se retourna vers le vampire, il avait l'air... Habitué. Mais un peu étonné. Tout comme elle. Il fallait vraiment qu'elle apprenne à contrôler ses émotions passagères.
- Donc. Cela doit faire un temps que vous n'êtes pas retourné ici. Auriez-vous des nouvelles de l'exterieur ? Je veux dire par là, que c'est il passé récemment au niveau de nos... Cher chefs de clan ?
La question était plutôt large, et si celui que je recherche était son chef ... Non, trop peu probable. , elle aurait de la chance en percevant son nom.
Cassandra se leva, ouvrit la porte du placard et apperçu une bouteille de vin plutôt réputé.
- Ne préfereriez vous pas du blanc ? La poudre d'argent n'est pas à mon goût.

Il n'avait peut-être plus soif, vu son diner, mais elle ne manquerait sûrement pas de boire de cette merveille.
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Mestivoï le Dim 16 Oct - 4:13

Depuis la porte de la ville ? L'avait-elle également suivi en prison ? Le vampire se surprit à sourire en faisant tourner le liquide carmin dans le verre. Alors, dans ce cas-là, le cadavre devant l'entrée... Peut-être était-ce elle ? Aucune certitude, mais les vampires ne se baladant quand même pas à tous les coins de rue, c'était probable.

Et soudainement, le sortant de ses pensées, la vampire sauta sauvagement sur le gosse. Finalement, peut-être que ce n'était pas elle qui s'était nourrie sur le garde...Sauf qu'elle ne fit cela que pour l'égorger, envoyant du sang dans toute la pièce.

Mestivoï posa son verre avec calme, ignorant à moitié les paroles de son interlocutrice. Il se leva et repoussa le petit corps du bout du pied, afin de l'éloigner de la table sans se salir. Puis, il ouvrit quelques étagères au hasard avant de trouver un petit drap pouvant faire l'affaire. Il essuya calmement sa main droite, ayant été éclaboussée pour ce meurtre, puis le redéposa, sans même le présenter à Cassandra, et retourna à sa place.

- Vous tuez souvent la progéniture de nos proies ? Ce gamin, bien que méprisable par sa nature, nous était indispensable en un sens. Et le fait qu'il tente de nous assassiner était intéressant, commença lentement le vampire en se rasseyant.

Il reprit le verre de rouge en main, comme si rien ne s'était passé. Il ne comptait de toute façon pas le boire.

- Vous êtes une vampire étrange. Vous pénétrez chez moi sans ma permission. Vous tuez quelqu'un m'appartenant de droit, et ce sans aucune finesse, si vous me le permettez. Vous me demandez des nouvelles de "nos" clans alors même que je ne connais pas le vôtre. Il est vrai que je suis relativement jeune, il est donc normal que mon nom ne vous dise rien. Cependant... Je suis un Slaviata. N'en avez-vous donc jamais entendu parler ? questionna-t-il avec une note de surprise et de mépris. Sachez néanmoins qu'en tuant l'enfant, vous avez enfreint notre 27ème règle ainsi que prouvé une mécompréhension de la 48, selon mon clan, bien entendu. Vous êtes... l'une des nôtres. En conséquence, je n'ai pas l'autorité nécessaire pour vous en tenir rigueur. Mais je vous en prie, parlez-moi donc du vôtre, de clan..., proposa-t-il avec un air ironique.

Cela avait pris du temps, mais la mère Avdotya avait finit par réussir à lui faire rentrer tous les noms, descriptions et petites lubies de chaque clan. Il faut dire qu'elle avait de bons arguments. Des arguments parfois douloureux. Et les "de Nym" n'en faisait définitivement pas partie. Pourtant, Dieu seul sait comme la vieille était bien informée, allant jusqu'à vérifier les informations par elle-même.

Sans compter les autres...

Combien de fois avait-il maudit les Anciens l'obligeant à apprendre toutes ces choses, à pouvoir les réciter sans y penser, à y référer n'importe quand, n'importe où. Et les règles des Slaviata... La liste était longue, très longue. Parfois contradictoire, souvent absurde, mais il les respecterait, jusqu'à sa mort définitive, il les respecterait, par respect pour sa Famille.

- Le blanc se trouve dans la deuxième armoire, près de la porte, finit-il. Mais du peu que j'en ai vu, ce n'est pas un très bon.

--------------------------------

[HJ : Je dois être cinglé, j'ai réellement créé une liste de règles pour les Slaviata, juste pas encore finie...]
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Cassandra le Lun 17 Oct - 7:08

- Vous tuez souvent la progéniture de nos proies ? Ce gamin, bien que méprisable par sa nature, nous était indispensable en un sens. Et le fait qu'il tente de nous assassiner était intéressant, commença lentement le vampire en se rasseyant.
Cassandra la regarda, mi-surprise, mi-joviale par la réaction qu'elle attendait tant. Il aurait été trop facile qu'un vampire lui livre ses informations sans broncher.
La vampire ne dit mot, sûre qu'il allait continuer. Elle regarda cependant le cadavre recouvert par un linge blanc. Elle aurait pû faire cela avec un peu de classe.

- Vous êtes une vampire étrange. Vous pénétrez chez moi sans ma permission. Vous tuez quelqu'un m'appartenant de droit, et ce sans aucune finesse, si vous me le permettez. Vous me demandez des nouvelles de "nos" clans alors même que je ne connais pas le vôtre. Il est vrai que je suis relativement jeune, il est donc normal que mon nom ne vous dise rien. Cependant... Je suis un Slaviata. N'en avez-vous donc jamais entendu parler ? questionna-t-il avec une note de surprise et de mépris. Sachez néanmoins qu'en tuant l'enfant, vous avez enfreint notre 27ème règle ainsi que prouvé une mécompréhension de la 48, selon mon clan, bien entendu. Vous êtes... l'une des nôtres. En conséquence, je n'ai pas l'autorité nécessaire pour vous en tenir rigueur. Mais je vous en prie, parlez-moi donc du vôtre, de clan..., proposa-t-il avec un air ironique.
Et bien, quelle longue tirade !
- Le blanc se trouve dans la deuxième armoire, près de la porte, finit-il. Mais du peu que j'en ai vu, ce n'est pas un très bon.
Cassandra se leva, son nouveau verre à la main, et commença à faire les cents pas.
- Je suis une vampire étrange... En effet. Du moins, à vôtre perception. Je pénètre dans l'habitation d'un couple ayant un enfant. Fraichement tué... Par un vampire, n'ayant pas suivit une des règles suivit par quelques clans... Que dis-je ? -poursuivit-elle sur un ton ironique- de tout les clans... Sauf celui des Salviata, apparemment. Quant à ce que vous croyez être encore vos pièces... Je ne peux relever. Ma maison et mes biens ont simplement été massacrés.
Cassandra eût un sourire triste à ce souvenir, mais se reprit bien vite. Elle jeta un coup d'oeil au linge blanc.
Il faudra les enterrés.
- De plus mon cher, je ne puis comprendre en quoi il nous était utile. Cet homme, car un enfant ayant vu ses parents tués ou ayant essayé d'assassiner n'est plus qu'un homme, croyez-moi, avait essayé de nous empoisonner. Ceux qui ne sont pas digne de confiance finissent toujours mal- dit-elle d'une voix sombre. Pardonnez cependant ma façon... Brutale dont je n'ai pas d'habitude.
Le vampire était toujours assis à la faible lueur de la lumière. Et son ombre bougeait lentement sur le parquet de bois humide.
La vampire posa son verre sur la table.
- Quant à mon clan... Si vous pensiez que de Nym était un clan, vous vous ête ici trompé. Et si vous pensez maintenant me reconnaître avec ce nom, sachez qu'il n'est pas entier. Je n'ai pas de clan, c'est pour cela que je n'ai cité aucun ''du clan de'' lors de ma brève présentation, seulement des connaissances du clan Numori, et cela serait mentir de le désigner comme mon clan. On peut même dire que certains clans me connaissent, en fait. Et si je vous ai posé cette question, c'est simplement que je recherche quelqu'un.
Quelques amis du clan... On pouvait seulement dire qu'elle avait rendu service à la chef du clan, qui avait faillit se faire détrôner. Le clan Numori était réputé pour être quelque peu... Frivole. Mais pas stupide, ni faible. Cassandra se sentit stupide d'avoir dévoilé ces quelques informations sur ses ''connaissances''.
Elle regarda sa robe et se rendit soudainement compte que celle-ci était éclaboussée de sang... Lenne ne serait pas contente.
- Bien, dit-elle en se dirigeant vers la porte, nous semblons ne pas vraiment nous entendre. C'est dommage.
Elle le regarda une dernière fois sur le pas de la porte.
- Vous aviez raison, je suis peut-être étrange. Car j'éspère vous rencontrez de nouveau- soupira Cassandra, sur un air cependant enjoué.
Et la vampire sortit dans les ruelles éclairées par la lueur de la Lune descendante, reprenant le chemin inverse pour se rendre à la taverne, presque sûre de revoir le vampire.
La prochaine fois qu'elle aurait une source, cependant, elle resterait peut-être plus longtemps ?
Son pas s'accélera tandis que la fraicheur de l'aube s'emplifiait.


--------------------------

HS : Tu es fou :). Tu n'as plus qu'à inventer... 46 règles ! Enjoyed!
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Mestivoï le Jeu 20 Oct - 3:09

- Je suis une vampire étrange... En effet. Du moins, à vôtre perception. Je pénètre dans l'habitation d'un couple ayant un enfant. Fraichement tué... Par un vampire, n'ayant pas suivit une des règles suivit par quelques clans... Que dis-je ? -poursuivit-elle sur un ton ironique- de tout les clans... Sauf celui des Salviata, apparemment. Quant à ce que vous croyez être encore vos pièces... Je ne peux relever. Ma maison et mes biens ont simplement été massacrés.

Les yeux de Mestivoï se plissèrent sous l'insulte à peine voilée. Affirmait-elle que lui, un Slaviata, n'était pas un minimum renseigné sur les autres clans ? Tuer un couple n'avait rien de grave. Après tout, tuer quelqu'un au hasard revenait la plupart de temps à anéantir une famille et donc les empêcher de procréer. Le résultat était identique. Cette gamine avait probablement tué le garde l'autre nuit, pouvait-elle affirmer qu'il n'avait pas une femme qui l'attendait, espérant avoir un enfant ? Ce qui était grave, en revanche, était d'assassiner un gosse... car celui-ci n'avait eu aucune chance de pouvoir assurer sa descendance. Bien sûr, en supprimant ainsi des personnes relativement jeunes, il diminuait les chances de pérennité de la famille, mais sans les détruire complètement.

Mais à part un ou deux clans se nourrissant exclusivement de vieillards ou de calice d'élevage, il n'avait en rien enfreint des règles courantes. Assurer la pérennité des proies, afin d'être sûr de pouvoir se nourrir... Oh, bien sûr, quelques rares clans affirmaient qu'assassiner une famille était mal, mais qui les écoutait vraiment quand le but de la plupart des vampires, sans éducation, était de se nourrir de manière bestial et d'entretenir la peur ?

Et de toute façon, quoi qu'elle en dise, c'était sa maison.

Mestivoï commença inconsciemment à tourner son alliance autour de son doigt.

Sa maison. Sa maison... Juste sa maison... Les temps n'y ferait rien, elle était à lui. A personne d'autre !

Cassandra reprit la parole, interrompant sa douce descente vers la folie.

- De plus mon cher, je ne puis comprendre en quoi il nous était utile. Cet homme, car un enfant ayant vu ses parents tués ou ayant essayé d'assassiner n'est plus qu'un homme, croyez-moi, avait essayé de nous empoisonner. Ceux qui ne sont pas digne de confiance finissent toujours mal- dit-elle d'une voix sombre. Pardonnez cependant ma façon... Brutale dont je n'ai pas d'habitude.
- Comme c'est mignon, ne put s'empêcher de souffler Mestivoï en se moquant ouvertement avant de reprendre sur un ton plus dur. Mais plus tard, il se serait reproduit. Plus tard, il m'aurait amusé.

Un homme était un humain en âge de procréer. Un enfant était par nature quelqu'un devenant à homme. Ce gosse n'était pas un homme. Inutile de trouver des excuses quand le seul intérêt à l'assassiner fut celui d'abréger ses souffrances.

En grandissant, il aurait pu vouloir se venger, il aurait chassé les vampires, c'aurait été intriguant à voir. Ou alors.. oh, l'idée de s'occuper d'un infant ne l'intéressait pas encore, mais ça pouvait être distrayant de voir la haine dans les yeux de ce gamin...

- Quant à mon clan... Si vous pensiez que de Nym était un clan, vous vous ête ici trompé. Et si vous pensez maintenant me reconnaître avec ce nom, sachez qu'il n'est pas entier. Je n'ai pas de clan, c'est pour cela que je n'ai cité aucun ''du clan de'' lors de ma brève présentation, seulement des connaissances du clan Numori, et cela serait mentir de le désigner comme mon clan. On peut même dire que certains clans me connaissent, en fait. Et si je vous ai posé cette question, c'est simplement que je recherche quelqu'un.

Et en plus elle était incapable de voir l'ironie où elle se trouvait ? Mais c'était elle qui avait demandé des nouvelles de "nos" clans...

Numori. Ha, oui, eux... Des excentriques. Nombreux. Mais la situation n'était pas tendue. Enfin, tant qu'on ne demandait pas à la Mère Avdotya d'aller les voir.

Mestivoï eut un bref sourire lorsqu'un souvenir fugace refit surface. Il se souvenait parfaitement de Vlad lui racontant comment, bien avant sa naissance, la Mère avait été prendre contact avec les Numori, afin de se renseigner un peu plus que par les "on-dit" et pouvoir approfondir ses connaissances de moeurs des autres, même éloignés. Elle était revenue folle de rage, demandant à tout ceux qui la croisaient de prendre les armes, que leur honneur était en jeu... Un Slaviata répond toujours au mot honneur. Heureusement pour les deux clans, ils avaient réussi à la faire parler, et il s'avéra que sa visite s'était très bien passée jusqu'à ce que, alors qu'elle partait, un jeune vampire effronté avait essayé de la persuader de mettre des petits noeuds roses dans les cheveux... Les armes avaient été rangées et la plaisanterie était restée. Depuis, les Slaviata envoyaient d'autres émissaires, plus patients que l'Avdotya pour se renseigner des changements. Ils n'étaient pas alliés, si l'un se faisait attaquer, il était impensable que l'autre vienne aider sans avoir quelque chose à demander en retour, mais il n'y avait aucune tension pour autant.

Mestivoï repensa aux paroles qu'elle avait dit plus tôt. Les clan Numori n'interdisait pas les meurtres de familles. Ni même d'enfants. Ils ne se refusaient que les loups-garous. Chacun ses lubies... Donc c'était seulement elle qui s'indignait de la perte d'un couple... N'était-ce pas attendrissant ?

Puis, enfin, les rouages se mirent en place. Une connaissance des Numori... qui cherchait quelqu'un... Connue par d'autres clans...

Son regard passa distraitement sur le drap recouvrant l'enfant, tué par une lame d'argent.

Ses lèvres commencèrent à s'étirer, lentement mais sûrement, alors même qu'il tentait de se retenir.

Il n'écoutait plus le reste au moment où il se mit franchement à rire, ne remarquant même pas la fille se lever.

- Souffle d'argent, en chaire et en os ! pouffa-t-il légèrement, d'un ton très bas.

Quelques Slaviata en avaient déjà entendu parler et, comme d'habitude, en avait référé au clan. L'information s'était placée aux archives, et puisque celles-ci sont la mémoire du clan... Et puis, les émissaires chez les Numori avaient aussi rapporté des informations, moins compromettantes, certes.

Mais bien que riant, les yeux de Mestivoï s'étaient fait encore plus froids. C'était une plaisanterie, n'est-ce pas ?

Il fut finalement soulagé du départ de la fille. Sa bonne humeur se dissipant, la colère prenant sa place. Ça devait être un plaisanterie, oui, voilà... Une plaisanterie de mauvais goût. Comment quelqu'un comme elle pouvait-elle oser le regarder dans les yeux, lui ?

Finalement, il se leva et jeta un regard circulaire dans la pièce. Il soupira devant le corps de l'enfant. A cause de ça, il ne pouvait pas revendiquer son meurtre, à moins que...Son regard se posa sur un miroir. Il s'en approcha lentement, comme hypnotisé. Il pouvait voir toute la pièce derrière lui. A travers lui. Quelle injustice ! Il y avait tellement longtemps qu'il n'avait pu voir à quoi il ressemblait !

Soupirant à nouveau, il s'éloigna de son absence de reflet, et alla fouiller dans les affaires de la maison. Il revint avec un objet pouvant servir de pinceau et s'approcha de l'enfant.

Autant qu'il serve à quelque chose...

Lorsqu'il quitta la maison, outre les cadavres, un message inscrit sur le miroir d'un rouge tirant sur le brun était lisible.

"Je suis de retour...
L'enfant est l'oeuvre honteuse de Souffle d'Argent.
Mestivoï N. Slaviata"


-------------------------------

HJ : J'ai utilisé les informations que tu m'as envoyées, me suis-je trompé ?
Ha, et j'ai déjà écrit toutes ses règles... J'en cherche juste d'autres.
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Cassandra le Jeu 20 Oct - 8:47

Après être repassée chez Lenne récuperer tous ces effets... Enfin chez Lenne. La vampire eût un mi-sourire en y repensant... La jeune femme avait simplement déserté les lieux, laissant pour Cassandra ce qu'elle avait laissé chez elle auparavant.
Elle était prudente. Mais cela mettait une touche d'amertume dans les pensées de la femme.

Enfin, après avoir ré-enfilé ses affaires, elle s'était rendue de nouveau dans les ruelles d'Isinia... Et ses pas l'avaient ramené devant la petite bâtisse où s'était déroulée sa rencontre... Plutôt mauvaise. Avec le Salviata.

Elle passa distraitement la tête par l'entrebaillure de la porte. De dehors, aucun son ne se faisait entendre, et elle fût déçue d'apprendre qu'il n'était plus là.
La vampire rentra donc à pas de velours, sur le qui-vive... Et le corps mutilé de l'enfant que cachait le drap blanc lui sauta aux yeux.
Son humeur s'assombrit encore plus lorsqu'elle vit le mot tracé sur le miroir.

"Je suis de retour...
L'enfant est l'oeuvre honteuse de Souffle d'Argent.
Mestivoï N. Slaviata"


Vampire perfide ! Il faut dire que c'est ta faute ! Tu n'avais pas à dévoiler tant d'informations ! Il a deviné ! Mon histoire ressemble pourtant à tellement d'autres histoires ...
Elle prit le temps de s'asseoir dans un fauteuil, nettement plus à l'aise avec ses vêtements. Rejeta un coup d'oeil au drap mortuaire. Voulu l'enterrer... Mais s'interrompit dans son geste.
Ce vampire n'attendait que cela.

Elle avait au moins réussi à lui dissimulé sa légère connaissance des clans. Et les Salviata ne comptait peut-être pas parmis ses enemis, mais s'ils étaient aussi réglés que ce fou de Mestivoï, elle avait du soucis à se faire. Juste pour ça.... Ils savent que je suis à Isinia... Bon, inspirer, expirer. Ils ne se déplaceront ni ne se dérangeront pour moi. Sauf si... Leur chef est ce monstre.

C'en était trop. Il pensait peut-être qu'elle était une créature dénuée d'intelligence ? Il était peut-être trop obnibulé par ses nombreuses règles pour avoir une quelconque liberté d'agir, cependant, elle... N'avait pas de clan. Pas de règles.

Elle prit le rouge à lèvre rosé qui lui restait et prit un bout de papier.
" Je ne suis pas de vôtre clan, et vos règles ne peuvent m'atteindre. L'enfant est bien mon oeuvre. Mais je n'ai, quant à moi, pas besoin de signature pour que l'on sache qui je suis".
Cassandra n'allait sûrement pas désavoué son atrocité. Quant à la dernière phrase ... S'il repassait par là et qu'il la retrouvait ensuite... Leur rencontre serait plus qu'amusante. Elle continuerait sûrement de jouer les sottes et l'amadouer loin.
Même si elle avait déjà été sotte de parler si vite du sujet l'interessant.

C'est en ruminant ces pensées qu'elle repartit vers la Taverne Maudite... Elle avait un rendez vous avec cette Mildiane, non ?


------------

HJ : tu vas encore mettre des règles ! Ah je te jure ^^. Et oui, cela correspond à la description que je t'ai faite... Peut-être légèremment exagérée pour les noeuds mais bon, ca m'a fait sourire ^^.
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Lleyä Warjan le Sam 22 Oct - 5:59

La jeune fille avait observé un long silence durant toute la cérémonie d’adieu, malgré que bien de choses lui échappèrent. Il n’était pas dans sa nature de ne pas chercher à comprendre, à savoir, mais s’il était une notion qu’elle respectait, c’était l’agonie d’un homme.
Ses souvenirs étaient confus, flous, effacés. Cependant, ce que la mémoire oubliait un instant, le cœur s’en rappelait à jamais… n’est-ce pas ?
Une larme muette marquant sa compassion plus que de pitié coula sur sa pomette, même si cet homme lui était inconnu. D’aucun ne pouvait fuir l’inéluctable, il nous appartenait de l’accepter. Et elle, sans qu’elle ne puisse l’expliquer, était concernée plus que tout autre, à dissiper les brumes de l’ignorance apeurée.

Un petit sourire de sombre ironie naquit sur ses lèvres encore tuméfiées.

Aider les autres… alors qu’elle avait oublié comment ?

***

La voix de Brin de Cyprès résonnait en échos dans son esprit comme vidé. Quelle étrange mélodie se dégageait de ce poème… Quelque chose d’inexplicable aux yeux d’un tiers, comme moi,pensa-t-elle en se préparant.
Le temps nocturne de la veille s’était écoulé comme dans un songe, éthéré, mystérieux et solennel. Il lui fallait partir en cet aube dénuée de sillons blancs célestes : ses souvenirs l’appelaient, là bas, vers la cime des arbres forestiers lointains, quelque part au-delà de la brume citadine. L’homme dont elle avait entrevu un instant le visage au clair d’un souvenir saurait raviver quelque écho dans son esprit, elle en était certaine. Aussi était-il sa prochaine destination mobile.

Mais la vision fut si brève… et si peu claire. Saurait-elle identifier ce protagoniste de ses souvenirs si elle le croisait ? Elle l’espérait de tout cœur. Et puis, se rassura-t-elle, si elle lui avait fait une promesse, il l’accosterait.

Elle était prête. De nouveau elle partait. Encore une fois, elle quittait l’hospitalité d’un lieu pour aller rencontrer l’inconnu… Mais combien de fois avait-elle vécut cela ? Quand ? Où ?
Un instant, son visage trahit le profond désespoir qui s’était insinué en elle en même temps que son réveil amnésique. Pourquoi était-elle partie les autres fois ?

Le danger… assurément.

Un soupir et elle se composa un masque déterminé. Elle avait survécu jusques là, alors cela continurait aussi longtemps que sa flamme ardente projetterait quelque lueur… Partons.
Elle eut une pensée chaleureuse pour Pousse de Chardon, qui, malgré son jeune âge et malgré sa douleur, s’était montré un hôte respectueux. Alors qu’elle ne pouvait songer à déambuler dans la ville en tenue aussi légère, le petit lui avait fourni de quoi se vêtir plus décemment : une ample chemise blanche d’homme assez longue pour être portée en tunique, et une cape qui lui appatenait autrefois, désormais trop étroite. La jeune fille avait gardé sa ceinture et sa besace, ainsi que son pendentif, bien étrange par des aspects puisqu’ayant oublié le souvenir auquel il était rattaché.

Une pensée naquit parmi ses réflexions diverses : alors que la fièvre l’avait rendue étrangement allègre pour ne pas dire folle, la fatigue qui en résultait noircissait son humeur du coup plus morose. Enfin, elle n’allait quand même pas rire à la première aube suivant le décès de l’étranger qui d’une certaine manière, ne l’était plus vraiment pour elle. De manière indirecte, il avait contribué à sa survie…

Alors qu’elle mit un pied en dehors de l’humble demeure pour la première fois depuis son sauvetage grâce à Brin de Cyprès, celui-ci l’arrêta.

« Attends. Petite... N'oublie pas que tu as une dette envers moi.
- Je ne l’ai pas oublié. » affirma-t-elle sans se retourner.

Contrairement à la nature-même de mon existence, songea-t-elle amèrement en écho.

« En échange... Je veux que tu supprimes quelqu'un. Son nom est Melkion. Tu devrais le trouver à la Cité Frontalière. Et ne songe pas à t'en abstenir... »

Un meurtre ? L’idée était loin de la révulser. Cependant…

« Le tuer ? fit-elle dans un murmure, à elle-même autant qu’à Brin de Cyprès. Je saurai faire de sorte d’effacer son existence, je le sais. »

Avant que l’homme n’ait pu acquiecer, elle leva la tête, légèrement penchée sur la droite comme pensive, vers la voûte céleste encore étoilée, épargnée par les rayons incandescents du jour montant sur son trône.

« Mais je ne peux me demander… Que motive votre funeste dessein ? Est-ce la douleur, la vengeance, l’honneur, la haine ? Peut-être… la lâcheté ? (un soupir) OU êtes-vous intéressé, vous aussi ? »

Elle baissa la tête et lentement se plaça en face de son interlocuteur muet, ses yeux dans les siens.

« Serait-ce le dilemme du condamné ? Ma vie contre celle de cet homme ? »

Elle eut un regard en biais, avant de se retourner de profil à son sauveur, scrutant l’aurore.

« Que de questions n’est-ce pas, pour une femme dont les souvenirs n’ont pour départ que votre visage. Vous m’avez sauvée parce que vous voulliez que je le tue. Parce que vous saviez qui j’étais. Et vous refusez de m’apporter la quiétude. Vous m’ordonnez, me menacer d’aller assassiner cet inconnu qui l’est presqu’autant que vous. Peut-être parce que vous pensez que je n’ai nul but ? Vous vous induisez en erreur… Mais soit. Je m’acquiterrai au plus tôt de ma dette de vie… »

Elle resta un moment silencieuse et ferma les yeux, et dit doucement :

« Mais s’il s’avère que ce que vous me demandez me parrait un seul instant injuste, je n’aurai d’égard pour ma vie. Je le châtierai différemment selon sa réaction… (un rire léger) Je n’ai pas grand-chose à perdre de toute manière. »

Un sourire dérisoire se dessina sur ses lèvres encore abîmées par les coups.

« Si j’avais quoique ce soit de précieux, je l’ai perdu en même temps que mes souvenirs. Alors je ne suis qu’un corps qui s’évertue de vivre, n’est-ce pas… Le vent vous chuchotera la destinée de Melkion. Adieu et merci. »

Elle adressa à cet homme et au garçon un petit sourire doux et s’en fut en fredonnant dans l’air matinal :

« N’aie nulle crainte, jeune Pousse de Chardon,
Je n’oublierai pas, malgré ce que j’ommis :
Je te dois en partie le reste ma vie.
Même si désormais, elle n’est plus qu’un fin sillon
Epurée de toute raison, toute espérance,
Même si dès aujourd’hui cette morne existence
S’avère être ennui et déambulations,
Je n’oublierai pas, malgré ce que j’ommis :
Je te dois en partie le reste ma vie.
De moi que l’on nomme le Lys Blanc, rappelle-toi
Que le jour venu, de ma dette je m’acquitterai,
Car cette vie est en partie tienne désormais…
»

Elle lança une œillade un brin téméraire à son sauveur.

« Et toi que l’on appelle Loup Noir, je ferai ce que tu me demandes… Ou pas. »
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 22
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Helian Liadon le Dim 13 Nov - 9:16

Helian rit. Avec une franchise déconcertante.
- Moi, Loup Noir ?
Souriant avec amusement, il fixa son interlocutrice.
- Je ne suis pas Loup Noir, détrompe-toi. Mais ce que je viens de te demander, cela vient de lui, sache-le. Si certaines personnes peuvent me confondre avec l'assassin légendaire, elles ont tord. Je suis l'Errant. Et il est dommage que ce nom ne soit pas plus connu.
Mentait-il ? Non. Il n'était pas que le Loup Noir. Il avait été d'autres personnes avant. Helian du clan Liadon, l'Errant, et... Coupant court à une pensée morbide, il continua, sans laisser transparaître quoi que ce soit.
- Je précise... Je connais le Loup Noir, et j'ai une dette envers lui. Il m'a donc demandé la requête dont je viens de te faire part. Si je ne le fais pas moi-même, c'est simplement parce que je n'ai jamais cherché la mort de quelqu'un, et cela ne changera pas.
Après un léger arrêt, il reprit.
- Libre à toi de m'ignorer, tu n'as pas à craindre pour ta vie. Sache que je ne t'ai pas sauvée seulement pour que tu supprimes cet homme. Je t'ai sauvée parce que le Vent me l'a demandé. Et je ne cherche pas ses raisons. Je suis un Fils du Vent, petite, et il est possible que ce fait t'ai encouragé à croire que je suis le Loup Noir. Pour cette raison, je tiens à ce que tu te souviennes d'une chose...
Une douce brise caressa son visage, et il caressa affectueusement l'air de sa main droite.
- Le Vent – et les Éléments de manière générale – sont changeants. Et leurs Enfants également. L'Élément est souvent la seule chose qui relie deux de ses Enfants.
Se détournant et commençant à s'éloigner, il tourna la tête vers le Lys Blanc et sourit avec chaleur :
- Si tu le souhaites, tu pourras me trouver à la Taverne Maudite. Il y aura probablement de l'animation là-bas, très bientôt...

La Taverne Maudite. Un établissement qui existait déjà, de son temps. Ce serait une bonne occasion de voir à quel point les Kentans l'avaient oublié. Et ce serait une bonne occasion d'animer cette taverne parfois lugubre comme toutes l'étaient au bon vieux temps, lorsque l'Errant était dans les parages.
D'une démarche tranquille –il n'était pas pressé après tout– Helian se dirigea vers ledit bâtiment.
Combien de temps déjà, depuis l'âge d'or de l'Errant ? Cela devait faire près de cinquante ans. Il était probable que les Kentans le prennent pour une veille légende inventée, et que ses anciens compagnons soient pour la plupart déjà morts. La troupe de l'Errant aurait-elle sa place aujourd'hui ? Après tout, il était Drow, et donc pourchassé par l'Inquisition. Et les mœurs n'étaient pas toujours propices à la rigolade. Mais l'avaient-elles un jour été ? La méfiance des Kentans envers les Drows n'était pas nouvelle, elle avait favorisé l'apparition de l'Inquisition, mais n'en était pas un fruit.
Bah ! Après tout, advienne que pourra ! L'Errant avait toujours vécu cela, et n'avait jamais songé à l'avenir, pour mieux profiter du présent. Vivre au jour le jour, c'était sa théorie, son credo.

Réalisant qu'il venait d'atteindre la Taverne après avoir une marche rêveuse, l'attention relâchée, il fronça les sourcils. Il ne pouvait entrer là-dedans habillé comme ça, il attirerait beaucoup trop l'attention. C'est alors qu'il se rappela que sa troupe avait toujours des petites cachettes dans chaque ville, où étaient stockés divers habits et deux-trois couchettes, au cas où ils auraient besoin de se faire discret après une soirée un peu trop animée. Après tout ces années, il était probable que les habits soient dans un état lamentable, mais il ne coûtait rien de vérifier.
La trappe se trouvait, habilement dissimulée, sous une fausse dalle de la ruelle derrière l'auberge. Vérifiant soigneusement que personne ne le voyait, il entra à l'intérieur et descendit l'échelle. Les lieux étaient dans un noir complet, comme prévu. Le Fils du Vent ferma les yeux, puis les rouvrit. Puis faillit reculer de surprise.
La cachette ! Elle était en parfait état, propre et soignée, comme autrefois. Parmi les coffres qui servaient au rangement des affaires, l'un d'entre eux était même pourvu d'un cadenas ! Un membre de sa troupe serait-il passé ici récemment ? Il se dirigea vers un des coffres vides, et, après avoir vérifié son état, y plaça les habits que portait le Loup Noir, pour récupérer, dans le coffre des affaires communes, une tenue aux couleurs plus vives, celles d'un voyageur aisé, joyeux, mais pas inconscient. Trop de couleur attirait également certains ennuis non souhaités.
Eh oui, certains l'étaient...
Après avoir fermé le coffre où ses affaires étaient rangées, il sortit discrètement et se rendit devant la taverne. L'Errant était de retour. Sifflotant joyeusement un de ses anciens airs, il entra.

Les regards se braquèrent vite sur lui, et des murmures emplirent la salle
- Un Drow qui se promène ainsi... Il doit être fou !
- Sa tête me dit quelque chose... Mais d'où sort-il ?
Quelques exclamations de colère retentirent même. En effet, son entrée était audacieuse... Mais pas moins que ce que devait faire pour tout membre de la troupe de l'Errant se respectant...
- Tavernier, tournée générale !
Lançant une bourse pleine au tavernier, en anticipation des troubles à venir et des dégâts potentiels à réparer. Enfin, c'était tout de même la première fois que l'Errant payait en entrant dans une taverne...

Malgré certains regards de mépris qui pesaient sur lui –montrer son origine et ses moyens était en effet peu prudent– il parcourut l'assistance des yeux. Jusqu'à le voir, au fond, entouré de quelques jeunes gens.
- Seril !
L'intéressé haussa les sourcils, puis regarda dans la direction d'Helian. Il ne réagit pas tout de suite.
- L'Errant !
Il se leva et étreignit son vieil ami.
- Vieille fripouille, ça fait bien un siècle que je ne t'ai pas vu, au moins !
- Encore à exagérer, tu te fais vieux ! Dis-moi que tu as amené ton luth ! J'ai trouvé des paroles sur tes airs incomplets numéros trois et cinq !
Alors que les deux amis riaient de joie de se rencontrer, les murmures s'accentuèrent.
- Tu as entendu ? Il l'a appelé l'Errant ! Ça ne peut pas être le vrai, il serait trop vieux...
- Pour un Drow ? Tu parles, à peine, il est encore jeune, ça se voit ! Mais l'Errant et sa troupe, ce ne serait pas la troupe de voyageurs...
- Qui étaient sous la protection même d'Azaran ? Apparemment, si ! On dit qu'ils étaient sacro-saints, et que les autorités ne les ont jamais pourchassés !
- Mon père en parlait souvent, quand il évoquait sa jeunesse...

Seril couvrit ces paroles lorsqu'il s'exclama, avec un sourire irrésistble, en désignant le fond de la salle, où certaines tables étaient légèrement surélevées:
- Tavernier ! Ton prédécesseur avait fait construire une estrade dépliable pour nous, je suppose qu'on peut s'en servir ?
Avant même que le concerné ne puisse réagir, ils commencèrent à déplacer les tables –et les gens si nécessaires– pour installer l'estrade. Une fois dépliée, le deux Drows y montèrent sans l'ombre d'une hésitation. Ce fut Helian qui prit la parole, pendant que Seril accordait son luth, avec une douceur ironique et insolente :
- Messieurs, et surtout, mesdames –qui sont malheureusement ici peu nombreuses– nous avons la joie de vous annoncer le retour de l'Errant et de ses joyeux compagnons ! Pour fêter cet événement, vous aurez droit à quelques chansons ! Merci de votre attention !

La journée promettait.

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: Habitations

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum