La Cité Frontalière

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Sam 5 Mar - 4:42

Cette cité se situe dans l'Empire Kentan, dans les plaines du Sud. Comme son nom l'indique, elle est en contact avec de nombreuses cultures. Elle est la cité avec les habitants les plus variés de tout Shramia : Nains, Orcs, Gobelins, quelques Hauts-Elfes, des Oshtans, etc...
Bien qu'elle appartienne à l'Empire Kentan, elle se situe loin d'Isinia, aussi la domination de celle-ci est-elle faible, même si l'Empire dirige toujours la cité. En conséquence, même si les races "maudites" y sont officiellement interdites, les contrôles ne sont que très peu fréquents.
On murmure d'étrange rumeurs ces derniers temps quant à l'homme chargé par l'Empire de gérer et de surveiller la cité...

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Neige estivale

Message par Krayth le Sam 9 Avr - 6:12

Krayth était assis tranquillement à la terrasse d'un des diverses restaurants qui parsemaient la place principale de la cité frontalière. Il profitait calmement d'une tasse de thé au jasmin -avec une tranche de citron- et du soleil de ce début été.
La plupart des humains qui étaient dehors malgré la chaleur assommante semblaient sur le point de se déshydrater et se protégeaient tous vainement de la chaleur du soleil à l'aide des ombrelles. Krayth pourtant ne semblait pas ressentir les effets de la chaleur du soleil comme tous les autres personnes présentent.

Malgré son allure calme et détendue, son esprit fonctionnait à toute vitesse. Il attendait quelqu'un et cette personne se faisait attendre. Il se doutait bien que c'était une part de son "jeu". Ses sourcils se froncèrent d'agacement pendant un infime moment alors qu'il portait la tasse de thé à ses lèvres mais Krayth se flagella mentalement d'avoir laissé son humeur transparaître. Nul doute que son invité devait rire de lui, de son agacement.

Un serveur s'approcha et s'enquerra s'il désirait autre chose.

"Non merci ça ira." répondit-il avec un sourire aimable, reconnaissant de lui avoir détourner l'attention quelques secondes.

Le serveur s'éloigna, Krayth fixa son dos d'un regard perçant. Une lettre avait été déposé sur la table. Il tendit la main, prit la lettre et l'ouvrit.

Merci de compléter ce formulaire
Nom :
Prénom :
Surnom :
Origine :
Motivations :

Ses yeux s'écarquillèrent de fureur un bref instant. La lettre dans sa main commença à se nécroser et pourrir à une vitesse fulgurante. Krayth se leva, lâchant la lettre. Il avait assez attendu. Il partait.



_________________
Fiche du Personnage

RP en cours :


avatar
Krayth
Légende
Légende

Messages : 237
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 25
Localisation : Bruxelles

Fiche Technique
Nom: Krayth Vas Tarian
Race: Ethéré
Classe: Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Sam 9 Avr - 6:18

Finalement, il avait réussi à localiser ladite personne.
Il lui avait demandé de se rendre à la Cité Frontalière, où il s'était lui-même au préalable rendu.
Et il lui avait fait parvenir un message via un serveur. Un formulaire à remplir.
Une pure provocation. Il n'avait pu s'en empêcher.
Lorsqu'il vit l'éthéré détruire la lettre, il sourit. Il venait d'obtenir un précieux renseignement. Cet homme était un mage, et cela signifiait qu'il allait devoir être prudent.
Il savait que ce qu'il allait faire était risqué, mais cela l'amusait tant qu'il ne pouvait se résigner à faire autrement.
Sortant de l'ombre, il commença à se rendre vers la place que tenait l'éthéré quelques instants auparavant, en prenant bien garde à ne pas passer dans son champs de vision.
Ainsi, il fut assis à la place de sa cible alors que celle-ci venait de la quitter depuis une dizaine de secondes à peine.
Il s'installa confortablement mais prêt à engager le combat à toute occasion, et déposa un couteau de lancer en évidence sur la table.
Prenant le verre contenant encore du thé que l'éthéré avait laissé dans sa main et jouant négligemment avec, il interpella sa cible :
- Vous avez oublié quelque chose, il me semble.

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Krayth le Sam 9 Avr - 6:42

Krayth se retourna, cette fois-ci il ne chercha pas à cacher son agacement. Son invité était arrivé.
Il était installé presque négligemment, sa tasse de thé glacé à la main. Une dague -qui n'était pas là quand il était parti- sur la table.
Selon toute vraisemblance son invité paraissait insouciant et négligeant mais Krayth était sûr que celui-ci serait prêt à réagir s'il tentait quoique ce soit.

"Il vous en a fallu du temps pour arriver. Vous vous êtes perdus ?" dit-il enfin, son regard bleu perçant focalisé sur Helian.

_________________
Fiche du Personnage

RP en cours :


avatar
Krayth
Légende
Légende

Messages : 237
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 25
Localisation : Bruxelles

Fiche Technique
Nom: Krayth Vas Tarian
Race: Ethéré
Classe: Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Sam 9 Avr - 6:52

Manifestement, son interlocuteur était agacé. Il plongea son regard dans le sien.
-Il vous en a fallu du temps pour arriver. Vous vous êtes perdus ?
Helian se souvint d'un des renseignements apparemment anodins du rapport que lui avait fait un des espions qu'il avait engagé.
Certains vieux caravaniers se souvenaient du personnage nommé le Gardien, qui se trouvait être celui qui se trouvait en face de lui. Il était apparemment plus d'une fois arrivé que cet homme, lorsqu'il escortait les caravanes, demande un salaire deux fois plus élevé si quiconque arrivait en retard. Ce détail avait beaucoup amusé certains caravaniers mais moins plut à certains qui se souvenaient avec amertume avoir dû le payer très cher parce qu'ils étaient arrivés en retard, détruisant ainsi toute la rentabilité de leur voyage, car il était la plus sûre des escortes.
Cet homme semblait donc ne pas apprécier les gens qui arrivent en retard - car cet événement s'était produit trop de fois et avec suffisamment de personnes différentes pour qu'on puisse le juger crédible.
Un sourire ironique se dessina sur les lèvres du Loup Noir :
- Absolument pas. J'aime simplement arriver en retard.

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Krayth le Sam 9 Avr - 7:19

Les lèvres de Krayth se fendirent dans un sourire mauvais. Ce sale gosse parvenu ne semblait pas savoir à qui il avait affaire.

"Oh vraiment ?" Dit-il d'une voix suave.

Il était particulièrement tenté de lui envoyer un sort de nécrose en pleine face mais il était ici pour des raisons bien précises et faire des vagues étaient contre ses objectifs. Alors il devra remballer cette envie plus que tentante (et la garder en tête pour plus tard).

"Bref." Dit-il redevenant sérieux. "Vous désiriez me parler, me voici ici, que voulez-vous ? Faites vite j'ai perdu assez de temps comme ça."

Il s'installa à la table en face de son "invité", récupérant sa tasse de thé au passage. C'était SA tasse de thé damned !

_________________
Fiche du Personnage

RP en cours :


avatar
Krayth
Légende
Légende

Messages : 237
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 25
Localisation : Bruxelles

Fiche Technique
Nom: Krayth Vas Tarian
Race: Ethéré
Classe: Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Lun 11 Avr - 21:35

Lorsqu'il vit le sourire mauvais sur les lèvres de son interlocuteur, il comprit que celui-ci n'avait pas deviné son identité, et qu'il valait mieux se montrer prudent pour éviter que l'un d'entre eux meure - car il se méfiait suffisamment depuis qu'il l'avait vu détruire la feuille.
-Oh vraiment ?
Aïe. Manifestement, ce sorcier irritable était fortement tenté.
- Bref. Vous désiriez me parler, me voici ici, que voulez-vous ? Faites vite j'ai perdu assez de temps comme ça.
Helian réfléchit à toute vitesse et réprima un sourire. C'était un des moments les plus importants de l'enquête. Si Dragon Noir lui avait demandé d'enquêter sur lui, c'est qu'il représentait probablement une menace. Et s'il était une menace, c'est qu'il avait sûrement un maître -comme lui probablement.
À peine eut-il terminé sa réflexion que l'éthéré s'assit et tendit le bras pour récupérer sa tasse. Helian décida finalement de le laisser la reprendre.
- J'ai deux questions :
Un, qui êtes-vous ? Je sais que vous portez au moins deux nom : Krayth Vastarian et Le Gardien. Quels sont donc les autres ?
Deux, qui servez-vous ?

Puis il porta toute son attention sur son interlocuteur, pour observer sa réaction. Il était peu probable qu'il réponde la vérité, mais ce qu'il dirait pourrait l'aider à en savoir plus sur cet éthéré.

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Krayth le Mer 13 Avr - 7:17

Krayth se cala confortablement dans son siège et prit une posture faussement négligeante.
Il porta ensuite la tasse de thé près de son nez et l'huma légèrement, puis il prit une petite gorgée. Lentement. Faisant sciemment attendre son invité. Et en plus ce thé était d'une rare qualité, il fallait bien l'avouer. Il ne manquerait pas de revenir ici plus tard. Quand il aurait le temps... Et si cet endroit survivait aux évènements qui allaient prochainement survenir dans cette ville.
Puis il fit mine d'enfin réfléchir aux questions de son interlocuteur.

- Qui suis-je ? demanda-t-il réthoriquement. Vaste question, je suis passé par de nombreux noms. Disons juste que vous en savez pour l'instant.

Krayth se redressa soudainement, posa ses coudes sur la table et joignit ses mains devant son visage. Ses yeux bleus glaces regardaient fermement son interlocuteur.

-Je pourrai aussi bien vous poser la question. Je ne connais que votre surnom. Le Loup Noir. Vous avez bien caché vos traces jusqu'ici.

Puis, il reprit sa posture négligeante.

- Enfin qu'importe. Krayth haussa les épaules et fit un geste de la main comme écartant le sujet.

- Quant à pour qui je travaille. Vous le décrouvirez bien assez tôt. dit-il dans un sourire inquiétant. Je sais... ou du moins j'ai une idée pour qui vous travaillez en ce qui me concerne...

Krayth se leva ensuite et fit mine de s'en aller.

- D'ailleurs faites-lui passer ce message : " Leur avènement ne tardera pas". ajouta-t-il.

_________________
Fiche du Personnage

RP en cours :


avatar
Krayth
Légende
Légende

Messages : 237
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 25
Localisation : Bruxelles

Fiche Technique
Nom: Krayth Vas Tarian
Race: Ethéré
Classe: Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Jeu 14 Avr - 7:41

L'éthéré se repositiona sur son siège pour être plus à l'aise. Puis but lentement son thé. Lentement.
Helian garda le silence patiemment. L'éthéré le faisait sûrement volontairement attendre, mais cela n'avait aucune espèce d'importance.
- Qui suis-je ? Vaste question, je suis passé par de nombreux noms. Disons juste que vous en savez assez pour l'instant.
Un sourire amusé fendit le visage du Loup Noir. Jolie réponse, même si un peu pompeuse au début. Qu'allait-il en être de la deuxième ? Mais l'éthéré préféra enchainer.
-Je pourrai aussi bien vous poser la question. Je ne connais que votre surnom. Le Loup Noir. Vous avez bien caché vos traces jusqu'ici.
À ces mots, un grand silence se fit autour d'eux. Les discussions cessèrent et de nombreuses paires d'yeux de fixèrent sur eux. Sur lui.
Helian dut fortement se retenir pour ne pas éclater de rire. Ils étaient d'une discretion ... À n'en pas douter, tout l'Empire Kentan saurait dès le lendemain qu'il se trouvait dans cette ville.
Puis il reprit son sérieux.
- Enfin qu'importe. Quant à pour qui je travaille. Vous le décrouvirez bien assez tôt. Je sais... ou du moins j'ai une idée pour qui vous travaillez en ce qui me concerne...
Bien assez tôt ? Ses impressions se confirmaient. Il allait probablement rencontrer à nouveau cet homme, et ils ne seraient probablement pas du même camp. Quant à la dernière phrase, elle signifiait que l'éthéré avait trouvé qu'il travaillait soit pour les Drows, soit pour les réfugiés de l'Inquisition -cette dernière hypothèse était fausse mais pas improbable, étant lui-même "pourchassé" par les Kentans.
- D'ailleurs faites-lui passer ce message : " Leur avènement ne tardera pas".
Aïe. Cet éthéré en savait beaucoup. Il venait de montrer qu'il avait compris qu'Helian travaillait pour les Drows, et pour UN Drow -donc un clan- en particulier.
Mais le message était le plus inquiétant. Il montrait indubitablement qu'il parlait des adversaires des Drows. Et ce "leur" ne pouvait s'appliquer aux Kentans. Il parlait donc des Hauts-Elfes, peut-être de leur assemblée. Le Loup Noir retint un frisson en pensant aux trois dieux Hauts-Elfes.
Soudain, une clameur emplit la rue. Sûrement un voleur trop peu discret. Mais lorsque l'attention qui avait pu lui être portée revint sur le Loup Noir, il avait déjà disparu.

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Sam 30 Avr - 1:56

À la disparition de Loup Noir, la foule cria de surprise, mais se calma vite.
Ce ne fut que peu après qu'un soldat accourut et écarta la foule. Il s'était apparemment vêtu à la hâte, car son armure n'était pas correctement mise. Il sortit son arme et commença à l'agiter dans tous les sens, tel un dément. La foule s'écarta prudemment.
Vociférant comme un damné, il jetait des regards noirs autour de lui.
- Montre-toi, Loup Noir ! Je sais que tu es là !
Puis, voyant qu'il n'obtenait aucune réponse, il reprit de plus belle :
- Lâche ! Tu as osé assassiné mon maître !
L'armure de l'homme était entièrement rouge. Un membre de la Légion Écarlate. Il en voulait sûrement à Loup Noir d'avoir tué leur Inquisiteur, Aldorian Lunar.
- J'aimerais finir mon verre, si tu le permets...
La voix de Loup Noir venait de s'élever d'une table du restaurant. Profitant de la stupéfaction du soldat, il finit rapidement se verre, puis l'envoya d'un geste fluide dans la direction de la tête du soldat. Se dernier eut le réflexe de se protéger avec sa main, brisant le verre contre son gantelet.
Helian s'adressa au propriétaire qui venait d'apparaître, pour connaître la raison de toute cette agitation :
- Pour le remboursement, vous pourrez vous servir sur le soldat qui s'agite là-bas.
L'assassin se leva et se dirigea prestement vers le paladin. Autant en finir rapidement.
Poussant un rugissement tonitruant, l'homme en armure le chargea tête baissée.
Haussant les sourcils, Helian se décala légèrement sur le côté, et prit à deux mains le bâton qu'il avait récupéré contre un mur du restaurant. Et l'envoya percuter violemment l'entrejambe du fou. Celui-ci fut stoppé net dans sa course et heurta le sol, plié en deux.
Helian en profita pour se hisser rapidement sur le toit du restaurant, lançant une pique au passage :
- À votre place, je choisirais le suicide collectif, c'est plus simple pour les autres et cela revient au même.
Lorsque le paladin se releva, il ne voyait plus son adversaire. Certain qu'il s'était à nouveau enfui, il accouru vers la place, d'où il regarda pour la deuxième fois autour de lui. Puis s'immobilisa. Et bascula en arrière. De sa poitrine émergeait un empennage noir.

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Krayth le Lun 2 Mai - 8:20

Krayth soupira en voyant le combat entre le soldat et le Loup Noir.

Il prit lentement une gorgée de sa boisson en même temps que le garde tomba à terre, plié en deux, facilement vaincu par le coup de poing de l'Assassin.

'Quel comportement puéril.' se dit-il en fronçant les sourcils d'agacement. Pourquoi ne pas simplement ignorer ce stupide soldat.

Krayth se leva en libérant un soupir, lança 5 pièces de bronzes sur la table et fit signe au serveur qu'il avait payé avant de s'en aller.

Il était temps de partir, avec le petit tour de l'Assassin, la garde pululerait bientôt et il n'avait aucune envie d'avoir à les supporter.
Il était grand temps de mettre les voiles. Sinon la ville risquait d'être en alerte plus tôt que prévu.

Il était tout de même inquiété, le Loup Noir en se dévoilant si ouvertement avait alerté la populace et bientôt la garde serait doublé. Ennuyeux.

Il semble qu'il est grand temps de mettre en oeuvre le plan. Enfin !

Un sourire cruel et mauvais s'étira sur ses lèvres.

"Ghoar'z nar Tarun..." (Trad :Que le spectacle commence... Let The show begin...) murmura-t-il tout bas avant de disparaitre dans une ruelle.

_________________
Fiche du Personnage

RP en cours :


avatar
Krayth
Légende
Légende

Messages : 237
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 25
Localisation : Bruxelles

Fiche Technique
Nom: Krayth Vas Tarian
Race: Ethéré
Classe: Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Mar 3 Mai - 4:38

Il avait encore tué un Kentan, et peu discrètement.
Le Loup Noir sourit. Il commençait à devenir connu. Vraiment connu. Il était craint, et attirait beaucoup l'attention. Tout se passait comme prévu. Si l'on voulait parler d'un Drow, le premier nom qui venait à la bouche de plus en plus de gens, c'était le sien. Ses actions spectaculaires étaient ainsi inégalées -parce qu'un assassin normal serait discret et parce que peu de gens étaient capables de l'imiter - ce qui faisait croire à tort qu'il était le seul "homme de l'ombre" Drow. Agissant toujours en solitaire, qui pouvait penser qu'il faisait partie d'une organisation ? Et même si quelqu'un avait cette idée, lui viendrait-il à l'esprit que le fameux Loup Noir n'était pas le membre le plus important de celle-ci ?
Ainsi, en restant peu discret dans ses actions - disons plutôt dans ses résultats - il attirait l'attention sur lui et la détournait de son "employeur" et de ses autres hommes. Il pensait notamment à Mrath. Déjà que celui-là était extraordinairement discret, là il était gâté.
Et ce n'était pas tout. La notoriété qu'il gagnait progressivement lui serait utile. Ils auraient par la suite besoin de sa réputation d'assassin infaillible, qui n'aurait pas ainsi voyagé s'il avait vraiment été discret. Et si ses actions pouvaient donner à quiconque l'impression de savoir constamment où il était, ceci n'était qu'une illusion puisque le temps qu'il soit repéré, le mal était déjà causé. La garde doublée, ses objectifs était remplis et il était généralement déjà ailleurs.

Quoi qu'il en soit, il avait assez joué avec ces Kentans. Il allait maintenant passer aux choses sérieuses. Entre tuer un soldat ou un Inquisiteur et l'Amiral de la flotte Haute-Elfe, il y avait de la différence de niveau...

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Krayth le Mer 25 Mai - 1:26

Paresseusement adossé à une fontaine sur la place, Krayth observait d'un oeil morne et désintéressé la foule qui s'agglutinait devant le bâtiment de l'inquisition.
Ce genre d'évènement était devenu chose courante ces derniers temps. La populace en avait assez de vivre dans la peur de l'Inquisition et de ses terribles paladins. Les taxes de plus en plus lourdes imposés par le Clergé les faisaient vivre dans une misère crasse.
Des rumeurs de mouvement de révolte se propageaient de plus en plus parmi les bas-fonds et les commerçants mais aussi chez les nobles.
Il ne fallait plus qu'une petite étincelle pour que tout explose dans une merveilleuse rébellion !

Krayth le savait bien après tout, c'était grâce à lui si ces rumeurs se propageaient si vite et si la situation était si catastrophique entre le Clergé et les habitants de la région.

Ce n'était pas un hasard s'il avait choisi cet endroit en particulier après tout. Les peuples des environs avaient toujours été particulièrement rebelle. Loin de tout et surtout loin des principaux centre d'Influence du Clergé ou de la Royauté, le sentiment d'appartenance au Grand Empire Kentan était faible au mieux et inexistant au pire, ajoutez à cela que cette ville se trouve entre deux autres surpuissances, les Hauts-Elfes et les Ethérés, et la vaste diversité culturelle qui en est née et vous avez un cocktail particulièrement explosif fasse à toute forme d'oppression.

Si le Clergé de la Lumière est parvenu à maintenir la région sous son contrôle c'est grâce à l'importante garnison qu'il y a dépêché.

Krayth savourait d'avance son petit succès... Maintenant il aimerait que la situation éclate. Depuis plusieurs jours celle-ci stagnait. Le fil devenait de plus en plus fin et pourtant...

C'était rageant !

- En effet.

Soudainement une voix se fit entendre. Féminine, froide et dure. Il savait à qui elle appartenait. Il tourna la tête vers la gauche et vit une jeune fille portant un lourd manteau bleu-mauve (en pleine été), des yeux plus rouges que le sang et des cheveux encore plus argentés que les siens.

- Illyasviel. salua-t-il d'une voix tout aussi froide.

- Que me vaut le déplaisir de ta visite ?

Son rire glacial et, bizarrement, cristallin lui répondit.

- Tu sais bien que tu as toujours été particulièrement intéressant à observer. dit-elle ensuite.

Elle l'observait avec un léger sourire sur les lèvres comme si riant d'une blague connue d'elle seule.

Prenant le parti de l'ignorer, Krayth décida de faire semblant de s'intéresser à la foule.

- Dis-moi... Quand comptes-tu accepter mon offre ?

Ah. LA question. Toujours la même, depuis presque 20 ans.

- Nous verrons.

Les yeux d'Illyasviel s'illuminèrent triomphalement. Ce n'était pas la même réponse que d'habitude.

- Bien.

Et elle disparut comme si elle n'avait jamais été là.

_________________
Fiche du Personnage

RP en cours :


avatar
Krayth
Légende
Légende

Messages : 237
Date d'inscription : 02/02/2011
Age : 25
Localisation : Bruxelles

Fiche Technique
Nom: Krayth Vas Tarian
Race: Ethéré
Classe: Sorcier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Lun 2 Jan - 5:59

Soupir.
Le combat avait cessé, et il n’en avait pas autant appris qu’il ne l’aurait souhaité. Un cimeterre était la seule arme de son fils, et celui-ci semblait le manier avec célérité et talent. Fruit d’un dur entrainement ou d’un talent inné ? Surement un peu des deux…
La réticence apparente de Melkion à engager la conversation était manifeste. Peu bavard… Solitaire mais prêt à faire équipe si le besoin s’en faisait sentir ? Réfléchi, donc. D’après les murmures qui parcouraient la foule commençant déjà à se dissiper, c’était le Kentan qui avait engagé le combat, sans donner de raison valable. D’ailleurs, son adversaire n’avait pas riposté. Étrange… Fauteur de trouble ?
Le digne fils du Loup Noir.

Helian se détourna. Assez d’amusement. La mission d’abord. Il avait déposé son cheval à l’écurie de la ville, accessible à tout membre du Réseau. S’assurant de ne pas être suivi, il parcourut la ville en direction de la planque de l’organisation. Une maison banale. Il entra, après avoir frappé les quatre coups à l’espacement particulier du Loup Noir. Un Kentan venait de se lever précipitamment, tandis qu’un Éthéré semblait occupé par quelques lames.
- Maître Assassin Loup Noir, c’est un honneur de vous accueillir ici.
- Et pour moi une grande joie de rencontrer les assassins de la Cité.
- Avez-vous besoin d’une quelconque aide ?
Le Kentan qui venait de parler était logiquement le chef de l’équipe, et donc l’assassin. L’Éthéré était probablement l’ « assistant » chargé de préparer l’équipement de l’équipe. L’ « assistant terrain » était peut-être dans les rues. C’était généralement celui qui faisait la reconnaissance du terrain et couvrait l’assassin lorsqu’il était en pleine mission en s’assurant qu’aucun témoin impromptu ne survienne –ou ne survive. L’ « assistant équipement » était la source des savoirs de l’équipe. Poisons, techniques de contrebande, armurerie, enchantements, c’était son rayon. Il connaissait généralement un peu de tout, mais était souvent spécialisé. L’assassin… exécutait la cible, ce qui demandait des connaissances couvrant les mêmes domaines que l’assistant équipement… mais dans leur application. Donc les capacités physiques qui allaient avec. Un bon assassin n’avait pas besoin de savoir comment étaient fabriqués ses poisons, mais bien leur usage et leurs antidotes –et ce, sans l’ombre d’une hésitation. L’assassin était celui qui devait déterminer comment user des outils mis à sa dispositions pour donner à l’assassinat sa forme requise, qu’il faille insister sur sa violence, faire croire que le meurtre a été réalisé par une personne précise, ou le déguiser en accident. Cela, Helian devait reconnaître qu’il en était bien incapable. Mais ce n’était pas son rôle. Lui s’occupait des cibles trop grosses pour les autres. Et à ce niveau, plus besoin de tenter de dissimuler, c’était le plus souvent voué à l’échec. Comment voulez-vous assassiner discrètement le dirigeant d’un pays, alors qu’il a son service toute une ribambelle de d’espions, de mages et de gardes du corps ?
Enfin, l’assassin était logiquement le supérieur hiérarchique de l’équipe, et s’occupait donc de la planque et des communications avec les autres équipes et de la réception d’ordres.
- Bien sûr. J’ai besoin d’un déguisement pour pénétrer en territoire elfique.
Haussement de sourcils étonné.
- Sûr que votre rôle n’était pas de pénétrer discrètement dans la Cité…
Humour d’espion. Or, s’il en avait été un avant, il ne pratiquerait pas ce genre d’humour. Ce n’était donc pas lui qui l’aiderait, mais probablement l’assistant équipement ou terrain. L’assassin continua :
- Aaris, c’est plutôt ton domaine, ça…
- Ouais. F’drait quand même plutôt d’mander à ceux qu’sont sur place. Dois avoir de quoi s’faire passer pour un indép’ pour le traj’.
Abréviations, phrases raccourcies… Pas très loquace celui-là. Il examinait des couteaux de lancer alors qu’il parlait.
Appréhendant manifestement un futur manque de courtoisie de son associé envers un membre influent de leur organisation, l’assassin s’adressa au Fils du Vent.
- Je sais où il se trouve, je vais vous le chercher.
- Merci.

Le Kentan éclipsé, le maître assassin observa attentivement la salle dans laquelle il se trouvait. Salon tout à fait ordinaire, il ne trahissait absolument pas la fonction de ceux qui l’habitaient. Sauf pour l’Éthéré qui attirerait immédiatement les soupçons si un intrus entrait subitement. L’habitude de la sécurité, sûrement. De plus, les assistants équipement passaient presque tout leur temps dans la planque de leur ville.
- Tu ne devrais pas faire cela ici.
- Pourquoi cela ?
Pure fainéantise de la part de son interlocuteur, qui ne voulait sûrement pas se fatiguer à montrer qu’il avait compris et qu’il était réticent. Helian avait tout de même un peu d’expérience.
Baissant le ton, il parla tout juste assez fort pour que l’Éthéré l’entende.
- Tu mets en danger le Réseau.
Celui-ci pâlit à ces mots, et s’empressa de récupérer son matériel pouvant paraître suspect et sortit du salon, montant l’escalier qui se trouvait au fond de la pièce.
Il est des choses qu’il n’est jamais rassurant d’entendre. Car tous les membres du Réseau savent au moins une chose sur l’organisation. Elle ne tolère pas l’incompétence, et elle possède des membres qui ont pour mission de vérifier que les autres ne la mettent pas en danger. Il était déjà arrivé qu’un assassin haut placé perde la vie pour avoir négligé d’effacer ses traces. Le Réseau avait dû tuer tous ceux susceptibles d’avoir aperçu les traces, et avait failli être découvert par des espions étrangers. Mrath lui-même avait dû se déplacer pour réparer la terrible erreur. L’assassin avait ensuite été occis de la main même du maître espion, saisi d’une fureur effrayante, malgré le rôle qu’il avait ensuite joué dans la réparation de son erreur.
L’Éthéré ne pouvait savoir si le Loup Noir rapporterait sa négligence, mais avait eu le bon sens de montrer ouvertement son embarras, mais sans toutefois plus s’humilier. Il était orgueilleux. Pas suffisamment pour ne pas écouter un avertissement, enfin… Ce n’était pas à Helian de s’occuper de ces choses.

L’assassin revint, avec le déguisement.
- Vous pouvez vous changer au sous-sol, j’y ai par ailleurs mis un coffre à votre disposition pour y ranger votre déguisement actuel.
Le Fils du Vent acquiesça, prit les vêtements que lui tendait son confrère, et descendit par la trappe qu’il lui avait indiquée, et s’y changea.
Les vêtements mêlaient habilement richesse et modestie, pour simuler à la perfection l’apparence qu’aurait un marchand indépendant. Richesse pour sa fonction de marchand qui devait rapporter suffisamment pour pouvoir l’amener en territoire elfique malgré sa naissance drow, et modeste pour montrer qu’il était indépendant, et donc n’était pas assez aisé pour s’abstenir de se déplacer lui-même –bien que la fierté de ces commerçants ait souvent un rôle à jouer dans ce choix–, et pour lui permettre de faire profil bas devant les méprisants Elfes. Car pour sa mission, il risquait malheureusement de devoir se montrer, et ne pas se contenter d’être furtif. Il ignorait l’étendue de la protection (qui découlait directement de l’orgueil et de la paranoïa) de sa cible, et devrait donc l’évaluer une fois sur place, ce qu’il ne pouvait se permettre de faire en attirant l’attention par une présence trop discrète.
Il rangea son « costume » de pirate dans un coffre, qu’il ferma à clé (qu’il prit, évidemment), et sortit de la planque, non sans saluer rapidement l’assassin.




Pirate… Costume… Déguisement…
Azaran…
Il était… Helian Liadon, l’Errant, Loup Noir, et… Pirate.
Au fond de lui-même, une identité attendait. Un retour.
Le retour… d’Azaran. Pourquoi avait-il … Azaran… La Nef Blanche, reine des Eaux… Naustri… Le début et la fin…

Anthran ne pouvait oublier le jour où il avait vu le rêve qui fut sa vie se briser : La mort d’Azaran, à Naustri.
Au sein de leur quartier général situé sur une île non répertoriée, au beau milieu de la mer, ils s’étaient séparés en deux groupes. Ils avaient repéré un gros convoi drow sur le point de partir vers le continent. La première flottille était constitué d’Azaran et de six de ses capitaines et était chargé d’intercepter le convoi. La deuxième devait patrouiller non loin de l’île. Anthran en faisait partie.
Ils voguaient paisiblement, insouciants, son navire et celui de l’Invincible. Les helaras accompagnaient leurs vaisseaux, présages de félicité et de chance. Ils n’avaient alors pas compris de quelle chance il était question. Quelle chance dont ils bénéficiaient involontairement. Quelle chance s’apprêtait à les saigner. La chance manifeste en mer est rare. Et nul ne donne sans prendre. Cette chance, ils auraient préféré l’abandonner de bon cœur, s’ils avaient su ce qu’elle impliquait… et s’ils l’avaient pu.
Ce que chaque marin shramien finit par découvrir, c’est que toutes les chances ne sont pas indissociables. Et que la chance en mer ne signifie seulement que l’on a très peu de chance de périr en navigant dans la semaine. Et la chance et le bonheur ne vont pas systématiquement de pair.
Ce doute les effleura lorsqu’ils virent les mages de leurs navires se diriger dans leur direction d’un air sombre. L’incrédulité qui accompagne la révélation les saisit lorsqu’ils les écoutèrent parler. L’espoir désespéré qui suit cette découverte les engloutit alors qu’ils comprenaient.
Azaran était tombé dans une embuscade et appelait les renforts. Les trois navires escortant les douze cargos s’étaient révélés être une flotte de guerre de quinze vaisseaux. Elfes et Drows s’étaient alliés contre toute attente pour éliminer leur commun fléau.
Anthran n’était qu’à demi conscient de ses actes, alors qu’il hurlait de foncer en direction de Naustri. Fou d’angoisse, il en priait presque la mer. Il n’était pas loin de Naustri dans le cadre de sa patrouille, et son vaisseau était le plus rapide de la mer shramienne. Puisse la flèche se ficher à temps !
L’ire l’envahit, alors qu’il contemplait le spectacle de Naustri. Seize bâtiments sombraient. Les six qui escortaient la Nef Blanche avaient été éventrés, et seuls dix des ennemis étaient détruits. Cinq noirs encerclaient la Blanche Nef qui brûlait. Son pont rougi portait des silhouettes ne cessant de se battre. Son Pirate se défendait désespérément.
Anthran, possédé, ordonna un dernier combat. Filant à une allure impressionnante, La Flèche fonçait droit vers les ennemis de son chef, de son dieu. D’Azaran.
Un bref instant, il crut percevoir, deviner, un infime mouvement sur son visage, malgré la distance qui les séparait.
Azaran souriait.
Soulagé.

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Althalus le Jeu 12 Jan - 9:25

L'humain ne s'était pas arrêté, typique de cette race d’écervelés et de brutes.

Il n'aurait pas du se mêler de ce combat entre deux mercenaires qui pouvaient probablement avoir de bonnes raisons de se battre. Mais il était maintenant intervenu et il décida d'essayer d'arrêter ce combat afin de mieux comprendre ce qu'il se passe dans cette ville.

Il encocha donc une flèche et tira de manière à séparer les bélligérants sans porter de coups.
L'humain avait continué à attaquer, visant les épaules de l'elfe, qui se contentait quand à elle d'esquiver les attaques.
La flèche se planta dans le sol, proche de l'humain qui semblait l'avoir vu venir et s'était décallé tout en continuant son assaut.

Althalus vit que l'épéiste intensifiait sa vitesse, il ne se battait donc pas sérieusement... Quelle raison aurait-il eu à tout cela ?

Althalus encocha une seconde flèche, afin de tenter une nouvelle fois d'interrompre le combat et de vérifier sa théorie concernant l'humain.

Sa flèche se planta de nouveau à peu de distance de l'homme qui avait esquivé durant le combat. Il suivait donc d'un oeuil ses gestes et ne semblait pas vouloir l'attaquer.
De plus, il semblait tester les capacités de l'elfe en augmentant progressivement sa vitesse d'attaque.. jusqu'où pouvait-il augmenter...

Althalus décida d'arrêter de tirer vu qu'il ne pourrait gêner l'humain quand le ciblant directement. Il décida qu'il voulait lui aussi voir jusqu'où pouvait aller ces deux combatants, d'autant que l'elfe continuait d'éviter toutes les attaques de l'homme.
Il encocha tout de même un fleche afin de pouvoir répliquer si finalement l'humain décidait de se tourner vers lui.

Le combat dura encore quelques instants, puis au moment où il semblait que l'elfe commençait à faiblir, l'homme s'arrêta d'attaquer aussi soudainement qu'il avait engagé le combat.
Il se retourna et observa la foule. La prise d'Althalus sur sa corde se raffermie, afin d'être prêt si d'aventure l'humain voulait le tester également.

Mais l'homme rengea son arme et lui fit signe d'avancer. Intrigué mais ne détectant aucune ruse dans le comportement de l'humain, Althalus détendit son arc et le rangea à sa ceinture.
Althalus se dirigea alors vers les deux belligérants, gardant néanmoins un main sur unde ses cimeterres pour le cas où.

le jeune humain croisea les bras et commença s'adressa autant à lui qu'à l'elfe.

- Je suppose que vous savez tous deux vous battre...

Tout en avançant, Althalus réfléchissait à ses intentions et à leurs buts communs. Il était évident que tous trois n'avaient pas eu une vie de palace et avait un certain talent martiale.

- Je vous propose de former un petit groupe de traque.

Tiens, il y pensait aussi. Intéressante proposition. Il était plus intéressant de s'associer avec des mercenaires à l'allure plus où moins louche mais qui ne cachaient pas leurs intentions.

- Pour ce que nous avons à faire, il est bien plus efficace d'être en groupe, inutile de vous faire un cours sur ce fait, je pense.

Cest un fait, ils avaient chacun des capacités mais devraient les mettre en commun afin de pouvoir réussir cette chasse où le gibier était chez lui.

Il arriva au centre de la place alors que l'humain avait refermé la bouche sur ces paroles concises et que l'elfe se présentait à son tour.

« Je suis la Valkyrie, Haute-Elfe renégate... »

Voila qui était fortement intéressant. Il est toujours plus facile de traiter avec des elfes quand ils étaient soignés de leur nombrilissme exacerbé et qu'il ne prenaient pas tout le monde de haut.

« Un attaquant à distance... »
« ... Un combattant au corps à corps... »
« ... Et une traqueuse. On se complète finalement. »


Leur groupe assez cosmopolite était effectivement complémentaire.
Ceci dit, il ne les connaissait pas et il devrait garder en permanence un oeuil sur eux.

"Entièrement d'accord, et plusieurs compétences valent mieux qu'une."

Il s'inclina légèrement pour saluer ces deux jeunes gens et se présenta.

"Je suis Althalus, Elfe noir originaire de Shelonia et comme vous l'avez vu, archer entrainé."

"Je suis effectivement intéressé par votre proposition car je comptais participer à cette traque mais ayant récemment débarqué sur le continent j'ai besoin de gens maîtrisant plus que moi cette ville et ses usages."

"Mais que diriez de reprendre cette conversation à l’abri des oreilles indiscrètes, il est un proverbe chez moi qui dit que celui qui veut conserver sa gorge doit éviter d'y laisser passer ses secrets "
avatar
Althalus
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 22
Date d'inscription : 20/08/2011
Age : 29
Localisation : Bordeaux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.elfalapom.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Melkion le Sam 14 Jan - 8:25

- Je suis la Valkyrie, Haute-Elfe renégate...

Renégate ? La précision était de peu d’importance. Un Elfe restait un Elfe, qu’il soit renégat ou non. Il était des tares qui ne disparaissaient pas si aisément… Et qui sait si elle n’était désormais pas pire ?

- Un attaquant à distance... Un combattant au corps à corps... Et une traqueuse. On se complète finalement.

Melkion sourit intérieurement. Deux traqueurs. Si l’Elfe se classait dans cette catégorie, c’est qu’elle savait s’y faire en ce domaine. Melkion, lui, n’entendait rien à la traque, mais il n’en restait pas moins un traqueur. Sa cible était le Loup Noir. Un beau gibier.

- Entièrement d'accord, et plusieurs compétences valent mieux qu'une.

Cela se passait de commentaire. Ils tournaient en rond, à répéter des évidences…

- Je suis Althalus, Elfe noir originaire de Shelonia et comme vous l'avez vu, archer entrainé.

Vu ? Non, il ne l’avait pas vu. Le Drow avait tenté de tirer, et il avait raté sa cible. Cette première fois, c’était le jeune homme qui l’avait été, mais il espérait que l’archer ne manquerait pas la suivante. L’incompétence était un vice qu’il n’acceptait pas.

- Je suis effectivement intéressé par votre proposition car je comptais participer à cette traque mais ayant récemment débarqué sur le continent j'ai besoin de gens maîtrisant plus que moi cette ville et ses usages.

Eh bien, le voilà tout désigné. Voilà deux ans qu’il connaissait la Cité. Largement assez pour la connaître suffisamment. Vu que l’autre était une Elfe, elle connaissait très peu probablement la Cité. Soit, il serait le guide. Ce serait l’occasion de voir ce que fait un traqueur dans un terrain qui lui était inconnu. Amusant…

- Mais que diriez de reprendre cette conversation à l’abri des oreilles indiscrètes, il est un proverbe chez moi qui dit que celui qui veut conserver sa gorge doit éviter d'y laisser passer ses secrets.

Juste. Enfin, pour la majeure partie des gens. Lui ne craignait qu’une personne, et autant considerer que celle-ci était capable d’entendre tout ce qu’il disait.

Melkion acquiesça, et fit signe à ses deux « compagnons » de le suivre. Il se fraya un chemin parmi les quelques badauds qui restaient, et pénétra assurément dans une ruelle, avant de bifurquer plusieurs fois, marchant assez lentement et prudemment pour que les deux lurons paumés parviennent à le suivre.
Parvenus dans une petite avenue sombre idéale pour ce genre de conversation, Melkion s’arrêta et se retourna, pour s’adresser à l’Elfe et au Drow, articulant soigneusement chacun de ses mots, comme s’il répugnait à les prononcer.
- Cet endroit suffira. Je vous propose d’agir la nuit, comme ce que feront probablement les autres. Nous avons de la concurrence en trop, les gêneurs seront moins nombreux, et la nuit n’a jamais déplu aux espions. Nous pouvons nous séparer et nous retrouver à un endroit donné, ou je peux vous guider. C’est selon votre choix.

Adossé au mur, les bras croisés, Melkion ouvrit les yeux après sa longue tirade. Il ne tarderait pas à savoir comment allaient réagir Althalus et la Valkyrie à la perspective de tuer de sang-froid, dans le seul but de se faciliter la tâche. S’ils étaient inaptes à tuer dans ces circonstances, Melkion devait le savoir et agir en conséquence. Une âme sensible pourrait ne pas réagir assez vite en cas de danger. De plus, ils ne pouvaient pas se permettre d’avoir des dissensions au sein de leur petit groupe. Si certaines actions provoquaient des réactions polémiques parmi eux, leur efficacité serait bien moindre. Au fond, aucun d’entre eux ne faisait probablement confiance aux autres, mais les apparences sont parfois plus influentes que l’on ne peut soi-même le penser. Aussi, il devait à tout prix éviter les sujets pouvant potentiellement provoquer une discorde, afin de permettre à leur équipe de garder tout son potentiel.

Fixant attentivement ses interlocuteurs, Melkion essaya de discerner des indices quant à leurs réactions intérieures.
avatar
Melkion
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 19
Date d'inscription : 19/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Arckal le Dim 15 Jan - 5:30

Le réveil du mercenaire n'avait pas été de tout repos, une bagarre avait eu lieu dans l'auberge et la garde y avait mis fin très vite. C'est avec un grognement qu'il se leva, l'épée toujours dans la main et membres engourdies par le réveil. Il fit quelques exercices puis appela un de ses hommes et lui manda d'aller chercher à manger pour le groupe. Se souvenant de la nuit dernière, il respira et se concentra pour essayer de se rappeler des visages de tous les mercenaires présents dans la salle. Seuls quelques mercenaires l'avait marqué, mais aucun d'eux n'étaient humains ou ne ressemblaient en rien à un mercenaire. Un bruit à la porte brisa sa réflexion, un ordre bref et la porte s'ouvrit, un homme déposa un plateau garni de nourriture et ressortit. Bien que la nourriture n'était de mauvaise qualité, elle n'en était pas pour autant excellente mais ce fait ne dérangea pas Arckal qui termina sans hâte son repas puis mit son armure. Après avoir fini de mettre son armure, il se planta devant la fenêtre et observa silencieusement la position du soleil.
-Déjà midi ...., grommela t-il, il est temps de bouger.
Il sortit de sa chambre, entra dans celle de son second qui mangeait. Celui-ci surpris tenta un salut mais Arckal lui donna ses ordres, pris au dépourvu, le second pris note dans sa tête et entreprit de finir son repas tandis que son chef sortait. Le grand mercenaire retourna dans sa chambre et tira un objet de sous son lit, l'objet était un bouclier, de qualité moyenne et assez grand pour protéger une bonne partie de son corps et assez pour gêner son adversaire en combat. Il l'accrocha dans son dos et sortit de l'auberge avec trois de ses hommes, des mercenaires en armure de qualité moyenne tout comme leurs armes. Le petit groupe se mit à déambuler dans cité pour la découvrir plus, voir trouver des indices concernant leur mission.
Au bout de deux heures, Arckal fit signe à ses hommes de s'arrêter et observa un groupe extrêmement étrange, un humain, une elfe anormale et un drow. Aucun groupe de ce type ne se forme sans raison. Il chuchota à ses hommes :
- Je vais aller les provoquer, vous allez surveiller de loin et prévenir la garde s'il le faut.

Les deux soldats se regardèrent, puis finirent par hocher la tête. Arckal ordonna à l'un des deux de frapper à l'estomac l'autre pour distraire la foule après son départ. Le colosse avança en direction du groupe devançant ses hommes qui attendaient et jouaient le rôle de victime. Il avançait d'un pas lent et sûr, sans regarder les trois individus directement, il tenta d'en bousculer un assez violemment et d'un pas vif tourna dans une ruelle, puis une autre et finit par se stopper au milieu de celle-ci. Attendant patiemment ....


Dernière édition par Arckal le Dim 29 Jan - 2:11, édité 1 fois

_________________
avatar
Arckal
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 22
Date d'inscription : 01/12/2011

Fiche Technique
Nom: Arckal
Race: Humain
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Kyrie le Dim 22 Jan - 6:26

Si le Sans Odeur avait prit la parole en premier, il observa par la suite un silence prolongé. Evaluatif ? Sans doute. Je crus surprendre un léger agacement chez lui quand Althalus se présenta à son tour, mais rien n’était sûr… Si ce n’est que l’humain soit taciturne. De même, je laissai apparaître un fin sourire : le drow prêtait à l’amusement, essayant de se donner quelque contenance.
En vain, son discours ne témoignant que d’un semblant esprit simple.
Mais la prudence balaya mes premières impressions : il s’agissait peut-être d’une stratégie… Combien de fois, moi-même avais-je trompé ses ennemis en feignant la faiblesse d’une femme ?
Donc je devais rester sur mes gardes…

Je ne pris la peine d’esquisser un mouvement de tête en réponse au drow, celui-ci restant bien loin derrière les préoccupations que m’inspirait Sans Odeur. Quelque chose en lui m’incitait à la méfiance : et ce n’était pas aujourd’hui que j’ignorerai mes instincts.

L’humain prit la tête du groupe en nous conduisant d’un pas assuré au travers la Cité. Les nombreux détours qu’il nous fit faire m’interpellèrent : c’était là les habitudes d’un homme traqué ou excessivement prudent. Ou encore, cela pourrait-il être de la ruse.
Somme toute, Sans Odeur exaltait ma curiosité.
Malgré la foule, je réussis à le suivre sans trop de peine, si ce n’est que je ne pouvais me reposer sur mon odorat coutumier, pour la simple et bonne raison qu’il n’avait pas d’odeur caractéristique, tiens. C’est donc en me focalisant sur sa silhouette discrète que je lui emboitais le pas, sans me préoccuper du drow.

« Cet endroit suffira. »

Je parcourus les environs du regard, quelque peu sceptique. Il y avait bien plusieurs cachettes pour qui souhaitait nous épier… Un toit en biais, cerné d’ombres. Un soupirail. Un échafaudage.
Je reniflai donc longuement, par précaution, sans tenir compte des deux hommes.
Avant de grimacer : les effluves pestilentiels des ruelles humides avaient de quoi vous déboucher définitivement les voies nasales ! Les rues sont les déchetteries publiques des villes, c’est là une valeur quasi-universelle. Ou le garde-manger des saletés.
On ne meurt de faim dans la rue, si l’on consent à mettre de coté son humanité pour redevenir animal.

« Je vous propose d’agir la nuit, comme ce que feront probablement les autres. »

Evidemment. Peut-être était-ce ma nature de loup, mais agir à un autre moment que sous le couvert nocturne de la lune me paraissait stupide. Téméraire. Fou. Bref, suicidaire.

« Nous avons de la concurrence en trop, les gêneurs seront moins nombreux, et la nuit n’a jamais déplu aux espions. »

Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres alors que je les humidifiai de la pointe de ma langue, soudainement excitée. Mes yeux pourpres se voilèrent d’un éclat argent. Ce petit humain… Suggérait-il de procéder à quelques violences ?
Peu importe. L’Insatiable demandait subsistance…

« Nous pouvons nous séparer et nous retrouver à un endroit donné, ou je peux vous guider. C’est selon votre choix. »

Je réagis aussitôt en haussant un sourcil, plus qu’intriguée que surprise.

« Nous séparer ? relevai-je. Quel fut donc le but de former un groupe de traque dans ce cas ? »

Je penchai légèrement la tête vers ma gauche.

« De plus… Je crains que l’on ne soit guère efficaces seuls. Et plus vulnérables : un groupe hétéroclite tel que le notre n’a dû guère passer inaperçu, malgré la foule et la distance de prudence que l’on a observée. »

Ce disant, un mouvement sur ma gauche me fit dévisager un homme de haute carrure, avec un air vaguement familier. Assurément un guerrier, de la catégorie des « actifs » : pas ces soldats se remplissant la panse de graisse qu’ils accumulaient au lieu de les dépenser à se battre… Il passa près de nous, sans montrer de réelle hostilité, lorsque, de sa bonne centaine de kilos, il me bouscula violemment, me faisant percuter le mur.
Bordel ! Salaud !
Il prit la fuite.

Aussitôt mes pupilles se dilatèrent, l’argent s’affirmant sur le magenta sans toutefois l’effacer, et mon visage se crispa en rictus agacés.
Mes ongles devinrent griffes.
Je vais lui faire regretter son acte…
Amèrement…
Détruire tout son ego…
Son être…
Son corps…
Le réduire à l’état de charpies sanguinolentes…
L’ANNIHILER !
J’entaillai rageusement mon bras où était logé la poussière d’argent, l’évacuant de mon organisme alors que le sang s’écoulait. L’Insatiable manifesta sa joie, me procurant un brusque regain d’énergie : celle de l’adrénaline.
J’allais donc suivre sa silhouette qui disparue au détour d’une ruelle quand son odeur caractéristique raviva mes souvenirs. Un grand sourire trancha mon masque de colère. Chaque être avait sa propre fragrance, et malgré les parfums, on ne pouvait totalement la masquer à un bon odorat.
Sans me retourner vers mes pseudo-compagnons, je leur adressai avec un enthousiasme peu dissimulé :

« Nous n’aurons pas à attendre plus longtemps, la première cible vient de débarquer. »

Et je m’élançai, sans souffrir de la bousculade grâce à ma constitution lycanthrope, presque aussi vive qu’un loup.
Ne te transforme pas encore Kyrie, me chuchota la mielleuse voix de l’Insatiable. Surprends. Savoure la terreur, l’incompréhension. Cette euphorie compensera un passager moment de frustration, je te le promets…
avatar
Kyrie
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 41
Date d'inscription : 02/10/2011

Fiche Technique
Nom: Valkyrja Ljösalfar Aydwen
Race: Lycan
Classe: Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Melkion le Sam 28 Jan - 9:04

[…]
Sans prononcer un mot, Melkion emboita le pas à la… femme qui avait manifestement perdu son sang-froid. Dès qu’il eut estimé où se rendrait l’agresseur, il bifurqua soudainement et accéléra le pas. Les ruelles se trouvant peu après celle où était le colosse se rejoignaient en un carrefour assez spacieux pour permettre à des hommes de s’y tenir à plusieurs. Cela lui permettrait de vérifier si la brute était venu seule, et de la contourner pour lui couper toute retraite.
Droite… Gauche… Droite… Droite… Droite.
Alors qu’il parvenait au carrefour, il vit que celui-ci n’était pas vide. Tout comme ses occupants. Il y eut un instant de flottement.
Melkion s’élança, dégaina et trancha la jugulaire du plus proche de ses adversaires, et se tourna subitement pour décapiter son camarade prêt à frapper.
Le Fils du Vent se tourna vers un troisième ennemi qui se tenait en garde, à prudente distance, vigilant.
Le cimeterre ensanglanté laissa perler une goutte de sang. Ruisselante, elle sinua le long de la lame froide, avant de s’arrêter à son extrémité. Une musique inaudible s’éleva, suave et savoureuse. Insaisissables et susurrants, aux silencieuses sonorités, les Murmures bercèrent les oreilles du Kentan.
Une brise tournoyante entoura Melkion, faisant danser les plis de ses vêtements et ses cheveux noirs.
Un souffle imperceptible caressa son visage. Ses sourcils se rapprochèrent lentement, la main affermit tranquillement son emprise sur la poignée de son arme.
Les Murmures cessèrent.
Vent soudain et imprévisible, Melkion bondit.
L’écarlate gicla, alors qu’une faille apparut sur la gorge du complice. La vie d’un homme se répandit sur le sol, et s’engouffra entre les pavés de la ruelle, ses mains vainement portées à sa blessure.
Un corps s’effondra.
Après un moulinet assuré, le fils du Loup Noir rengaina son arme.

Récupérant négligemment la tête qu’il avait tranchée par les cheveux, il vérifia que les lieux étaient bien déserts et se dirigea vers l’allée menant à l’homme à l’armure noire.
En respirant avec précaution.
avatar
Melkion
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 19
Date d'inscription : 19/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Althalus le Mer 1 Fév - 10:07

Althalus avait observé cet homme à partir du moment ou il était entré dans la ruelle.
Il avait vu les deux hommes de la ruelle recevoir leurs ordres avant de commencer à se battre

Hmmm, voila une belle distraction pour camoufler tout ce qui pourrait se passer dans cette ruelle

L'homme s'était avancé vers leur groupe alors qu'ils discutaient de l'orientation et des buts de leur groupe.
Althalus s'était reculé contre le mur pour éviter l'homme et pouvoir bien l'observer

Cet homme fortement battit et équipé d'une lourde armure avançait d'un pas décidé et semblait chercher à les provoquer en les bousculant.
Ce qu'il fit. Il percuta l'elfette de l'épaule et s'élança directement dans une ruelle.
Alors qu'il le regardait s'éloigner, Althalus nota la lourde épée passée au côté de l'homme ainsi que le bouclier passé dans son dos.
Un guerrier, et probablement bien entrainé.

Il vit leur nouvelle "coéquipière" s'élancer sauvagement après l'inconnu après leur avoir lancé
« Nous n’aurons pas à attendre plus longtemps, la première cible vient de débarquer. »

Effectivement, cet homme n'était évidement pas amical.

L'humain qui les accompagnait, Melkion si il se rappelait bien ce qu'il leur avait dit hier, avait aussi suivi la Valkyrie dans ces ruelles et d'après les sons qu'il entendait il ne faisait pas dans la dentelle.
Alors qu'Althalus allait les suivre dans ce dédale, la tête lui tourna et il vit comme en rêve un bloc de pierre s'écraser juste devant ses pieds.
Il recula en titubant et se colla au mur, sa blessure au côté le faisant souffrir.
Plus jamais il ne courrait à l'aveugle sans vérifier les toits. Il chercha quelques prises sur le mur d'où il se trouvait, poussa quelques caisses afin de se constituer un marchepied et réussi à se hisser sur le toit.

Aussi rapidement qu'a son habitude, Althalus déplia son arc, le rebanda et encocha une flèche.
il avança alors sur les toits, suivant les bruits de courses et de combats qu'il entendait dans les ruelles en bas, slalomant entre les cheminées et cherchant des ennemis embusqués.
Alors qu'il arrivait à un embranchement, il aperçu Melkion en contrebas en train d'expédier ses adversaires ad Patres avec une fluidité incroyable. Cet homme avait de bonnes aptitudes et si il l'observait bien il pourrait sans doute apprendre quelques passes d'armes qui pourraient lui être utiles.

Pendant qu'il observait le combat plus bas, il aperçu un mouvement du coin de l'oeil. Quelque chose avait bougé prêt de la cheminée là bas. Il vit un éclat argenté briller et pu apercevoir un archer tirer une flèche dans sa direction. Fort de ses réflexes, il se jeta en arrière, de manière à s'amortir sur la cheminée placée dans son dos.
La flèche passa juste devant lui. Il banda alors le sien et tira sur son agresseur qui s'effondra.

Ainsi il avait bien fait de grimper ici. ses pressentiment se révélaient souvent assez justes ces derniers temps.
Il continua à avancer dans la direction vers laquelle l'humain se déplaçait, sautant de toits en toits et vérifiant les alentours.

Il rattrapa finalement Melkion alors qu'il marchait tranquillement dans une ruelle, transportant dans sa main non armée un trophée de son combat.

Althalus décida de suivre Melkion discrètement par les toits afin de le couvrir, car à priori il ne courait pas assez vite pour retrouver l'elfette qui avait fait montre d'une vitesse de course impressionnante.

Il émit un sifflement discret afin que l'humain soit au courant de sa présence, encocha une flèche et repris son slalom entre les cheminées.

(^_^)
avatar
Althalus
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 22
Date d'inscription : 20/08/2011
Age : 29
Localisation : Bordeaux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.elfalapom.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Kyrie le Dim 12 Fév - 1:38

Je laissai entrevoir un sourire satisfait en constatant, au détour de la ruelle dans laquelle je m'étais engagée à la suite du malotru, que ce dernier m'attendait tranquillement, presque nonchalant, au milieu de la rue déserte dans laquelle la voie étroite débouchait.

Hum, personne ? Comment était-ce possib…. Ah. Je me reprochai brièvement ma lenteur d’esprit : il n’était pas seul. D’autres s’étaient occupés de dégager les lieux de ceux qui l’arpentaient, afin que l’affrontement se déroulât sans nul autre problème et restreinte que les hautes bâtisses délimitant l’espace de combat.
Ce qui n’était certes ni à mon avantage que le sien, ni handicapant pour autant : bien que mon avantage résidait en ma vitesse et mes réflexes de louve, lui, possédait l’avantage de la force –j’avisai son énorme arme ayant quelque similitude avec un gourdin au matériau plus travaillé- et d’une défense plus élevée … Ce bougre avait une armure –que j’aurai assurément bien du mal à entamer avec mes griffes… Je hais les boîtes de conserve !- alors que j’étais en petite tenue. Enfin, celle-ci me conférant une vitesse et légèreté accrue, je n’allais pas m’appesantir plus longtemps sur ces bagatelles de prémisses au combat qui venait. En pensant cela, j’adoptai une position adéquate : pied d’appui –le gauche bien que je fusse droitière- replié et en retrait par rapport à ma jambe droite en avant, ne montrant que mon profil à l’adversaire. Exposer le moins possible était le maître-mot de la Survie.

Mon ouïe m'informa que l'on s'activait derrière moi ; sans doute mes "coéquipiers" qui se chargeaient des problèmes secondaires des sbires...
Je me rappelai soudain que le dénommé Althalus était un archer : la première fois que nous trois nous étions rencontrés, le godelureau drow était positionné dans les hauteurs sombres des toits... sans que je l’eusse détecté. Cependant, je ne pris la peine de vérifier s'il y était embusqué encore : il était peu probable qu'il ait pu se positionner et me suivre si rapidement à travers les toits, à moins qu’il aie du sang de chimpanzé... ! De toutes manières, je n'avais pas besoin que l'on me couvre !

Je fronçai les sourcils, dissipant de même mon sourire. Malgré cela, son vestige était encore perceptible dans mes prunelles pétillantes, mais qui était capable de déceler parmi les dégradés argentés et magenta s’étirant autour de mon cristallin, l'étincelle de mon impatience si grande ?
J'avisai donc mon adversaire.
Oui, pas besoin de se perdre en réflexions ou en palabres : l'un comme l'autre étaient inutiles... Nous savions tous deux que notre premier échange se ferait inéluctablement par les armes : griffes contre épée, loup contre... Contre quoi tiens?
Je reniflai alors que le vent charriait son parfum corporel à mon museau son odeur acidulée –non loin de la pomme-, aux relents acres de la sueur.
Tiens, étrange.
De vue, j'aurai pensé qu'il dégagerait une odeur plus salée. Dans le registre du sang, de la terre ou encore de la bière et du renfermé. Comme quoi bien des choses peuvent surprendre.
Un homme de terrain, un belligérant expérimenté.

Il fit un discret mouvement. Attaque ou signal, je ne réfléchis guère plus et m'élançai, alors que l'argent effaçait les ultimes traces écarlates de mon humanité...
avatar
Kyrie
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 41
Date d'inscription : 02/10/2011

Fiche Technique
Nom: Valkyrja Ljösalfar Aydwen
Race: Lycan
Classe: Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Arckal le Dim 26 Fév - 8:23

Son adversaire, une elfe l'observait, hors de portée de la lame qu'il tenait dans sa main droite. Arckal portait son bouclier dans la main gauche. La ruelle était assez large mais suffisamment étroite pour parer à l'éventualité d'un combat mêlant plusieurs personnes. Il finissait d'analyser la situation tandis que son adversaire le jaugeait. Celle-ci observait l'environnement dans lequel le sang allait probablement couler. Le lieu était permettait de fuir aussi bien pour le mercenaire que pour son adversaire mais un bruit résonnait et il était facile d'entendre de potentiels gêneurs arriver. Il observa l'elfe, bien plus petite qu'elle n'était pas vraiment vêtue pour livrer un duel mais il n'engagea pas. Il attendait patiemment le premier coup de cet étrange adversaire qui lui faisait penser à un animal, incapable de contenir sa rage plutôt qu'à une elfe.

Aucune parole ne se faisait entendre, mais l'elfe changea soudainement d'expression, d'observation elle passa à la préparation. Inexpressif et gardant son sang froid acquis par la sévère conséquence de la magie sur son corps et par ses nombreuses années d'entrainements, Arckal se préparait à recevoir la première attaque, il se concentra sur son corps, utilisant l'altération de son corps pour parer la première attaque et en infliger une plus lourde à celle qui lui faisait face.

Cependant, un écho résonna à travers les ruelles, des combats avaient eu lieu à quelques ruelles et plusieurs personnes arrivaient. Le rapide et petit mouvement du colosse suffit à déclencher la première attaque de l'elfe. A moitié surpris, il encaissa l'attaque, un coup de griffe sur le coté gauche toucha le plastron sans occasionner de dégâts. Il réussit néanmoins à frapper l'elfe avec son bouclier ce qui la déséquilibra. Il se remit en garde, épée levée et bouclier prêt à parer, mais son adversaire bien plus rapide s'était déjà rejetée sur lui. Sans perdre son sang froid, il para les multiples attaques sans en porter une, cherchant une ouverture chez l'elfe. Il fit un pas en arrière, puis maintint sa position et força en avant faisant ainsi reculer son ennemie. Brisant sa défense, son épée retomba vivement touchant le sol. Elle esquiva et reparti à l'attaque, plusieurs coups rapides touchèrent mais rencontrèrent la résistance de la lourde armure et il se dégagea d'un coup de bouclier qui écarta l'elfe. Il recula se prépara.

Des bruits de courses résonnaient plus fort, et la tension montait légèrement, le combat n'avançait pas entre la rapidité de l'elfe et la défense du mercenaire. Il eut un très léger mouvement vers une des ruelles et l'elfe furieuse fonça sur le colosse qui plaça pied droit en arrière et bloqua l'offensive enragée de son adversaire. D'un coup, il réussit à tourner son bras et plaqua son ennemie violemment contre le mur. Il fit plusieurs pas en arrière en prévision d'une attaque mais rien ne se passa. L'elfe était allongée au sol devait être inconsciente, il se dirigea prudemment vers elle lorsqu'un individu armé d'une cimeterre pénétra dans la rue.

Légèrement en sueur, dû à la course et l'affrontement contre l'elfe, il observa l'homme qui lui jeta négligemment une tête. Arckal jeta un rapide coup d'œil, le bouclier toujours levé. Il vit que son nouvel adversaire attendre. Néanmoins, un écho se faisait toujours entendre. Il dévisagea l'inconnu et lança :

-J'en ai fini avec elle, ne vous inquiéter pas, si elle a les os solides, elle doit juste être inconscient.

Le colosse pointa son arme vers la tête, se concentra et reprit d'un ton fatigué :
Savez-vous combien de temps ça m'a pris pour trouver des hommes corrects ? Bref tant pis, je vous laisse engager.





_________________
avatar
Arckal
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 22
Date d'inscription : 01/12/2011

Fiche Technique
Nom: Arckal
Race: Humain
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Melkion le Mar 28 Fév - 23:26

Melkion regarda, impassible, l'elfe se faire projeter contre le mur de la ruelle. Il lança tranquillement la tête du sbire, qui se trouvait dans sa main, pour l'envoyer rouler aux pieds du géant.
Que l'elfe fût en réalité une Lycan, Melkion n'en avait cure. En revanche, il avait besoin d'un traqueur. Pour les espions. Et...
Le temps était à l'affrontement. Mais le Fils du Vent n'en était pas particulièrement heureux. Éliminer les sbires en vitesse avait demandé une grosse dépense d'énergie. Il devrait se contenter de ses capacités habituelles. Cependant... Son adversaire n'était pas un simple soudard...
Et de toute façon, la présence du Drow (Où pouvait-il bien se terrer ?) et de l'elfe l'empêchait d'en appeler au Vent. Cette particularité devait rester secrète, et Melkion aurait été prêt à tuer Maindargent en public, si cela garantissait le secret de sa botte.

Ignorant les paroles du géant -il avait déjà assez discuté ces derniers temps- il dégaina sa lame et s'avança.
Comme à l'accoutumée, il porta le premier coup. D'un geste fluide et pourtant peu rapide -du moins, selon ses critères- il visa l'interstice entre armure et casque, avant de reculer en chancelant. Bloquer la riposte du colosse était une mauvaise idée, ce dernier l'emportant manifestement en puissance. Le colosse n'avait pas enfoncé sa garde -loin de là- mais le Kentan savait désormais à quoi s'en tenir. Dissipant son simulacre de déséquilibre, il dévia la frappe de la lame adverse.
Vif.
Cet ennemi était véloce, en plus de se montrer robuste.
C'était bien sa veine... Son adversaire porta une succession de coups, profitant de son avantage. Cela n'allait pas. Le Fils du Vent déviait et esquivait, mais ne pouvait mener la danse, son adversaire profitant de son bouclier pour mieux le bloquer.
L'avantage du bouclier...
Melkion jura intérieurement.
Inspiré par une rude correction de son maitre qu'il avait subie un jour, il saisit le poignet du bras armé de son adversaire de sa main gauche, bloquant le coup, asséna un coup diagonal, de gauche à droite, de sa lame, visant la tête. Le colosse para du bouclier. Enchainant, il tenta soudainement de frapper le tibia d'en face, de son pied gauche.
Profitant du retrait du pied adverse pour se donner de l'élan, il lâcha prise de sa main gauche et, prenant appui sur son pied droit, tournoya pour frapper avec force de face -un coup circulaire l'aurait blessé- les côtes du colosse de son pied gauche, le repoussant d'un bon mètre.
Cette passe eut malheureusement également pour effet d'essouffler le Kentan.
Il travaillerait plus ses techniques à mains nues. Son maitre l'avait pourtant prévenu.
Quand au géant à l'armure noire, il semblait plus amical que jamais, ses beaux yeux se fixant sur Melkion, pleins de promesses.
Reculant pour se repositionner, il faillit glisser sur la chevelure de la tête ambulante (crétins aux cheveux longs...).
Malédiction !
La lame du colosse fonçait droit vers sa tête.
Il n'avait plus le choix.
Il connaissait bien ses capacités, il n'aurait pas le temps de dévier, d'esquiver ou même de parer, vu sa fatigue.
Sauf si...
La lame fendit l'air. Melkion avait esquivé le coup de justesse. Et, se trouvant dans le dos de son adversaire, il titillait son cou du tranchant de son cimeterre.
Il avait légèrement augmenté sa vitesse, de sorte que son accélération demeure inaperçue. Ou plutôt... Paraisse naturelle.
De toute façon, il n'aurait pas pu tenir avec plus de vitesse.
Car, malgré les apparences, le Fils du Vent n'était même pas certain d'être en mesure de fournir un effort supplémentaire.
avatar
Melkion
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 19
Date d'inscription : 19/09/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Lleyä & Tithrandil : le retour

Message par Tithrandil le Jeu 1 Mar - 5:30

Ils n'avaient pu retrouver les espions, malgré des interrogatoires plus ou moins poussés sur différentes personnes.
Aucune des pistes qu'ils avaient explorés ne s'était retrouvée concluante. Ils n'avaient par conséquent pas eu droit à de primes.
Tithrandil en tira cependant une plus grande aisance à déambuler dans les rues, et s'y faufiler. Son aversion aux villes commençait à s'amenuiser peu à peu, même s'il se sentait toujours en danger mortel en leur sein. D'autant plus dans une ville humaine.

Comme quoi, la présence de Lleyä a du bon... Si on excepte tous les cas désastreux...

Il sourit intérieurement.

Quel bien drôle brin de femme.

Il la regardait avancer dans les ruelles, prendre des intersections, observer quel chemin était le bon... Lui la suivait.
Elle pestait de leur avoir fait perdre ce temps précieux et les amenait maintenant chez sa mystérieuse connaissance. Et il l'entendait encore jurer. Même si ces jurons devaient être alimentés par leur itinéraire légèrement... Chaotique. Enfin, de ce qu'il en ressentait.
Il pouffa. Sans le vouloir. Lleyä avait poussé un énième grognement d'exaspérations. La jeune femme lui décocha un regard surpris, et, gêné, il eut un sourire - sûrement - niais.

Quelle image doit-elle avoir de toi franchement..., pensa-t-il, affichant un grand sourire d'amusement.
avatar
Tithrandil
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 487
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 21
Localisation : Aux portes de l'enfer, pour provocation d'admin ! (mais sinon, à la recherche d'un antidote avec Lleyä)

Fiche Technique
Nom: Tithrandil Blad'Nir
Race: Haut-Elfe
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Lleyä Warjan le Jeu 1 Mar - 7:31

Lleyä jura à voix basse. Pas un seul espion de trouvé, pas une seule récompense touchée… Et l’aube qui ne voulait se lever ! En se retournant, elle croisa le sourire béat de l’elfe qui la suivait.
Elle fronça les sourcils.
En premier lieu agacée qu’il puisse afficher une mine si réjouie alors que la situation menaçait de tourner au critique, son étincelle de colère se nuança en surprise : comment arrivait-il à être d’un semblant si serein… ? Sa vie était assurément en jeu !
Décidément, elle ne le comprenait pas.
L’hybride poursuivit son chemin, enfin plutôt sa quête vers un souvenir qui avait quelque difficulté à refaire surface. Une conséquence de son amnésie partielle sans doute.

Soudain, au détour d’une ruelle, la vision d’une bâtisse lui fit esquisser une exclamation satisfaite : ça, elle s’en rappelait ! Elle fit face à Tithrandil, un air réjoui sur le visage :
« C’est là-bas! » lui annonça-t-elle en désignant la modeste échoppe au bout de l’allée.
Elle se remémora la voix grave de son amie, et ses mimiques enfantines qui contrastaient si étrangement avec ses allures de vieille femme acariâtre auréolée de son éternelle odeur entêtante de géranium…

Lleyä ralentit le pas.

L’échoppe de fleuriste qui servait de couverture à Iris était telle la gueule béante d’une plaie mortelle : derrière l’apparence normale qu’elle offrait, la boutique était profondément saccagée. Les débris de verre qui avaient dû joncher le sol avaient été enlevés, mais leurs vestiges subsistaient à l’intérieur du bâtiment délabré. La pancarte ambre en cœur de chêne qui avait tant fait la fierté d’Iris était léchée par les brûlures à divers endroits si bien que l’on ne pouvait plus lire en lettres stylisées gravées par la main de Lleyä tant d’années plus tôt « Les fleurs d’Iris ».
Silencieuse, elle s’approcha de l’échoppe, sans passer le seuil de la porte dévergondée. L’hybride sentait la présence muette de Tithrandil derrière elle, ce qui, se rendit-elle compte plus tard, la rassurait.
Elle observa les fragments de terre cuite brisés, autrefois grands vases sombres rehaussant la teinte éclatante des fleurs qui les contenaient. Là où les étagères offraient au client une vision féerique de plantes magiques se dressait désormais une poutre détachée, à demi dévorée par les insectes. Le comptoir en verre était lui aussi cassé. Ainsi que les vitrines qu’elle et Iris nettoyaient avec une minutie maniaque.
Il n’y avait cependant aucun corps malgré la présence de taches de sang.

« Elle a dû fuir. » fit Lleyä consciente d’énoncer une vérité.
Elle lança doucement à Tithrandil en entrant à l’intérieur de l’ancienne échoppe :
« Si tu veux, tu peux venir. Et si quoique ce soit te paraît encore d’une quelque utilité, n’hésite pas à te servir.. »
Iris serait d’accord.

Le bruit de ses semelles sur le sol faisait résonner de lugubres crissements. Elle récupéra deux soucis intacts parmi les débris, ainsi que les pétales d’une patience, qu’elle rangea dans l’une de ses fioles. Rien d’autre ne sembla utile, aussi passa-t-elle dans l’arrière boutique, une vaste salle où des cageots de fleurs étaient normalement entreposés. Vides cependant.
« Tithrandil, tu peux fouiller par ici s’il te plait ? J’aimerai aller vérifier quelque chose… »

Ce disant, Lleyä revint dans la première pièce, en gratifiant son ami d’un remerciement murmuré lorsqu’ils se croisèrent : il avait sans doute perçu sa volonté d’être seule un instant. L’hybride se dirigea vers le comptoir où Iris tenait sa boutique. Évidemment, les tiroirs avaient été éventrés…
Elle s’agenouilla, et dégagea le sol au coin formé par le meuble et le mur : la poussière teinta de gris ses doigts fins, avant de rencontrer la rainure du parquet. Lleyä y glissa ses ongles. La planche se souleva.
Iris… J’espère vraiment que tu n’es pas morte.

Dissimulé dans cette cache secrète, un vieux et épais carnet à la couverture en cuir fermé par un cordon était posé contre cinq fioles de verre coloré à base plate. La jeune femme récita à voix basse :
« Herbe de la vie et herbe des Fées,
Herbe du Soleil et Herbe sacrée,
Enserrent l’herbe siège des pensées.
»
Elle s’empara doucement du butin, et aligna le tout sur une table bancale. Les cinq fioles différaient par leur teinte : jaune ambré, blanc laiteux, vert sombre, vert transparent et incolore.
Herbe des Fées… Millepertuis. Fiole Vert sombre.
Herbe du Soleil… Camomille. Fiole blanche.
Herbe sacrée… Sauge ou verveine.
Lleyä fronça les sourcils. Cette appellation était caractéristique des deux plantes, et « herbe de vie » n’était pas un nom existant pour les qualifier. Un sourire éclaira son visage. Herbe sacrée : verveine, en raison de sa capacité à éloigner les mauvais esprits et les tourments. Donc la sauge était l’herbe de vie, puisqu’elle signifiait « sauver » et favorisait la bonne santé de l’esprit et de la vie.
Quant à la dernière fiole… Lleyä espéra. Elle avait une idée, mais rien de certain. Rapidement, elle prit le contenant du bout des doigts tant il était petit, et le porta au niveau de ses yeux afin de s’assurer du contenu.
Aussitôt que la lumière d’au-dehors éclaira la fiole, elle jura.
Rien. Elle ne contenait plus rien !
Lleyä adopta une mine sombre : cette fiole devait contenir la précieuse anru dont Tithrandil avait besoin…

Que cela signifiait-t-il ? Iris aurait eu le temps de prendre l’anru mais pas son carnet d’herboriste ? Tout cela était étrange, mais Lleyä n’avait aucune réponse à y apporter. Elle délia les cordons enserrant le carnet et l’ouvrit directement à la dernière page : elle avait été assez intime avec Iris pour l’avoir déjà feuilleté. La page était vierge.
Animée par son instinct, elle inspecta la couverture sans rien trouver. Ses doigts touchèrent alors la reliure centrale… Elle promena ses ongles à cet endroit et put ainsi découvrir une deuxième épaisseur. Bingo. La couverture était cependant trop tendue pour qu’elle puisse y déloger la feuille qu’elle y avait aperçue ; Lleyä sortit de sa besace une fine aiguille de chirurgie et l’utilisa pour attraper l’objet convoité.
Une feuille arrachée du carnet, pliée en quatre.

"Bouquet de campanules bleues, de mourons des oiseaux entourant une pervenche (celle cueillies sous le pommier).
Ne pas mettre de liseron des haies ni de lys mais de la camomille en décoration.
Bouquet de campanules bleues auréolée de pois de senteur et d’aubépines.
"

L’hybride était partagée entre soulagement et inquiétude. Quiconque lirait ce message ne le comprendrait s’il n’était pas initié au savoir des herboristes ou des fleuristes. Elle mit dans sa poche les cinq fioles et alla retrouver Tithrandil.
« Iris est vivante, et j’ai toutes les raisons de croire qu’elle a prit l’anru avec elle. » déclara-t-elle en lui montrant le message de son amie.
Elle ajouta avec un sourire, comme son compagnon semblait ne pas comprendre l’intérêt de la note.
« Je pensais que tu connaissais le langage des fleurs mais apparemment, non ; je te l’enseignerai si tu le souhaites. Donc ce message signifie bien plus qu’une simple commande de fleuriste : elle est blessée cependant pas mortellement, et a pu s’enfuir… (Son sourire s’assombrit) Mais elle s’est dirigée vers Isinia, en espérant trouver de l’aide en me contactant. »
Lleyä glissa la feuille dans sa besace, parmi ses vélins.
« Nous n’avons plus qu’à revenir sur nos pas en conséquence : elle est notre seule piste… A moins que te sentes de taille à affronter les éthérés ! » rit-elle sans joie.

Dehors, l’atmosphère fraîche de la nuit laissait lentement place à l’humidité de l’aube. Encore une fois, ils repartaient tels des ombres.
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 22
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum