Kyrie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Kyrie

Message par Helian Liadon le Mer 2 Nov - 4:53

* Présentation de Kyrie *


***

Identité
Nom : Ljösalfar Aydwen (se prononce Liösalfar)

Prénom : Valkyrja (se prononce Valkyria)

Surnoms : Kyrie, la Valkyrie Ecarlate

Age : 42 ans

Sexe : Féminin

Race : D’origine Haute-Elfique, devenue Loup-garou par la suite.

Lieu de naissance:
(elfique) Lonimar
(loup-garou) Forêt au Sud-Est d’Oshtan

Classe :
*Novice : Magie
*Expérimenté: Prêtre
*Vétéran : /
*Elite : /

***

Description Physique
D’un âge avancé d’un point de vue humain, mais plutôt jeune pour les représentants de la race elfique, elle a gardé une physionomie de jeune femme, ce qui trompe bien souvent ceux qu’elle rencontre. Ses cheveux blancs attachés sans réelle virtuosité esthétique, prennent quelques reflets cyans sous la pâle lueur de la lune. Deux grandes oreilles allongées pointent hors de sa foisonnante chevelure encadrant deux yeux félins d’une teinte habituellement grise.
Sous sa forme de louve, elle possède un pelage blanc comme neige aux reflets cyan. (Cf : * Métamorphose et * Lycanthropie)

Équipement:
Elle porte sous sa hanche droite (au niveau des mains positionnées le long du corps) une petite sacoche beige en toile épaisse renforcée par une doublure en cuir pour éviter tout déchirement inadéquat. Il contient toute une panoplie d’aiguilles renfermées dans des fioles selon leurs tailles respectives. A cela s’ajoute divers butins amassés sur ses victimes (bijoux, monnaie, morceaux épars de vélin, médaillons…)

Armes:
Ses griffes de Lycan sont ses armes principales, mais il lui arrive d’utiliser ses aiguilles d’épaisseur, de longueur et de poids variés qu’elle transporte toujours avec elle.
La plus longue atteignant les 20 centimètres et la plus courte avoisinant les deux centimètres, ces aiguilles ont différentes fonctions telles que trancher, dépecer, trouer, perforer, déchirer, en tant qu’armes de jet aussi (selon le poids)… Il suffit d’être imaginatif. Elles ont néanmoins une utilité particulièrement pour le travail de précision impossible pour ses griffes de louve.
Quant à celles-ci longues de deux fois la longueur de ses doigts, elles ont tout autant de fonction que les aiguilles et sont surtout utilisées à des fins meurtrières et parfois tortionnaires.

Armures:
Ses transformations étant imprévisibles et nombreuses, elle est très légèrement vêtue : un débardeur en cuir noir ne cachant que le strict nécessaire, et une sorte de pentacourt en cuir noir aussi auquel il manquerait une jambe à partir du genou. Si pareille tenue ne manque pas de susciter des commentaires, son allure sauvageonne suffit comme explication la plupart du temps. Si non, la deuxième solution serait de se transformer… Bref elle s’en fout.
Spoiler:

Impression qu’ont les autres en vous voyant :
Avant sa transformation, on parlait bien souvent d’elle en ces termes:
« La Dame est fidèle à elle-même. Toujours aussi dédaigneuse…
- Elle m’insupporte ! Mais que puis-je y faire ?!
- Allons autre part. Ici, l’air est irrespirable par sa seule présence… J’espère que quelqu’un aura le courage de lui régler son compte, un jour !
- Un bon coup de couteau dans le dos…
- Ah, tout le monde y songe, mais qui oserait affronter la fille sans craindre de subir le courroux du père ? »


Désormais lycanthrope, les propos à son égard seraient un tantinet moins chaleureux que les précédents :
« Fuyez ! Un Loup-garou !
- Abattez-le !
- Meurs, bête damnée !
- Brûlons-le !
- Crève en Enfer, pourriture !
- Traquons-le ! Sortez les faucilles ! »


Ou quand elle n’a pas pris sa forme de loup :
« C’est qui cette trainée ?
- Sa tenue est indécente ! C’est une honte !
- Elle pourrait pas aller se rhabiller ?!
- On dirait un monstre sorti de la forêt…
- Elle est plutôt bien roulée, hein ?
- Une catin ?
- Heu très peu pour moi, t’as vu son regard ?
- Brrr… Elle est flippante… »


***

Histoire

Passé :
I/ Il y a de cela dix-neuf années auparavant…
La jeune demoiselle était bien connue des Haut-Elfes et pour cause : non pour son prénom –en fait bien peu le connaissait- mais son nom, "Ljösalfar", suscitait bien des réactions. Car elle était l’unique fille de Ljösalfar, membre éminent de l’Assemblée des 100.
Si son appartenance à la noblesse elfique faisait déjà d’elle une personne à part, on gardait surtout le souvenir de son caractère typiquement elfique : emplie d’orgueil et convaincue de la légitimé de ses actes. Evidemment, les ragots circulaient de bon train à son sujet, mais n’était-ce pas une marque de reconnaissance, voire de célébrité et d’admiration ? Car qui jalousait admirait, n’est-ce pas.
Avec cette idée satisfaisante, elle témoignait d’une assurance sans faille, attitude nécessaire à toute survie mentale dans les hautes sphères de la noblesse.
Ce milieu au sol jonché de coupe-jarrets de toutes natures, d’air infesté de mensonges, de murs guettant le moindre de vos faux pas, de portes donnant sur le désespoir et de fenêtres entravées du lierre étouffant des complots, Valkyrja le connaissait assez bien pour y avoir survécu depuis plus de 23 ans… Mieux, elle l’avait quasiment dompté si bien que l’on essayait de s’attirer ses faveurs.

Et cette hostilité permanente lui plaisait.

Cependant, advint ce qui lui fit faire ce fameux faux pas, si longtemps attendu de ceux qui la jalousaient plus ou moins ouvertement, parfois cachés derrière un masque d’admiration sincère : son père fut assassiné. Si ce dernier avait décédé de manière quelque peu plus naturelle, sans doute n’aurait-elle pas été tant bouleversée. Mais il était sa seule famille alors. Sa mère, malgré les soins naturels et magiques apportés, mourut en la mettant au monde, elle et son frère jumeau. Contrairement à sa sœur, celui que l’on avait prénommé Freyr ne survécut pas à l’étouffante atmosphère du milieu aristocratique.
La mort de sa mère ne la marqua pas vraiment ; elle ne l’avait pas connue après tout. Celle de son jumeau la déstabilisa un temps, certes, mais ayant conscience qu’en s’adonnant au désespoir elle entrainait aussi sa propre fin lui fit reprendre courage. Il lui restait son père, elle devait remercier les dieux de cela.

Elle ne vit pas le corps, ou du moins les restes épars, de son défunt père sauvagement assassiné ; Kyrie ne le devina que par déduction des évènements étranges dont elle fut alors la cible. Elle sortait d’une harassante visite chez une "amie" d’intérêt quand une petite troupe de soldats la pria de les accompagner. Soit, elle n’avait aucune raison de s’esquiver même si ses sourcils froncés sans élégance marquaient son agacement. Le groupe armé l’entourait de toute part, mais les paroles des badauds n’échappèrent pas à son ouïe attentive ; leur voix trahissait un mélange d’excitation et de crainte. Sa longue expérience en milieu noble lui fournit rapidement une explication à cette effervescence. Il y avait eu un mort. Assurément un assassinat.
Kyrie soupira avec dédain. Ce genre d’évènement lui était assez familier pour qu’elle ne témoigne guère plus d’attention. Mais un regard brisa son détachement. Celui d’un homme tenu à l’écart de la foule, deux yeux ambre, sombres, et… emplis de pitié.
De la pitié ? à son égard ?
La jeune elfe en avait que rarement fait éprouver ce sentiment à autrui ; elle aimait plus particulièrement inspirer de la crainte mêlée de respect, que lui devait après tout à toute personne de son rang. Cependant elle comprit en partie le sens de ce regard quand on l’amena aux portes de la ville elfique.
Elle était… bannie ?

Et durant des jours, elle vagabonda de forêts en ruines, de ruines en désert, de désert en villages abandonnés… Ces salauds d’elfes ne lui avaient ni fourni la moindre explication quant à son exil, ni donné quelconque effet qui aurait pu l’aider. Elle les haïssait pour cela. Et son père… ? Qu’était donc son rôle dans la situation où elle se trouvait désormais ? En était-il à l’origine ? Ou bien… Non. Elle ne voulait pas penser à la seconde possibilité. Alors elle continua de déambuler, corps dénué de volonté…

Kyrie sentit un liquide inonder son visage et son corps déshydratés. Elle trouva la force de lever le regard pour croiser deux yeux mordorés avant de retomber dans l’inconscience. A son réveil, l’homme entrevu dans la cité avant son exil se tenait près d’elle et la soignait. Lentement, Kyrie regagna sa force et sa volonté perdues lors de son périple… Audan qu’il se nommait. Et il lui raconta la tragique mort de son père assassiné…

Inéluctablement, elle tomba amoureuse de son sauveur.
Ce sentiment pouvait s’expliquer de manière autre qu’un vulgaire coup de foudre : n’ayant plus personne à aimer, il était normal de reporter cet amour sur la première personne susceptible de l’accepter et de le mériter.

II/ Il y a entre dix-sept et onze années de cela...
Ils vécurent deux années en parfaite harmonie. Si bien que leur couple s’agrandit d’un individu : Lleyä Aydwen était née.
Evidement, si leur destin avait été écrit sur cette même note heureuse, Lleyä n’aurait jamais grandi parmi les hybrides.
Audan quittait sa famille régulièrement afin d’aller chasser de quoi les sustenter tous trois.
Un soir qu’il rentrait plus tardivement qu’ordinaire, Kyrja et Lleyä alors âgée de six ans furent attaquées par une meute de loups alors qu’elles s’étaient éloignées de leur cachette afin de s’abreuver.
Audan les sauva.
Peut-être n’aurait-il pas du.
Car cette décision entraina sa mort.
Car ce choix condamna le destin des trois êtres.
S’il avait protégé sa famille durant quelques minutes, tous trois auraient certainement survécu.

Donc, il éloigna un instant les prédateurs, et attira la peur et le dégoût au sein de l’esprit de sa femme. Kyrja ignorait ce qu’il était… Un lycan.
Depuis longtemps, cet humain était maudit. C’est avec sa force de loup-garou qu’il avait pu sauver Kyrja il y a deux ans auparavant. Mais elle ne le découvrait qu’à ce moment…

L’ire surpassant la peur, elle prit Lleyä contre elle et s’éloigna en l’injuriant de tous les noms, lui interdisant à jamais de les approcher à nouveau.
Cependant, un lycan contrôle rarement ses émotions : il attaqua Kyrja d’un puissant coup de griffe qui lui trancha la peau au niveau du flanc droit et la projeta à plusieurs mètres de là. En la voyant s’effondrer inconsciente à cause de la douleur, Audan sut réprimer son instinct animal qui l’intimait à achever sa proie pour aller sauver sa femme et sa fille. Mais néanmoins, si sa transformation en loup se faisait en l’espace de quelques secondes, le retour " à la normale" prenait bien plusieurs minutes...

Entre-temps, l’odeur du sang attira de nouveau la meute de loup affamée.

Kyrja inconsciente, Lleyä s’égosillant vainement du haut de ses six ans… Des pas se firent entendre. Aussitôt les loups grondèrent à l’adresse de la nouvelle venue : il s’agissait d’une femme altière, ne trahissant aucune peur ni même la moindre émotion. Elle avançait avec une lenteur mesurée mais ce n’était pas là une forme de prudence. Ses cheveux filandreux tels les branches à l’aubier des arbres voltigeaient derrière elle comme une cape éthérée. Elle ressemblait à une apparition spectrale.

Il lui suffit d’un simple regard glacial pour mettre en fuite les prédateurs apeurés, mais pas le lycan sous sa forme de loup. Plus tard, Lleyä découvrirait la nature des pouvoir de cette sorcière, mais il s’agit là d’un autre récit. En voyant qu’un des animaux ne la craignait pas, la femme haussa un sourcil intrigué puis glissa une main dans un repli de sa robe pour en sortir une pleine poignée de poudre de fer…
Evidemment, le lycan n’allait pas se laisser abattre si aisément : il se rua sur la sorcière. Même aidée d’une célérité hors du commun, elle n’aurait dû rivaliser avec un loup. Cependant, la magie comblait cet handicap…
La poussière argentée fut projetée sur le lycan sous la forme d’un unique sillon épais. Comme ce dernier avait sauté vers la gorge de sa cible, il ne put éviter l’attaque dans les airs.

Le long hurlement de douleur réveilla Kyrja, et raviva les pleurs de Lleyä.
La sorcière eut un bref mouvement des doigts et le loup-garou fut entouré d’un cocon de poudre d’argent mortelle. Ainsi mourut Audan.

Kyrja avait ouvert les yeux. Ses iris gris étant devenus carmin.
Fraîchement devenue lycanthrope, elle était encore trop inexpérimentée pour arrêter les décisions que lui ordonnaient ses désirs de louve. Elle tuerait sans pitié le premier être qui se trouvait devant elle. Mais heureusement pour Lleyä, la proximité de l’argent éveilla l’instinct de survie de sa mère qui choisit la fuite dans les profondeurs de la forêt nocturne, laissant derrière elle sa Lleyä et le cadavre d’Audan.

III/ Depuis…
La perte de son enfant qu’elle croit morte, et le meurtre de son mari… Autant le dire, tout cela lui causa une autre perte : celui de sa raison.

Kyrja la lycanthrope, contrairement aux meutes de loup-garou ordinaires –si on peut le dire- était une louve solitaire, refusant toute compagnie qui serait susceptible encore de modifier son destin. Elle purge sa tristesse dans le sang qu’elle prétend verser pour son dieu, Lorn.
Elle erre ci et là, tuant ce qu’elle eut sur son passage, laissant un sillon vermeil derrière elle…


***

Situation actuelle :
En errance à la recherche de nouvelles proies et sacrifices pour son dieu.

Localisation :
Entre monts et vaux…
Parfois dans les montagnes…
Parfois dans les forêts…
Parfois dans les villes et villages, à votre insu…
Toujours là où elle peut voir s’écouler le merveilleux fluide vermeil.

Projet d’avenir :
Satisfaire ses désirs…
Faire couler le sang…
En abreuver son âme…
Contenter son Dieu…

Famille :
Elle n’a que pour famille une unique fille, Lleyä, son époux Audan ayant été tué par ses propres mains, ou griffes plutôt. Mais elle ignore que Lleyä est vivante…

Amis :
Elle en avait.
Mais elle n’en a plus.
Si ce n’est sa fervente et fidèle compagne :
L'Appel du Sang.

Lien avec un autre personnage :
Elle est la mère génétique de Lleyä.

***

Description psychologique

Caractère :
Douce, compréhensive, faisant preuve de beaucoup d’altruisme…
C’est ce que souhaiteraient ses victimes innombrables. Mais malheureusement pour eux, elle a une réelle incapacité à réfréner ses désirs sanglants –il faut dire qu’elle ne s’y essaye que bien rarement-
Cette jeune Lycan s’emporte facilement à la moindre injure, réelle ou imaginée, si ses intérêts d’Elfe mûre ne sont pas éveillés. Car le seul moyen d’arrêter ses griffes par la parole serait bien de contenter une autre de ses envies quelques fois passagères, tels que la perspective d’un spectacle plus réjouissant, la procuration d’une victime plus intéressante à torturer…

Ainsi dépeinte, il serait justifiée de la qualifier de monstre.
Mais un monstre révère-t-il un dieu autre que ses propres désirs ? Ses instincts animaux ?
Malgré que sa lycanthropie a ébranlé les fondations de toute civilité, elle a néanmoins gardé quelques vestiges de sa vie première : un de ses traits qui fut notamment exalté est celui de son dévouement à son dieu, Lorn, dévouement extrême qui la pousse à célébrer son culte par le sacrifice de vies humaines. Pour son dieu, elle gorge sans hésiter de sang la terre asséchée de Shramia. Pour son dieu, elle fut capable de tuer son amour…

Qualités et Défauts :
Si elle possède d’innombrables vices, elle n’est pas pour autant dénuée de quelques qualités -non pas de vertus, il faut comprendre. Elles sont rares mais bien présentes, pour la joie de certains et le dépit apeuré de d’autres. Mais étant étroitement liés, voilà que nous les énoncerons sans les distinguer :

Ténacité et très entêtée…
De cela, elle n’en manque pas au grand dam de ses victimes. Une fois qu’elle en a choisi une, elle s’obstinera à la traquer jusqu’à ce que son sang teinte le sol. On parle de ténacité, mais il serait tout autant juste de nuancer en « entêtement ».

*Perfectionniste à l’extrême !
On ne tue sa victime qu’après lui avoir fait dépasser un seuil de douleur critique ! Pas avant ni après ! Exemple, hum, illustratif mais qui s’applique aussi à d’autres situations. Elle aime que la situation soit claire, que ce soit pour s’y engager ou après dénouement. Cependant, un tel perfectionniste avoisinant l’extrême lui a déjà causé maints tracas, pertes de temps inutiles entre autres.

*Rusée… parfois.
Elle est très rusée. Enfin… quand elle arrive à juguler son flot d’envies.

*Empathique ou Insensible… ?
Pas émotionnellement sensible dans le sens mélodramatique évidement. Plus en ce qui concernerait ses pulsions meurtrières… Elle a une réelle capacité à sentir la souffrance d’autrui vous savez, sans pour autant manifester de compassion ou de pitié.

*Intelligente… et intéressée.
Ruse et intelligence sont deux choses distinctes. Dans son cas, l’intelligence serait de paire avec ses émotions en fait… Elle possède une excellente mémoire qui lui permet d’affiner efficacement son savoir meurtrier, et un esprit d’analyse développé afin de comprendre rapidement l’origine d’une douleur ou d’une réaction physique par exemple.
Elle est très portée sur l’anatomie des êtres vivants et la médecine funèbre.

*Impassibilité, ça n’y a pas de doute.
Dans le sens où la vue d’un cadavre en piètre état de conservation ne la perturberait pas plus que cela.

*Enthousiasme, toujours !
Son plus grand trait de caractère. Elle est souvent guillerette mais pour des raisons évidemment sanglantes. Elle s’enthousiasme presque pour tout.

Aime :
Le sang qui s’écoule, la couleur du sang, l’odeur du sang, la tiédeur d’un sang frais…
Cela mis à part, les traits convulsifs et torturés de ses victimes. Leurs cris, leurs hurlements désespérés. Futiles.
Mais aussi sentir la puissance de ses membres. Sentir ses griffes acérées pénétrer dans la chair chaude, et pulsante…
Les gobelins sont ses victimes préférés. Il est dommage qu’ils soient rusés, mais cela ne fait qu’accroitre son allégresse à les pourchasser après tout.

N’aime pas :
Les chansons, les niais, les papillons et les nigauds, les travestis, les Kentans, les soldats, les corrompus, les colombes, le fushia, les athées, les réjouissances, les fêtes, les comptines, les blagues idiotes, la compagnie inutile, les fourmis, le sucré, les avares, les vieux, l’argent, les hyacinthes, l’odeur du chocolat, les puces, les conversations futiles…

Régime alimentaire :
Indéniablement carnivore, son met favori est le tartare de gobelin, mais malheureusement, elle ne peut pas en manger tous les jours : c’est un met rare et coûteux vous savez.
Elle s’accommode alors de viande fraîche, et en dernier recours la viande cuite.
Elle ne supporte pas la plupart des végétaux, certains pouvant lui causer de graves douleurs d’estomac et même de la fièvre.

Passions :
Faire couler lentement, verser en larges quantités le flot ininterrompu d’un sang carmin frais. Torturer pour lui procurer le plaisir de voir souffrir autrui. Mener les vies à leur agonie en laissant inaccessible le réconfort de la Mort.
Puis l’anatomie des êtres vivants qu’elle connait par cœur, ainsi que la plupart des réactions ensuivant un coup localisé.

Loisirs :
Quand elle n’est pas occupée à torturer quelconque être vivant, elle aime délier ses muscles félins en parcourant en larges foulées les clairières et les plaines.
Mais il faut dire que ses passions sont ses loisirs.

Préférence amoureuse :
Sa passion du sang peut-elle être considérée comme le plus fidèle de ses amants ?
Malgré qu’elle soit la meurtrière de son amour d’autrefois, il subsiste en elle l’ardent désir d’être aimée. Cependant, qui pourrait l’accepter sans craindre sa malédiction et ses pulsions qui plausiblement la pousseraient à attaquer quiconque se trouvant à proximité ?
Alors elle rumine en solitaire.

***

Fiche Technique

Arme maniées:
Griffes lycanthropes et Aiguilles.

Compétences et Sorts:
* Lycanthropie (2 phases)
* Connaissances de l’anatomie (I)
* Endurance
* Agilité améliorée (I)
* Arme de prédilection : aiguilles (I)
* Prières de renforcement (I)
* Exaltation du guerrier

Compétence(s) :
* Connaissances de l’anatomie (I)
Elle est capable de localiser précisément un organe ou la jonction de veines sur quiconque possédant un corps matériel, exceptés orcs (qu’elle n’a jamais pu disséquer à son grand dam) et hybrides (le mélange de deux organismes de nature différente rend impossible une localisation précise)

* Endurance
Ses longues déambulations lui ont doté d'une grande endurance: sans peine, elle est capable de tenir, à foulées régulières, pendant plusieurs heures. Il faut dire qu'à force de se faire courir après par d'aimables gens lui proposant un petit bûcher, il y a de quoi développer son endurance...

* Agilité améliorée (I)

* Arme de prédilection - aiguilles (arme de jet et de poing)

* Prières de renforcement

Sort(s) :

* - Exaltation du combattant [S'active au toucher. Durée : 10mn. Peut se "désactiver" au toucher.]
La cible de cette prière voit sa réception à la douleur diminuer considérablement, et garde une quantité d'énergie égale au moment où il a été touché. Si elle ne ressent pas la douleur, les blessures ne sont cependant pas soignée : il s'agit en fait d'une prière qui agit à peu près comme le ferait un anesthésiant local.

Compétence(s) de Race :
* Lycanthropie
Car son âme est asservie à ses désirs éveillés, elle maitrise mal ses pulsions meurtrières qui lui font prendre sa forme de loup plus ou moins rapidement selon l’amplitude de ses émotions, le seuil de transformation devenant plus mince lors de pleine lune.
Sa régression à sa forme première (dite normale) survient généralement une fois qu’elle reprend le contrôle de ses émotions, mais celle-ci reste imprévisible, ses périodes sous forme lycanthrope pouvant durer plusieurs jours, voire des semaines. Evidement, la phase atteinte joue un rôle important: plus elle s’éloignera de sa forme normale, plus longue et ardue sera la répression.

- Phase Primaire
Sous le joug d’une brusque émotion (colère, chagrin, etc.) elle subit une partielle métamorphose physique apportant quelques améliorations sensorielles. Il peut y avoir aussi un apport de force et de dextérité mais cela n’advient que lorsqu’elle est proche de la seconde phase.

- Phase Secondaire
Ce stade bien proche de la transformation irréversible ne survient que lorsqu’elle a presque perdu toute emprise sur sa conscience, sa nature bestiale dominant. S’ensuit alors une métamorphose plus avancée, un apport de force physique entrainant des déformations corporelles visibles. Dès lors, elle ne se rend pas réellement compte de ses actes alors dictés par ses seules émotions. Toute sa physionomie a changé jusqu’à ressembler à une louve des neiges de taille légèrement supérieure à la moyenne, de telle sorte qu’elle a abandonné toute caractéristique physique « normale ». C’est une bête enragée, difficile à arrêter si ce n’est par la force, et elle ne possède presque plus de sensibilité au monde extérieur : les paroles lui seront bien souvent incompréhensibles, les gestes seront systématiquement interprétés comme une attaque.

Spécificité(s) :
Métamorphose en Lycan à chaque pleine lune.
Bonne mémoire (trait elfique conservé) > Compétence : Connaissance anatomique
Vénère Lorn de manière extrême.

Traits Raciaux :
*Forme Lycanthrope
Elle possède un poil de couleur similaire à la teinte de ses cheveux d’elfe ce qui explique leurs reflets argent et cyan. Puisqu’elle est une femme, son gabarit est plus petit et sa carrure moins développée que les lycans mâles.
(Cf : * Lycanthropie)
Elle porte la marque de sa malédiction au niveau du flanc droit : la cicatrice a prit une teinte noirâtre comme si la peau se mourrait…

*Forme Elfique
Ses oreilles longues d’une main portent témoignage de sa nature passée, tout comme sa chevelure indomptée aux mèches d’un blanc translucide.

Signes distinctifs :
Elle en a beaucoup, si l’on prend en compte toutes ses formes.
* Sa marque de Lycanthrope
Cinq cicatrices longilignes parallèles noires de tailles et de longueurs différentes, sur le flanc droit, au-dessus de la hanche
* La couleur de ses yeux
Argenté quand elle se rapproche de la transformation et sous forme lycan, doré sous forme de louve, et magenta en temps normal
* Son pelage blanc peu ordinaire
Sous forme de louve ou lycan


Moi
ou mes commentaires ^^

Cf : Lleyä Warjan
C’est mon deuxième personnage joué (le premier étant Lleyä Warjan)

Suivi des RP
Cf : Journal de bord

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum