La Cité Frontalière

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Sam 5 Mar - 4:42

Rappel du premier message :

Cette cité se situe dans l'Empire Kentan, dans les plaines du Sud. Comme son nom l'indique, elle est en contact avec de nombreuses cultures. Elle est la cité avec les habitants les plus variés de tout Shramia : Nains, Orcs, Gobelins, quelques Hauts-Elfes, des Oshtans, etc...
Bien qu'elle appartienne à l'Empire Kentan, elle se situe loin d'Isinia, aussi la domination de celle-ci est-elle faible, même si l'Empire dirige toujours la cité. En conséquence, même si les races "maudites" y sont officiellement interdites, les contrôles ne sont que très peu fréquents.
On murmure d'étrange rumeurs ces derniers temps quant à l'homme chargé par l'Empire de gérer et de surveiller la cité...

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas


Re: La Cité Frontalière

Message par Althalus le Jeu 21 Juin - 7:49

Après avoir assez tourné dans la ville, demandant parfois son chemin pour éviter de se perdre, Althalus arriva en vue de l'auberge du loup gris.
Il arriva peu avant que le géant en armure sorte de l’auberge avec ses acolytes et commença à marcher dans sa direction. En les apercevant, il décida rapidement qu'il valait mieux engager la conversation en terrain dégagé ou il pourrait aisément repérer les mercenaires de l'homme en armure.
Il décida également de ne pas les surprendre en arrivant au contact mais que les impressionner à distance serait intéressant.

Il banda rapidement son arc et tira une flèche en direction du groupe, mais afin qu'elle se plante environ 1m avant le premier homme.
Évidemment l'attaque surpris tous les mercenaires qui se mirent en position défensive et se tournèrent vers Althalus qui s'avançait vers eux, arc en main mais sans flèche encochée.

Et bien vous m'aurez fait courir humain. Vous avez ma foi de puissantes jambes pour pouvoir ainsi vous déplacer malgré cette armure.
J'aurais voulu vous demander la raison de votre attaque de tantôt afin de décider si nous pourrions nous entendre, qu'en pensez vous ?

Althalus
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 22
Date d'inscription : 20/08/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://www.elfalapom.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Arckal le Mer 27 Juin - 0:16

Une flèche vint se planter à près d'un mètre du groupe de mercenaires. Tandis que la foule s'écartait, effrayée et que les hommes d'Arckal cherchait l'archer, un elfe, arc à la main se tenait devant eux. Une voix se fit entendre. Les mercenaires se déplaçaient déjà pour encercler l'individu mais un ordre de leur chef les stoppa.
- Stop, inutile de s'attirer les foudres de la garde, déclara calmement le mercenaire en armure noire.
Je ne suis pas sûr de bien comprendre ton "nous entendre". Je n'ai nullement besoin de raison pour combattre.


Arckal se déplaça devant ses hommes et leur fit signe de rengainer, puis il s'approcha de la flèche de plantée dans le sol et la prit. Inspectant la rue d'un œil distrait, il jouait avec la flèche. Après quelques instant, il reprit :
- Si vous souhaitez parler, ce sera hors de la ville.


D'un pas assuré, il passa à travers la foule qui observait d'un air craintif et s'écartait devant les mercenaires qui se dirigeaient vers les portes de la ville.


_________________
avatar
Arckal
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 22
Date d'inscription : 01/12/2011

Fiche Technique
Nom: Arckal
Race: Humain
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Kyrie le Mar 3 Juil - 9:22

Je suivais sans bruit mon compagnon, qui lui non plus trahissait le moindre signe d’émotion. Nous avancions en rapides et lestes foulées vers l’entrée de la ville, désireux de quitter ces lieux qui marqua notre rencontre. Certains prétendent que les loups sont incapables de s’imaginer le futur : si cette idée est erronée, elle garde une part de vérité. Nous n’abordons le futur car cela nous importe que peu. J’étais en vie, j’avais un frère et chef de meute, mes pattes caressaient le sol de pierre et je sentais le vent ébouriffer mon pelage dru.
A quoi bon penser au lendemain ?
Cependant le passé ne cessait de harceler ma fibre émotionnelle. Je revoyais par moment la silhouette d’Audan, se substituant à celle de Lifthaisir. Pourquoi une telle ressemblance ? Et en de telles circonstances… Les souvenirs en éveillant d’autres, je me rappelai d’un rire. Juvénile.
Je grognai contre ce passé révolu, agacée.

Alors qu’une dizaine de pas nous séparaient de l’entrée imposant de la Cité, Lifthaisir glissa dans un coin sombre ; je ne quittai le chemin, consciente que ma fourrure claire aurait aussitôt signalé ma présence dans l’ombre. Au lieu de cela, je guettai l’inconnu qui s’avançait d’un pas pressé dans la ruelle. Il arborait une mine inquiète qui aurait pu passer pour agacée s’il n’exhalait pas un si fort relent d’angoisse. Il me vit. Se figea. Je n’étais nullement appréhensive pour la suite des évènements : je savais Lifthaisir assez avisé pour réagir en conséquence et je faisais confiance en mes compétences. Aussi je le regardais approcher, impassible.
Il ne devait avoir guère plus qu’une vingtaine d’années, ce jeune… hybride ! Son ascendance n’était perceptible que de façon olfactive car son allure était en tous point humaine. Il possédait cette acidité corporelle propre aux drows, mêlée à l’odeur plus fraîche et naturelle des polymorphes. Je ris intérieurement de surprise : ce n’était pas un hybride mais un métissage parfait de quoi ? Quatre races ? Je chassai cette fragrance répugnante en éternuant.
Il recula, croyant sans doute que je marquai une quelque désapprobation, ce qui n’était pas plus mal en fait. J’attendis qu’il ouvrât la bouche – c’était lui qui m’avait abordée après tout. Mais il resta immobile, muet. Ne sachant trop que faire, j’optai pour la diplomatie et adoptai ma forme humanoïde. Je fronçais subtilement des sourcils au contact de l’air vicié sur ma peau nue, puis mon attention revint au garçonnet. Prenant une pose autant sensuelle que menaçante, une main sur ma hanche, je l’astrophai :

« Que me veux-tu ? »

Il ne dit rien. Il était sourd-muet ou quoi ? Attardé ? Estropié du cerveau ? Je commençai à sérieusement m’agacer du temps perdu pour tant de futilité et retroussai mes lèvres, dévoilant mes dents blanches. Pointues.

« Alors ? Réponds, agis, fait quelque chose ou je te jure que je vais te… »

Le garçon sortit de sa sacoche un bout de papier qu’il me tendit. Je le lui arrachai en le gratifiant d’un sourire condescendant. Ah c’est ainsi ? J’éclatai de rire.

« Mon frère, j’ai du courrier pour toi ! »

Lifthaisir se révéla à la vue du messager ; j’en profitai pour sauter à la gorge du garçon qui chuta, surpris.

« Je ne vais pas m’en faire un encas » rassurai-je le Loup Alpha.

J’attendis que mon frère eut fini de lire la missive et qu’il me partage ses pensées, ou non. Il restait mon chef, je n’avais à le questionner sur ce qu’il ne voulait de lui-même me confier après tout.

« Nous ne quitterons la Cité immédiatement, Sœur.
- Tant pis, soufflai-je en rivant un regard empli d’ire sur l’hybride qui était après tout à l’origine de ce revirement de projet.
- Attends-moi dehors si tu le souhaites, je te rejoindrai au matin.
- Je connais l’expéditeur de la lettre. »

L’Alpha pencha la tête, curieux, m’enjoignant à poursuivre mon propos.

« Enfin… je l’ai déjà rencontré : son odeur m’est connue. Cela remonte à… quelques heures. Une brève fragrance, une senteur furtive. Je n’ai cependant pas vu son visage. »

Il se fendit d’un immense sourire. Mon cœur marqua un arrêt et je sus que mon visage trahissait mes émotions ; satanée forme elfique ! Lifthaisir fit semblant de n’en s’être rendu compte et me tendit sa paume ouverte, comme plus tôt.

« Tu peux m’accompagner alors. Cela risque d’être amusant. »

***

Aussitôt qu’il pénétra dans la salle, toutes les têtes –dont la mienne- se tournèrent vers lui. Dès lors, les réactions furent aussi diverses que variées ou inexistantes ; cet individu semblait déclencher chez autrui autant de sympathie, de crainte que de colère. Etonnant. Chez les peuples présents de surcroît. L’Alpha avait vu juste, cela ne manquait de m’intéresser. J’étais à ses côtés, sous ma forme de louve qui me conférait plus d’emprise sur mes émotions. Sa main parcourait délicieusement mon pelage, sans se crisper lorsque le mystérieux invité se présenta.
Il n’était guère remarquable physiquement : d’un quelconque à l’allure bien faite, ce qui le détachait de la normalité était sans doute cette aura qu’il dégageait. Assurance. Un brin d’arrogance qui me rappela un certain Sans-Odeur.

« C’était donc vous, Loup Noir. »

Je dressai les oreilles, attentive. Non pas à ce « Loup Noir » mais à Lifthaisir. Il me semblait… étrange. Je ne le connaissais pas depuis assez longtemps pour distinguer la nuance entre ses émotions mais je sentais bien que quelque chose l’embêtait.
Celui qui arborait le même animal que nous esquissa un sourire suffisant ; mais cela n’éveilla pas chez moi d’agacement comme il aurait dû être le cas… Il était bien trop mystérieux pour que je l’eusse haï pour si peu. Au contraire, il lui parut bien sympathique lorsqu’il répondit à l’affront… de front.

« J’accepte le duel. »

Les vampires étaient d’une idiotie… A croire que le manque de viande leur prive de cervelle ! Même moi, jeunette parmi les lycans, savait ce Loup à prendre avec des pincettes. Etant une solitaire jusqu’à ce jour, je n’avais jamais entendu parler de cet individu qui faisait figure de célébrité chez les Maudits. J’observai avec attention, curiosité et admiration le combat qui se déroula devant moi ; bien que le vampire manquât d’intelligence, je saluai sa maitrise poussée des arcanes magiques. J’esquivai vivement une lame perdue d’un écart qui n’aurait manqué de m’estropier. Si ce combat s’éternisait, il y allait avoir des morts autres que les deux belligérants.
Mais il prit fin d’une manière des plus expéditives et délicieuses qui soit : étêté le vampire ha ! J’appréciai tout d’un coup plus le Loup Noir sous la forme qui lui valut ce surnom. La tête roula jusqu’à mes pieds. Hum… Si j’avais été elfe, nul doute qu’à cette seconde je serai déjà sur le joli morceau de viande que voilà. Lifthaisir le devina sans doute ; c’est pourquoi il agrippa ma fourrure avec rudesse. Je remuai des oreilles d’avant en arrière, lui faisant comprendre que le message était passé –et qu’il n’avait pas besoin de m’épiler.

« Il se trame quelque chose à la Cité Frontalière, des troubles vont la remuer, le sang coulera peut-être. Si vous tenez à votre discrétion et donc votre survie, assurez-vous que cela ne soit pas de votre fait. »

Comment fallait-il comprendre ces quelques paroles ? Moi, aucune idée. Je jetai un bref regard à mon Alpha. Soufflement du nez. « Tais-toi tu m’agaces.» Soit, j’attendis la suite. En tout cas… du sang ha ! il en avait déjà coulé, souriais-je intérieurement en pensant aux cadavres de tantôt.
Pourquoi ce lycan-drow solitaire était-il aussi soucieux de notre survie hein ? Garder le silence commençait à m’échauffer. J’étais une louve zut ! Un loup ne s’enterre pas… C’était bon pour les vampires ça ! Et puis cette déférence à l'égard du Loup Noir... Si l'on respecte quelqu'un, on le sert, on s'écrase pas devant lui ! Raaaahhh !
Énervée, pas pour les mêmes raisons que l’assemblée, je quittai peu furtivement Lifthaisir en ignorant son regard dépréciateur, et allai me coucher dans un coin. Néanmoins attentives aux paroles échangées.


Dernière édition par Kyrie le Mer 4 Juil - 14:24, édité 1 fois
avatar
Kyrie
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 41
Date d'inscription : 02/10/2011

Fiche Technique
Nom: Valkyrja Ljösalfar Aydwen
Race: Lycan
Classe: Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Mer 4 Juil - 9:27

Du coin de l'œil, Helian remarqua un mouvement du côté de la tête du cadavre. Il fit mine de balayer l'assemblée du regard pour repérer la source. Ayant gardé actif son Œil Noir, il identifia sans peine une louve s'éloigner du chef de la Meute Ouest de la Cité, qui lui jeta un regard désapprobateur. Dommage qu'il n'aie pas l'odorat d'un réel lycan, le sien étant insuffisant pour déterminer s'il connaissait la personne. Il retint toutefois son apparence lupine.
Quand ses yeux revinrent sur le cadavre, il remarqua un reflet métallique dans la petite mare écarlate, près du cou.. C'était un collier. Intrigué, il souleva la chaine en se servant d'une dague, pour éviter de salir autre chose que ses chaussures au contact de la flaque de sang. Il était constitué de petits maillons fins. Un orbe miniature était accroché au bout. Parfaitement sphérique, l'objet l'attirait inexplicablement. Se demandant ce que pouvait bien contenir ce bijou, il y plongea son regard. Et s'y vit assis au sommet d'un pilier de terre dont la base était trop distante pour être distinguée. Autour, rien. Ou plutôt de l'air, le ciel à perte de vue. Et une brise légère.
Le Fils du Vent fronça les sourcils. Un souvenir. Il ne comprenait pas. Doucement, il approcha sa main droite de la boule mystérieuse. Dès qu'il l'effleura, une voix résonna dans son esprit : "... Feu, Eau, Vent ou Terre.". La voix de son maître. Il retira vivement sa main.
Cet objet...

Une colère émanant du plus profond de lui-même l'étreignit. Un frisson l'ébroua, il se mit à trembler. Un grognement inhumain s'échappa de ses lèvres fermées. Des murmures parcoururent la salle alors que l'assistance contemplait l'assassin possédé.
Une sphère élémentale.
D'un gest vif, sa main saisit l'orbe et l'arracha du collier, brisant sans peine l'acier elfique. Une voix impérieuse et profonde, terrifiante et inhumaine, inconnue et sans source s'éleva :
- Reculez.
Bien que l'objet fût enfoui dans la main fermée du Loup Noir, une lumière surnaturele s'en échappa et, traversant tout ce qui aurait dû l'arrêter, illumina le centre de la salle. Le corps du Drow se souleva, et lévita à quelques centimètres du sol. Alors que la lumière s'intensifiait, l'air environnant le Fils du Vent s'agitait peu à peu. Bientôt, une véritable petite tornade s'était formée, le dissimulant aux regards. Seule la lumière perçait la carapace de vent.
Rapidement, la lumière perdit de son éclat, et la zone illuminée rétrécit, de même que la tornade. On put vite apercevoir le Fils du Vent toujours immobile et flottant. Lorsque l'air se calma, la seule lumière des torches éclairait la salle. Helian reprit doucement contact avec le sol. Les symptômes de sa "possession" n'avaient pas disparu. Sa main droite se retourna et s'ouvrit. Un objet noir en tomba.
Sa fureur cessa lorsque la sphère se brisa sur le sol. L'assemblée hésita, puis reprit position, stupéfaite. Avant qu'un autre ne prît la parole, le Loup Noir jeta un regard froid au cadavre et parla sans émotion :
- Non seulement cet elfe m'a fait insulte, mais il a osé posséder une sphère élémentale. Que son successeur commette les mêmes erreurs, et je veillerai à la disparition de son clan.
Des exclamations diverses résonnèrent, et la salle manqua de tomber dans le chaos.
- Silence ! Le Loup Noir a parlé, et aucun débat n'a lieu d'être.
Le vampire qui venait de prendre la parole était le vieux Laithar, fondateur du clan du même nom. L'intéressé porta son index et son majeur à sa jugulaire, saluant le vampire selon la tradition de son clan.
- Je vous remercie, Laithar, même si j'ai d'autres sujets à aborder.
Un chef de clan intervint.
- Lunar ?
- Oui. Je confirme la mort de l'Inquisiteur de la Compagnie Ecarlate. Puisque je suis désormais dans incapable de tuer la cible qui m'a été assignée, je vous invite à m'en fournir une autre.
Quelques rires. Lifthaisir s'avança.
- Helarn Liadon
- Ohoh, belle cible ! Je refuse.
- Pourquoi cela ?
- Je ne touche pas aux dirigeants des Clans Drows. De même pour le reste des Sharn, Khârr, Empereurs, Dictateurs, et cætera. Vous n'êtes pas les seuls que j'aide.
Une chef de meute intervint, inquiète.
- Donc cet Helarn Liadon pourrait très bien vous employer ?
- Cela me regarde, Karin. Et personne ne m'emploie. Nul autre mortel n'est plus libre que moi.
Il se retint d'ajouter que les Dieux l'étaient moins que lui. Il devait être le seul présent ou presque à reconnaître les Dieux sans les vénérer.
L'alpha de la Meute Ouest reprit :
- En ce cas, sa fille, Elnara Liadon ? Ou son fils Helian ?
- Tu connais les règles, Lifthaisir. Une seule cible à la fois.
- Elnara.
- Ce sera fait.
Sans rien dire ni laisser paraître, le Loup Noir observa le lycan. À quoi jouait-il ? Etait-il en train de le tester ou de vérifier des hypothèses ? Il n'aimait pas cela, il avait confiance dans les chefs des meutes de la Cité. Que l'un d'eux prononçât son nom devant lui était déplaisant.
Bah ! Cela pouvait être une coïncidence, et quand bien même... Le secret de son identité n'était qu'un bonus. Que l'on sache qui il était ne serait pas gênant, puisque l'information n'apporterait aucun avantage à qui la possèderait. Dans tous les cas, si Lifthaisir ne s'expliquait pas de lui-même...
- Les seigneurs Liadon ont commis un certain nombre d'exactions envers les Maudits. Ils soutiendraient l'Inquisition si la chose ne leur était pas difficile politiquement.
Bien. C'était clairement un coup de sonde. Pour quelqu'un qui mentionnait la politique, il était plutôt surprenant qu'il ignore le départ du prince Liadon, environ cent ans auparavant.

Mais il convenait de songer à autre chose...
- Bien. J'ai ma nouvelle cible, j'aimerais également faire quelques annonces.
Nul ne réagit, il continua donc.
« Ces annonces me concernent étroitement. Tout d'abord... Un Oshtan bronzé, les cheveux courts, la trentaine, portant un arc, une lame courte et une épée bâtarde. Peu loquace, apparence commune. Cet homme se fait appeler Chasseur. Il est décidé à m'éliminer. Aussi, si vous l'apercevez ou apprenez une quelconque information sur lui, je vous serais gré de me prévenir. Évitez les contacts avec lui, il pourrait tenter de se servir de vous comme moyen de pression sur vous. Et je ne cède jamais au chantage...
Ensuite... Un jeune homme, atteignant à peine la vingtaine. Kentan, peau blanche. Combat avec cimeterre, tout aussi peu loquace. Fils du Vent. Un nouveau candidat à l'élimination du Loup Noir. De même, prévenez-moi si vous savez quelque chose à son sujet. Il n'est pas dangereux... Du moins pas encore. Quoi qu'il en soit, il m'intéresse. Vous pouvez cependant le tuer si cela vous chante.
Enfin, à propos des événements futurs. Maindargent prépare quelque chose, et l'Inquisition est sur les nerfs en raison de la mort de son plus dévoué Inquisiteur. Comprenez que si vous vous faites remarquer, ils n'hésiteront pas à faire le lien entre vous et les événements marquants qui devraient survenir. Il serait malheureux que sa menace s'amplifie, vous en conviendrez. Donc comme je vous l'ai dit, faites vous discrets. Évitez de faire des morts. »

Ayant fini de parler, il sortit par la trappe – décevant par là les attentes de certains souhaitant apprendre comment il était entré sans se faire remarquer. Il resta toutefois dans la maison jusqu'à la fin de la réunion, au cas où l'on souhaiterait lui poser des questions ou signaler quelque chose en lien avec son monologue.

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Kyrie le Mer 4 Juil - 14:22

J’observai avec un désintéressement non feint la petite crise de l’autre Noir ; bien trop de choses m’échappaient pour titiller ma curiosité… Aussi restai-je à l’écart, patiente. J’avais comme l’impression qu’un évènement d’importance allait survenir... Faribole ou instinct, cela restait à déterminer. Un cas de possession ? S’il restait à léviter ainsi, il n’y avait pas de quoi s’en préoccuper non ? Et puis à chacun ses soucis, dès que ça trempe dans la haute magie.
Je battais encore des paupières, éblouie par la lueur de l’objet du Noir. Le vent violent menaçait de décoller les briques légères du plafond, tandis que la salle s’emplissait de murmures, de commentaires, d’angoisse, bref, rien de très original. J’observai le Loup Noir, mon museau tranquillement posé sur mes pattes. Il suffisait d’être assez intelligent pour savoir qu’il n’y avait que deux issues possibles, toutes deux dépendant immédiatement du drow volant.
Dites donc…
J’inclinai la tête, plissant des yeux. Vu comme ça… Il avait bien des ressemblances avec le Sans Odeur ce gars-là ! Drôle de détail. Drôle mais qui pourrait être fort utile…

Pour en revenir aux faits, à mieux examiner, les vampires s’agitaient bien plus que les lycans ; sans doute leur foutu instinct volatile qui les poussait à pépier ainsi. Les chauves-souris ne sont que des parasites, inutiles autant qu’agaçants. Enfin, quelques secondes après que la foule se soit calmée aussi rapidement que la possession avait eu lieu, les évènements prirent une tournure bien plus intéressante. L’Inquisiteur avait donc bien été tué. J’avais ma petite idée sur l’identité de l’assassin mais ne trahis qu’un sourire de louve.
Lifthaisir répondit à l’offre du Loup Noir, sans trop me surprendre. Je me demandai qui était ce Helarn Liadon et sa famille… Cela éveillait quelques désagréables souvenirs de ma vie d’antan, à colporter et cultiver les rumeurs sur les puissants. Mon Alpha m’apporta la réponse, m’évitant de ce fait de replonger dans un passé honni.

« Les seigneurs Liadon ont commis un certain nombre d'exactions envers les Maudits. Ils soutiendraient l'Inquisition si la chose ne leur était pas difficile politiquement. »

Ah oui… Deux, trois faits divers me revinrent à l’esprit, tous concernant des atrocités commises envers quelques hybrides. Des tueries dans tous les cas. Bien. Un ennemi de plus.
Je ne savais pas à quoi jouait Lifthaisir, lui avec ses propos étonnants ; si autrefois les jeux de la politique me faisaient l’effet d’un orgasme, là, pfuiiit ! rien du tout.
Je laissai échapper un bâillement ennuyé.
Loup Noir partit dans un long discours descriptif mais ayant oublié de mentionner l’odeur de ce Chasseur, je reléguai sa requête à la dernière de mes préoccupations. Je ne lui étais en rien redevable après tout. Mais son annonce suivante me fit dresser deux oreilles très attentives : tiens tiens… Ma mémoire visuelle n’était guère mon fort mais j’avais assez de cervelle pour me rappeler d’un visage côtoyé il y a de cela moins d’une journée. Je souris franchement, sans me préoccuper de la possibilité que l’on le remarquât.

« …peu loquace. Fils du Vent. Un nouveau candidat à l'élimination du Loup Noir. Il n'est pas dangereux... »

Je me disais bien que tant de similitudes devaient créer entre les deux hommes plus que le lien de l’apparence. Loup Noir nous enjoignit à la passivité mais c’était sans compter les Solitaires. Enfin désormais, j’appartenais à une meute, pensai-je en cherchant Lifthasir du regard. Ce dernier avait débuté une conversation avec un lycan inconnu de mes relations, ce qui n’était guère surprenant, ponctuant ses propos de petits gestes furtifs de la main. Je devinai qu’il s’entretenait au sujet des annonces du Noir. Comme il ne me surveillait pas, tout comme personne ne se préoccupait d’un lycan si peu hiérarchiquement élevé dans la meute qu’il n’était pas autorisé à prendre sa forme humanoïde, je me glissai dans les ombres, atteignant en une demi dizaines de longues foulées la trappe de sortie.

Ainsi que je l’avais supposé, il était là à guetter d’éventuels renseignements. Si je ne lui devais rien, j’avais une dette contre le Sans Odeur. Une dette négative. M’étant devenu une personne antipathique, autant sauter sur l’occasion de lui causer quelques soucis.
Mes poils se regroupèrent en une chevelure désordonnée tandis que mes membres s’allongeaient au fur que j’avançais vers le Loup Noir. Arrivée devant lui, j’étais redevenue elfe. Bien qu’il m’était possible de palabrer sous forme de louve, le langage humain état mal aisé : je ne savais combien de temps j’allais discuter alors autant me transformer dès le début, peu importait qu’il lie mes deux apparences.

« Bonsoir. Melkion ne vous le souhaiterait sans doute pas.»

Je me positionnai en face de mon interlocuteur, debout, nullement inquiète ; une seule chose était en mesure de m’angoisser et ce n’était ni lui, ni l’aura mortelle qu’il exhalait. Et l’Insatiable était pour le moment comblé.

« Pourquoi demander des informations si vous n’ignorez pas qu’il se trouve dans cette Cité ? »
avatar
Kyrie
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 41
Date d'inscription : 02/10/2011

Fiche Technique
Nom: Valkyrja Ljösalfar Aydwen
Race: Lycan
Classe: Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Jeu 5 Juil - 3:14

La louve qu'il avait aperçu s'avança, et reprit forme humaine.
Tiens donc ! La Cité était petite ! L'elfe qu'avait affronté son rejeton était l'"apprentie" de Lifthaisir. Si elle venait le voir, c'était qu'elle n'avait manifestement pas apprécié la conduite de Melkion. A moins qu'elle ne l'aide par pur désintérêt, ce qui l'étonnerait fortement... Surtout de la part d'une elfe...
Allons, éviter les stéréotypes, ils ne lui avaient jamais réussi. Parce qu'il était Drow, tous pensaient qu'il était étouffé par l'honneur. Allons bon ! Il n'était pas moins bête que Nalmanar, sur certains côtés. Ce genre de conceptions n'engageaient que ceux qui y croient. L'important n'était pas d'avoir de l'honneur, mais que les autres le croient.
Alors, que pouvait vouloir la petite ?

Bon, elle l'avait remarqué. Pas visuellement. Il avait pris garde à faire du bruit lorsqu'il s'était "déguisé", ce n'était donc pas l'ouïe. Donc soit un obscur sixième sens, soit tout simplement l'odorat. L'odorat, bien sûr. Une petite bourde sans doute. Il avait de quoi passer les détections magiques, mais il était vrai qu'il avait trop négligé le problème de l'odeur. Il demanderait à l'assistant matériel de l'équipe de lui confectionner un petit item pour résoudre le problème... Rien de bien compliqué : un ensemble d'anneaux modifiant chacun son odeur d'une façon différente. Une odeur par identité. Plus un pour la dissimuler complètement. Cinq anneaux. Aisé et rapide. Il y mettrait la priorité nécessaire.

- Melkion ? Etrange, il ne me semble pas avoir prononcé ce nom, d'où le connaissez-vous donc ? Vous pensez qu'il ne m'aurait pas salué ? Êtes-vous sûre ? Il a peut-être sa propre façon de le faire ?
Un peu d'ironie ne pouvait faire de mal à personne, après tout... Mais certains n'appréciaient pas...
- La dernière fois que je l'ai vu, je connaissais sa position. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Ceux qui me chassent restent rarement au même endroit très longtemps. Et puisque vous semblez si bien informée, vous devriez savoir que je ne cherche pas la mort de ce Kentan, sinon je l'aurais déjà éliminé, vous éliminant sûrement certains soucis. Je suppose que vous pourriez bien garder l'un de mes secrets, pas vrai ?
L'assassin se pencha et murmura, bas.
- Être un assassin reconnu implique un certain nombre de possibilités, ironiquement. Il est des moments où l'on apprécie un peu de divertissement. Ce Kentan en est un pour moi, aussi ne suis-je pas pressé de le voir mourir. Mais un divertissement peut en remplacer une autre, si vous voyez ce que je veux dire.


_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Kyrie le Jeu 5 Juil - 4:05

« Melkion ? Etrange, il ne me semble pas avoir prononcé ce nom, d'où le connaissez-vous donc ? Vous pensez qu'il ne m'aurait pas salué ? Êtes-vous sûre ? Il a peut-être sa propre façon de le faire ? »

Je haussai un sourcil étonné, un peu interloquée aussi. A peine venait-il de s’exprimer qu’une partie du respect qu’il m’avait inspiré s’évanouit en lambeaux. Ce semblant d’ironie paraissait à mes oreilles plus sotte qu’avisée ou relevant d’un trait d’esprit ; certes Sans Odeur l’aurait sans doute décapité en guise de salut mais décidément, cet humour que trop filé m'insupportait.
Hum. Il fallait que je garde mon sang-froid. Difficile sous cette foutue forme.
Quoiqu’il en soit, pendant que je l’évaluais, l’assassin avait poursuivi son propos. Amusant ! Un homme vivant des secrets m’en confiant un ? La situation frisait le paradoxe ! A moins que ce ne fut une ruse pour me liguer contre quelque chose, quelqu’un, ou affirmer ma position… Qui, à mes yeux, était claire : soit l’on était allié, soit une proie.

« Ce Kentan en est un pour moi, aussi ne suis-je pas pressé de le voir mourir. Mais un divertissement peut en remplacer une autre, si vous voyez ce que je veux dire… »

Une furtive lueur d’intérêt passa dans mon regard. Il était étrange comme cet individu m’inspirait des émotions oscillant entre respect et mépris… Ah. Ce Loup me faisait le quasi même effet que le Sans Odeur, de manière plus positive cependant. Il me plaisait.

« En quelque sorte, évasai-je. Je ne prendrai pas la peine de répondre à vos premières questions puisque vous en détenez déjà les réponses ; quant aux sentiments à son égard, si je viens vous parler, ils sont évidemment loin d’être amicaux. Mais n'allez pas songer que cet insecte me cause quelque angoisse... »

Mes lèvres s'étirèrent brièvement en un sourire carnassier avant que je croise les bras, de nouveau sérieuse, penchant la tête, songeuse. Qu’allai-je lui révéler ? Mais surtout, que savais-je réellement de Melkion ? Je venais voir ce Loup Noir par instinct, par une impulsion soudaine et non pas par réflexion…

« Je ne le connais que depuis peu. Donc je possède tout autant d’informations.»

Mes sourcils se froncèrent à cette idée déplaisante tandis que les dernières paroles du Sans Odeur me revinrent en mémoire.

« [color=crimson]M’est d’avis qu’il loge dans cette Cité : je l’ai vu se diriger du côté des auberges. Feinte ou pas, c’est à vous d’en juger. Et malgré ses dires… Je suis certaine qu’il s’alliera à l’un de vos ennemis : il était enclin à mener la chasse en groupe s’il le peut. Dernière chose : rien ne sert d’engager un traqueur olfactif, ce godelureau-là n’a pas d’odeur./color] »
avatar
Kyrie
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 41
Date d'inscription : 02/10/2011

Fiche Technique
Nom: Valkyrja Ljösalfar Aydwen
Race: Lycan
Classe: Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Helian Liadon le Ven 6 Juil - 3:51

Pas d'humour, hein ? Il aurait essayé, au moins...
Helian réfléchit rapidement, pour trier les informations D'après ce qu'il avait vu, Melkion était capable de battre l'elfe sous forme humaine sans gros problème. Pour qu'elle soit indemne actuellement, elle avait nécessairement utilisé une forme hybride ou lupine. Cependant, elle avait elle-même dit que le Kentan avait rejoint une auberge, et rien dans ses mots ne laissait penser qu'il avait été blessé. En revanche, les plaies d'un lycan cicatrisaient très vite, elle pouvait donc avoir été atteinte sous forme non-humaine. Le combat pouvait aussi s'être déroulé sans que le sang ne coule vraiment... Mais cela restait très peu probable, au vu de la réputation d'efficacité de Melkion et de la force brutale d'un lycan – elle n'aurait pu s'en tirer ainsi sous forme humaine.
Malgré la fierté de l'elfe, elle n'aurait sûrement pas parlé ainsi si elle avait été défaite. Son fils aurait perdu sans blessure ? Pour cela, il aurait fallu que son adversaire maîtrise parfaitement ses transformations. Très peu de lycans parvenaient à garder leur sang-froid une fois transformés ; les alphans étaient généralement les seuls à y parvenir. Manifestement, elle ne possédait pas ce statut. Une égalité, alors ? Son rejeton était un Loup-né, il n'aurait pas la faiblesse d'humilier un ennemi sans le tuer...
Une idée lui vint à l'esprit. La douleur profonde et inexpliquée qu'il avait ressenti... Vu son intensité, elle aurait pu sans difficultré l'handicaper en plein combat, voire le priver de ses forces. Mais jusque là, il pensait avoir été le seul à la ressentir. Si Melkion avait été atteint également, serait-ce parce qu'il était son fils, ou parce qu'il était destiné à devenir un Loup ?
Il pouvait vérifier aisément, mais il n'aimait pas l'idée d'aborder le sujet avec cette personne...
Elle disait que le Kentan s'allierait avec certains de ses ennemis, s'il le pouvait ? La chose était évidente. Seulement celui qui avait "fondé" les Loups n'avait pas été dépourvu d'humour, car ils étaient tout le contraire de ces animaux chassant en meute. Non, eux étaient solitaires, sans meute. Melkion était sûrement assez intelligent pour vouloir s'entourer de personnes compétentes, mais il n'avait pas encore compris que la chose était vaine. Un Loup chasse seul...

Helian hocha la tête en signe d'approbation.
- Je te remercie pour ces informations.. Au fait... A l'avenir, déplace-toi plus discrètement lors des réunions, les vieux n'aiment pas trop.
Il ferma les yeux, puis les rouvrit, se souvenant de quelque chose. Ils étaient désormais verts. Avec un sourire amical, il ajouta :
- Sinon, jolie fourrure.
Une silhouette s'avança.
- Serais-tu aussi séducteur que le fils d'Helarn Liadon ? Je ne te savais pas jeune, Loup Noir.
L'assassin eut un ricanement amusé.
- Aussi jeune qu'Helian Liadon, hein ? Vois-tu, Lifthaisir, je suis aussi direct que toi dans mes paroles. Peut-être en revanche ai-je moins d'arrière pensées.
- Tu n'as pas répondu à ma question...
- Tu veux parler de celle que tu n'as pas posé ? J'ai soixante-cinq ans, Lifthaisir, et tu sais tout aussi bien que moi que le prince Helian a été renié –si la chose est réellement possible– il y a près de cent ans. Pas étonnant que tu n'aies pu justifier ta demande le concernant. Tu cherches à savoir qui je suis. Seulement, si j'ai le plaisir de ne pas être né Liadon, je te prierai de cesser tes coups de sonde aussi peu subtils qu'agréables. Bien que son exil soit antérieur à ma naissance, je sais assez la politique de mon peuple pour en avoir connaissance.
L'alphan resta silencieux. Le Fils du Vent reprit, sans se départir de son calme –mais après un léger soupir.
- Je suis Loup Noir, pourquoi me chercher une autre identité ? Regarde-toi, tu es plus vieux que moi, mais moins raisonnable. Tu ne peux tout savoir ni contrôler. Je suis un mystère, et je ne cherche pas à élucider tous ceux que je rencontre. Ne crois-tu pas que j'ai déjà suffisamment aidé les Maudits ? Je pense avoir rendu assez de services pour éviter de tels signes de manque de confiance –d'autant plus que je suis un Maudit également. Tes intentions sont louables... Les tiens n'ont rien à craindre de moi, pourquoi es-tu le seul à sembler le nier ?

Il avait beau être un assassin expérimenté et sans remords, il était sincèrement navré –dans la mesure du possible– par l'attitude de ce lycan qu'il appréciait. Il plongea son regard vert dans celui de l'alphan. Et tendit la main.

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Kyrie le Ven 6 Juil - 8:04

Plus discrètement ? Ah oui… Ce qui m’avait valu la désapprobation de Lifthaisir. Mais je m’en contrefichais pertinemment ; chef ou pas, je reste libre de mes choix. Quoiqu’il en soit, il avait donc remarqué mon mouvement malgré les évènements de lors ? Eh bien, une qualité à mettre sur le compte de son statut d’assassin assurément.
Mes lèvres s’étirèrent en un large sourire amusé, répondant au sien, avant de m’esclaffer. Non que je tire du compliment du Loup Noir quelque satisfaction mais plutôt que j’appréciais sa franchise : hum… j’avais conscience qu’un autre que lui m’aurait dit cela aurait eu mon poing dans la figure –avec une quasi-certitude- mais là, je percevais clairement que nul autre désir que de changer de sujet ne le motivait. Et puis, s’il cherchait à me faire des avances, ma nudité l’aurait perturbé plus que cela : je riais cependant intérieurement, sur le réel sens de ces paroles.

« Serais-tu aussi séducteur que le fils d'Helarn Liadon ? Je ne te savais pas jeune, Loup Noir. »

Lifthaisir avait pris la parole : nous surveillait-il depuis longtemps ? J’écartai la pensée, puisque la réponse ne m’importait pas. Seulement, était-il venu en me cherchant ou pour discuter affaires avec le drow aux yeux pers ? Cela m’intriguait bien plus… J’en obtins la conclusion peu de temps après. Et évidemment, gardais en mémoire toutes ces informations échangées, prenant un peu ombrage d’être écartée de l’échange.
Helian Liadon. Ce nom m’évoquait d’éthérés souvenirs du temps de jadis, prononcé par quelque bouche adulte ; des problèmes politiques de drow s’attiraient moins d’attention de ma part que les manigances plus proches de la cour haute-elfique. Incongrue était l’idée que le Loup Noir eu la soixantaine : même étant drow, cela ne s’imposait pas à mon esprit avec clarté… Enfin qui étais-je pour remettre cela en question ? Et pour quelle utilité ? J’arrêtai donc de réfléchir, attendant que les deux « Loups » aboutissent à la conclusion de leur échange. Tout en guettant particulièrement les réactions de Lifthasir : un chef devait mériter ce titre. Il m’avait semblé digne de confiance mais je n’avais eu l’occasion de vérifier cela avant cette aubaine qu’offrait le Noir.
Ce dernier tendit une paume ouverte, amicale ; son visage trahissait néanmoins un semblant de… remord ? chagrin ? Encore une fois je ne sus. Mon Alpha accepta –après un bref instant de réflexion m’a-t-il paru- la poignée main.

Me sentant de trop, légèrement agacée, je voulus rejoindre l’au-dehors, l’air frais nocturne, aussi peu discrète qu’un ours dans le désert éthéré. Mais soudainement, je ne supportai plus ma forme elfique qui me faisait l’effet d’un carcan non adapté à ma personnalité. J’étouffais dans cette apparence tant elle divergeait de ce que j’étais réellement.
J’observais les alentours. La plupart des « invités » avait quitté la maison, sans pour autant s’en éloigner. Autant d’insupportables chauves-souris. Je ne les ai jamais appréciés ceux-là.

« Il faudrait prévenir les chefs Insiniens, ou au moins la Warjan. On ne sait jamais avec eux…
- Ouais. Toujours prêts à mettre le bordel.
- Je ne m’y rends pas, quelqu’un peut-il faire leur faire le compte rendu de cette réunion ?
- J’sais pas. J’les aime pas cette bande de dégénérés.
- J’ai vu la Warjan en ville.
- Certain ? Qu’est-ce qu’elle foutrait ici ?
- Iris.
- Ah…
- Elle n’était pas seule. Un homme, plutôt grand. Traits elfiques. Drôle de dégaine.
- Et ?
- Elle est allée fouiller du côté de la fleuriste, toujours avec le même gars. Ressortie avec une mine bizarre.
- Elle aurait deviné que… ?
- Pense pas. »
Un silence.
« Donc ?
- J’irai. Un compte à régler, j’en profiterai pour faire passer le mot. »

Je décidai de grimper sur les hauteurs de la bâtisse, où je pouvais aspirer à communier avec la lune… Redevenue louve, je m’assis sur le faîte de la maison, attendant que mon Alpha ne m’appelle.
avatar
Kyrie
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 41
Date d'inscription : 02/10/2011

Fiche Technique
Nom: Valkyrja Ljösalfar Aydwen
Race: Lycan
Classe: Prêtre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Althalus le Dim 15 Juil - 5:58

Althalus continua de s'approcher alors que le géant en armure lui répondait. Il semblait d'évidence être un homme complexe et qui ne livrait pas ses intentions aussi aisément.
Parfait, il avait été élevé dans une citée ou peu de gens se faisaient confiance et se sentait plus à son aise avec des gens qui gardent leurs secrets.
L'homme avait empêché ses acolytes de tirer leurs armes, ce qui voulait dire qu'il n'en voulait pas particulièrement à sa vie. Voila qui était également une bonne nouvelle.

Il suivit le groupe en se plaçant à hauteur de leur chef, mais restait sur ses gardes. Il repris la parole alors qu'ils marchaient vers la sortie de la ville.

"Vous êtes un bon combattant, comme vous l'avez prouvé lors de l'affrontement avec vos deux adversaires d'il y a peu. J'ai pu apprécier ces combats, même si j'avais alors certaines obligations m’empêchant de vous laisser achever ces énergumènes. Je me demande néanmoins ce qu'un guerrier comme vous peu chercher dans cette ville.
Je n'ai pas de réel attachement avec aucun des habitants du continent, comme les deux exemples d'arrogance que vous avez croisé plus avant et qui m'ont signifié préférer continuer en solitaire. Personnellement, je préfère le travail d'équipe et je pense que si nos buts ne sont pas opposés, nous pourrions tous deux profiter d'une entente entre nous.
Qu'en pensez vous ?"
avatar
Althalus
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 22
Date d'inscription : 20/08/2011
Age : 29
Localisation : Bordeaux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.elfalapom.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Arckal le Dim 15 Juil - 21:24

Le groupe s'approchait des portes de la ville. L'elfe noir parlait, ses dires amusèrent le chef des mercenaires tandis que les autres semblaient attendre un ordre. Après quelques minutes sans répondre, le mercenaire en armure noire lança :

- Nous continuerons cette discussion hors de la ville, je ne tiens pas particulièrement pas à parler d'association, de plan ou de contrat près d'une foule.

Le drow sembla se contenter de cette réponse et la troupe dépassa les portes de la ville sous les regards suspicieux et méfiants des gardes et de la population. Un garde examina d'un œil vif les mercenaires et abandonna quand ceux-ci passèrent les portes. Aucun des mercenaires ne semblait troublé par cette attitude et semblait soulagé d'être passé sans problème.

- Allez-y, intima le colosse en faisant signe à deux de ses hommes.
Je ne pense pas que la garde nous poursuive avec votre petite démonstration au tir à l'arc.


Il observa une quelconque réaction du drow, mais il n'en fut rien. Puis il reprit :

- Il semble que vous ayez du potentiel, elfe, je ne m'intéresse ni à vos motivations, ni à votre passé tant que cela ne risque pas la vie inutilement de mes hommes. *Silence* De plus, je dirige cette troupe et je n'admet pas les initiatives qui sont vouées à l'échec comme pour les trois hommes qui sont morts. Tant que vous suivrez les instructions ou que vous me préveniez de certaines actions, il n'y aura aucun problème.

_________________
avatar
Arckal
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 22
Date d'inscription : 01/12/2011

Fiche Technique
Nom: Arckal
Race: Humain
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: La Cité Frontalière

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum