À la Taverne Maudite

Aller en bas

À la Taverne Maudite

Message par Helian Liadon le Sam 5 Mar - 12:14

Faisant aussi bien office d'auberge que de taverne, la Taverne Maudite est appelée ainsi en raison de sa malchance permanente. En effet, au cours de son histoire, elle a été démantelée, rasée ou brûlée un bon nombre de fois, que cette destruction soit due à une descente des gardes dans les bas-fonds ou à autre chose.
Quoi qu'il en soit, le patron Manuel Bors est un vétéran à la retraite ayant repris la gestion de la taverne une dizaine d'années auparavant. Bien qu'il ne soit plus tout jeune, ce serait une grossière erreur de le sous-estimer.
Naturellement, si le patron est si "gros bras", ce n'est pas pour n'importe quelle raison...

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Lleyä Warjan le Lun 30 Mai - 3:28

La silhouette encapuchonnée rentra précipitamment dans la bâtisse. Elle claqua la porte derrière elle, mais comme les clients criaient, chantaient à qui s’exprimait le plus fort, son entrée ne fut guère remarquée. Elle balaya la salle du regard, cherchant son client.

« Il n’est pas encore là… Tant mieux » murmura-t-elle.

Elle alla au bar où Manuel astiquait machinalement des chopes trempées, aidé d’un petit hybride semi-nain. Ce dernier la vit et un froncement de sourcils vint ajouter une nouvelle ride à son front. Il l’interpella : « Eh, toi, découvre ta tête ! »
Lleyä l’ignora superbement, préférant la conversation du patron de la Taverne Maudite.

« Il est arrivé ? » demanda-t-elle en guise de salutation.

Manuel ne dit rien pendant quelques secondes, puis identifia son interlocutrice. Ses lèvres sèches esquissèrent un petit sourire.

« Non » affirma-t-il. Même occupé, il ne perdait jamais de vue les allées et venues de ses clients. « Ni l’autre d’ailleurs. »

Lleyä haussa un sourcil.

« Étrange… Au fait, j’ai ce que tu m’as demandé » annonça-t-elle en lui glissant un petit sachet qu’elle avait glissé discrètement sous un sous-verre.

Il la remercia d’un hochement de la tête, et rangea le sachet dans son tablier.

« On fait comme à notre habitude » dit Lleyä avant de s’adresser moins amicalement à l’hybride : « Sers-moi une bouteille d’hydromel.
-Ne me parlez pas sur ce ton, s’énerva-t-il.
-Tu n’as rien à exiger de ma part Murin, répliqua-t-elle
-Comment… »

Pour couper court à ses propos, Lleyä releva sa manche droite, dévoilant une fine chaîne enroulée autour du poignet. Deux pendentifs y étaient logés… Quand il les vit, Murin pâlit.

« Je… bafouilla-t-il en réalisant l’affront commis.
-Tu n’y peux rien si tu es long à la détente, le coupa-t-elle. Mais sers-moi cette bouteille ! »

Elle s’éloigna légèrement agacée, et s’installa à une place libre dans un coin sombre. De là, elle avait une bonne vue sur l’entrée de l’auberge, et pourrait ainsi repérer son client dès son arrivée. D’ailleurs, la porte s’ouvrit sur une large silhouette, dégoulinante de la saucée nocturne. Il la chercha du regard. Lleyä en profita pour le détailler : c’était un homme entre deux âges, portant plusieurs cicatrices visibles sur son visage et ses avant-bras dénudés. Dès lors, le Lys Blanc se fit une opinion : les meilleurs combattants étaient souvent ceux qui avaient le moins d’entailles aussi superficielles. Donc il ne devait être un virtuose du combat.

Pendant qu’elle l’examinait, il était allé se renseigner auprès de Manuel, qui lui indiqua la table de Lleyä. Celle-ci fit un petit signe des doigts.
L’humain s’installa gauchement devant elle, et attendit qu’elle prenne la parole. Comme le silence se prolongeait, il ouvrit la bouche mais la jeune femme le fit taire d’un regard.
Murin arriva avec la bouteille et deux verres.
Une fois servie, Lleyä parla d’une voix claire mais sans intonation précise, tel que l’homme ne remarqua pas immédiatement qu’elle s’adressait à lui.

« Pardon, que disiez-vous ? se rattrapa-t-il.
*Encore un retardé* songea l’hybride
-Avez-vous le prix convenu ? répéta-t-elle.
-O…Oui.

Elle observa avec un agacement croissant le maladroit se débattre avec les pans de son manteau et en sortir miraculeusement une bourse replète. *idiot disais-je. Si peu de discrétion que c’en est déplorable…*

« Voilà, dit-il inutilement.
-Je me demande comment il a fait pour survivre jusqu’à aujourd’hui, murmura-t-elle.
-Pardon ?
-Je réfléchissais à voix haute. Déposez la bourse sur votre chaise. Je la récupérerai une fois que vous serez parti.
-D’accord.
*Décidemment, il parle pour ne rien dire* nota-t-elle.

Elle prit la bouteille d’hydromel et versa le liquide ambre dans le verre de son client. Elle en profita pour laisser tomber furtivement une fiole sur les genoux de l’homme.

« J’espère que vous apprécierez, dit-elle.
-Sans doute oui.
-‘‘Sans doute’’ ? releva Lleyä. Vous ne vous fiez pas à mes produits ?
-Je n’ai rien dit de tel…
-Peu m’importe. Partez.
-Vous ne vérifiez pas la somme que je vous ai donnée ?
-Quand vous serez parti.
-Heu… Bonsoir alors. »

Lleyä ne répondit pas. Quand il atteignit le bar de Manuel, elle s’empara de la bourse et vérifia son contenu.
Vide.
Elle agrippa le regard de Manuel et secoua négativement de la tête. Le patron salua austèrement l’homme.
Un soupir franchi les lèvres de l’herboriste.
Son client allait mourir dans d’atroces souffrances, ainsi que son aimée : la fiole qu’elle lui avait donnée ne contenait pas le philtre d’amour qu’il avait commandé, mais le puissant poison.
*Bah. Deux morts de plus ne changeront pas ma vie.*
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Cassandra le Jeu 25 Aoû - 0:37

Lorsque Cassandra arriva à la porte de ladite Taverne Maudite, il devait être non loin de deux heures du matin.
Ainsi, en ouvrant la porte, elle fût surprise de voir du monde qui s'y trouvait encore...
Il n'y avait pas plus d'une quinzaine d'homme-Pas une seule femme, remarqua la vampire - et ils fichaient à eux seuls un boucan extraordinaire.
Des hommes, collés les uns aux autres, chantaient, criaient ...
Au moins, je ne vais pas me faire remarquer...
Aussitôt cette pensée formulé, elle la regretta. Ca portait malheur d'avancer des choses...
Et l'homme au bar, qui avait une musculature à faire peur, la regardait d'un air étrange.
Paniquée, elle se retourna pour sortir. Après tout, celle qu'elle cherchait n'était pas là, et musclor ne lui inspirait bizarrement aucune confiance.
Mais si la prétendue Mildane arrivait plus tard?...
Avec un soupir résigné, elle se dirigea vers une des tables, à l'écart. Loin des sauvages, en fait.
Le patron de la taverne, ou musclor, au choix, ne lui prettait plus attention. Ou du moins faisait semblant ? Puis, sous les yeux de Cassandra, il disparu... Litéralement.
Et se retrouva devant elle.

- Voulez-vous boire quelque chose ?
Cassandra le scruta d'un air méfiant. Elle n'ingurgitait que ce qu'elle se préparait.
Biensûr. Et si un jour l'envie me prends de me tuer, je t'appellerai.
Mais au lieu de cette pensée fulgurante, elle lui demanda seulement un verre de vin rouge.
Il vallait peut-être mieux ne pas trop attiré l'attention en sortant un minable : '' Non, merci. J'attends quelqu'un.''

Lorsque l'aube arriva, Cassandra se leva, décidant de rentrer avant de manger un bon petit plat. Qui ressemblerait au contenant du verre de vin- toujours plein - posé sur la table.
Même si les bas-fonds n'était pas très peuplé par ici, elle préféra ne courir aucun risque.
- Pourquoi n'avez vous rien bû ?
C'était le tavernier.
- Je n'aime pas le vin rouge.
Elle prit le chemin de l'antre de Lenne, laissant à la Taverne Maudite son tavernier avec une mine interrogative.
Peut-être Mildane serait là la nuit suivante ? Elle essairait le vin blanc, au pire. Peut-être donnera t-il moins faim ?


Deuxième soir, et la vampire refit son entrée. Rien que la pensée d'attendre encore une nuit... L'énervait au plus haut point. Pourquoi attendre alors qu'on pourrait agir ?! Enfin, attendre dans ce charmant endroit, absolumet pas lugubre. Cela l'enchantait au plus haut point...
Cette fois, elle fût étonnée par le peu de gens qui se trouvait là.
Un couple buvait, à la santé du prochain bambin qui allait sûrement prochainement naître. Quelle idée de venir dans cette Taverne funeste ?
Ah oui. Le tavernier semblait être leur ''ami''. Il leur parlait avec entrain, et esquissait parfois ce qu'on pouvait qualifier de sourire.
Un homme blond s'était assis à une table reculée. A la lumière tamisé du coin dans lequel il s'était replié, il semblait attendre - comme Cassandra- quelqu'un.
Attendre... A cette pensée qui l'énervait plus qu'autre chose, elle se dirigea vers une autre table que la veille.
Autant observer la pièce d'un autre point de vue. . .
Elle leva les yeux et appercut que le tavernier la fixait.
Peut être se rappellait il d'elle ? Mauvaise nouvelle...
- Qu'est ce que je vous servirai aujourd'hui?
- Du jus de papaille ? A vous de me conseiller ?
Le très léger sourire de l'homme s'éffaca.
- Vous n'êtes pas une habituée. Que venez vous faire ici ?
Mauvaise, très très mauvaise question.
- Je viens gouter vos sublimes boissons ?
Il répondit presque spontanément.
- Sachez qu'il est dangereux, pour une femme seule, de rester ici. Vous avez sûrement vos raisons, outre regarder patiemment pendant des heures mes breuvages, mais un conseil. Attention à ce que vous faîte.
Cassandra le sonda. Un conseil ou une menace ?
Nan, c'était juste un gentil conseil de rien du tout.
Enfin bon, cause toujours, tu m'interesse.
Comme il voyait qu'elle ne répondait pas, mr musclor tourna les talons pour revenir avec du vin blanc.
- Attention à vous.
Merci, on me l'a souvent dit.
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Mestivoï le Dim 23 Oct - 2:18

"La taverne maudite"

Quel meilleur endroit où aller quand on est soi-même ce qu'ils appellent un maudit ? Bienheureuse malédiction...

Il n'était pas retourné chez lui, attendant que les forces de l'ordre s'y rendent d'abord. Mais c'était long... Autant donner un coup de pouce au destin ! Alors le vampire était entré dans cette taverne, bien qu'il soit assez tôt dans la journée. Heureusement, il y avait déjà certains clients. Mestivoï s'assit au comptoir et commanda d'un air pressé un verre d'eau. Il n'avait pas soif après tout...

Quand le barman s'approcha de lui, il entama immédiatement le commérage, espérant que quelqu'un embraye.

"Vous avez entendu les rumeurs ? Dans les cartiers riches, on dit qu'il y a des vampires ! Ils auraient tués une famille... Je me demande si c'est vrai. Il y a souvent des vampires par ici ?" questionna-t-il rapidement, un air de curiosité malsaine sur le visage.

Il avala une partie de son verre.

"C'est terrifiant, non ? Imaginez un peu, ils ont su entrer dans la ville, ils peuvent être partout !" s'exclama-t-il avec ce qui pouvait passer pour de l'inquiétude.

Qui sait, avec un peu de chance, il pourrait créer un mouvement de panique...

"Bien sûr, reprit-il d'un ton plus grave, ce ne sont que des rumeurs, mais ça pourrait être vrai, non ? Qu'en dites-vous ?"

Tout ceci, bien qu'étant distrayant, n'allait pas permettre à la police d'aller voir dans son ancienne maison. Et même si pour le moment, son apparence était inconnue et qu'il pouvait donc aller témoigner... Non, ce ne serait pas amusant. Alors il entendit une réaction. N'importe la quelle.
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Cassandra le Ven 28 Oct - 22:52

Avant d'entrer dans la Taverne, elle rabattit son capuchon. Après tout, cela ne paraîtrait même pas étrange, dans cette taverne.
A l'interieur, la même ambiance que d'habitude régnait, certains parlaient, d'autres riaient, quelque uns se battaient ...
Sans faire plus attention à ce qu'il se passait, Cassandra alla s'asseoir à la même table que l'autre jour, regettant l'arrivée d'une personne en particulier.
Elle patienta quelques minutes, et un grossier personnage s'assit à sa table. La vampire tourna la tête pour voir qui était cette personne... Et eût presque un mouvement de recul.
- Que voulez-vous ? ... , marmonna-t-elle.
Elle savait que c'était plutôt incongru de sa part de demandez cela à celui qui tenait cet endroit. Mais elle n'avait trouvé rien d'autre à dire.
- Vous l'avez suivie.
Elle releva la tête et planta ses yeux dans les siens, une lueur de malice brillant dans son regard.
- Vous pouvez bien le dire explicitement, mon cher. Voudriez-vous de ses nouvelles ?
L'homme marmonna dans sa barbe et lui jeta un regard assassin.
- Je n'ai jamais dit ça.
- Bien. Tant pis. , elle prit le verre resté planté sur la table et continua. A vôtre santé.
- Pourquoi venez vous ici ?
- Elle est sûrement en vie. Peut-être mal en point, mais en vie. Laissez-moi juste rester ici,maintenant que vous avez ce que vous vouliez ... dit Cassandra, un brun lassée.
- Qui cherchez vous ?
La vampire crut percevoir une note de sincerité dans sa voie... Et pourtant.
La porte derrière le bar s'ouvrit à la volée, et une tête blonde en sortit, se dirigeant vers le tavernier.
Musclor regarda droit dans sa direction, les sourcils froncés.
Cassandra ricana.
- Je crois que je l'ai trouvée.
- Elle sera à vous plus tard, mademoiselle, répliqua t-il. Je vous l'amène dès que j'ai fini. Qu'est ce que je vous apporte ?
La vampire fût surprise de ses paroles, mais hocha néanmoins la tête. C'est fou ce que ce repère acceuillait comme personne recherchée.
- De l'eau. Merci.
Sur ce, il partit.
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Lleyä Warjan le Mar 15 Nov - 6:56


Le Lys Blanc esquissa un sourire d’un semblant narquois mais en réalité amusé, sans se retourner. Si Brin de Cyprès était quelqu’un dont il fallait se méfier, elle notait que sa voix manquait quelque peu de sincérité… Cela ne signifiait pas forcément qu’il mentait ; cela pouvait aussi porter témoignage d’un trouble d’ordre mémoriel ou du moins sentimental. Enfin bref. Cela ne lui appartenait pas de dresser les états d’âme de l’homme finalement étranger pour elle, même s’il s’avérait qu’il l’avait sauvé. Il semblait du genre "solitaire tourmenté" ; c’est–à-dire partagé entre le désir de solitude et peut-être la volonté de confier à une personne de confiance –témoignait-il ce sentiment à quiconque au juste ?- afin d’alléger un peu le fardeau qu’était son bagage mémoriel.
Mais peu importe.
Il parlait d’une voix calme, doucereuse mais indiciblement déterminée. La voix de quelqu’un qui avait encore à faire dans ce monde…

« Libre à toi de m'ignorer, tu n'as pas à craindre pour ta vie. Sache que je ne t'ai pas sauvée seulement pour que tu supprimes cet homme. »

S’il l’affirmait… Mais inconsciemment, cela soulagea la jeune femme. Cela lui en aurait coûté de devoir sa vie à un intéressé opportun.

« Je t'ai sauvée parce que le Vent me l'a demandé. Et je ne cherche pas ses raisons. Je suis un Fils du Vent, petite, et il est possible que ce fait t'ai encouragé à croire que je suis le Loup Noir. Pour cette raison, je tiens à ce que tu te souviennes d'une chose... »

Elle avait perdu bien des souvenirs ; ici l’homme s’induisait en erreur. Si elle soupçonnait avec une conviction presque certaine qu’il était le Loup Noir, c’était grâce à une oreille attentive… Car après tout, elle ne savait quelles pensées et émotions étaient rattachées à ce surnom. Aussi négatifs que le siens ? voire plus ? Qui sait…
Un mouvement l’incita à jeter un bref regard en arrière ; à ce moment précis, Brin de Cyprès lui décocha un sourire avenant, étrangement singulier venant de sa personne.

« Si tu le souhaites, tu pourras me trouver à la Taverne Maudite. Il y aura probablement de l'animation là-bas, très bientôt... »

Peut-être. Le temps venu, elle verra.
Toujours droit devant, elle reprit sa marche silencieuse et leste.

***

Cela faisait bien plusieurs heures qu’elle arpentait de long en large la cité. Au fait… Où se trouvait-elle ? Bah. Un nom de plus ou de moins ne raviverait pas assurément ses souvenirs altérés. Aussi continua-t-elle de déambuler ci et là, en quête du sillon invisible de sa mémoire…
Un sifflement retint son attention.
Attends… on me siffle ?!
En effet, un groupe de jeunes hommes sans doute humains au vu de leur dégaine et dont l’âge avoisinait les dix-huit ans à vue d’œil la gratifiait de regards éloquents. Ahem… Heureusement que sa capuche dissimulait ses cheveux étrangement mordorés. Si non, au lieu d ela siffler, ils l’auraient sûrement ruée de coups. Ah tiens ? D’où lui vint une pareille conviction ? Enfin elle n’avait pas le temps d’y songer pour l’instant… Par pur instinct de prudence, elle fit volte-face, reprenant ainsi son itinéraire dans le sens inverse d’un pas plus rapide; le bruit étouffé de pas derrière elle lui indiqua qu’on la suivait. Car elle se déplaçait quasi-silencieusement grâce à ses chaussures de marche.

« Eh toi ! Tu veux pas nous accompagner ? J’te promets que tu vas pas t’ennuyer ! »

Un exalté sentiment d’agacement remonta le long de son dos, la faisait frissonner de colère. Les mâles en bru…. Elle les détestait ! L’envie d’aller se défouler physiquement en leur plantant un bon coup de poing dans la figure la démangeait mais cependant, ses blessures encore récentes rendrait cette entreprise vengeresse complètement téméraire si ce n’est suicidaire. Mécaniquement, sa main se porta à son flanc, ne rencontrant qu’un rêche tissu.

Un éclat argenté semblable à la pâle mais éblouissante lueur lunaire. Un claquement clair presque cristallin, trouvant grâce à son ouïe telle une sonorité chantée.
Une ombre noire, se teintant de vermeil puis d’écarlate.
Des cris, des pleurs. Un sentiment d’atroce souffrance… pas physique mais mentale. Le chagrin d’avoir perdu… quelque chose. D’important. De chaleureux.
Des dizaines, des vingtaines de corps ayant été ôtés pour la plupart tout semblant de réalité, désormais plus proches d’un amas de chair indistinct que de cadavres humains autrefois. L’horreur. La terreur. Puis un visage, aimé peut-être. Deux yeux en amande, de couleur miel allant sur l’orangé bien souvent rieurs et vifs, une bouche fine mais qu’elle savait souriante, un nez aussi droit que son caractère, une masse de cheveux auburn sombre indomptés…
Sylfa.
Sylfa et Lleyä.


En s’effondrant soudainement, elle porta une main incertaine, frissonnante à son pendentif. Son corps était parcouru de convulsions et de tremblements violents. Doucement, elle gémissait. Ses yeux gris sombre s’éclaircissaient derrière les larmes, grands ouverts, fixes. Regardant au loin un souvenir teinté de vermillon, d’argent et de blanc.

« S…sylfa… »

On l’interpella.

« Eh pas besoin de pleurer on va pas de violer non plus !
- Enfin pas tout de suite…
- Ferme-la merci. Qu’est-ce que t’as ? »

Brusquement, Lleyä se redressa et partit en courant à toute allure.
Les godelureaux lancèrent encore quelques cris, mais elle n’y prêtait pas attention. Alors ils décidèrent de se trouver une autre victime féminine, celle-ci leur paraissant quelque peu trop dérangée.

Elle demandait bien trop d’effort à ses muscles endoloris mais tant pis. Elle courrait, inlassablement.
Soudain, la jeune femme percuta une masse solide et fut projetée ; elle se serait une énième fois cassé la figure ci l’on ne l’avait pas rattrapée à ce moment.

« Ma Damoiselle ? Vous allez bien ? »

Un peu sonnée, elle leva une paupière.

Des conversations amusées, des rires, des souvenirs…

« Fen ?
- Qui d’autre ? Vous connaissez beaucoup de gens qui me ressemblent ? fit-il avec un sourire en désignant négligemment une oreille à demi arrachée et une longue estafilade courbe sur son menton.
- Pardonne-moi, je suis un peu… perturbée ne ce moment.
- Lys ! Vous avez pleuré… Et ces blessures ! ce n’est pas moi qui vous les ai faites j’espère ? remarqua-t-il doucement pour l’inciter à se confier sans pour autant l’obliger.
- J..je… bredouilla-t-elle.
- N’en dites pas plus, vos larmes ne devraient pas être vues de la lie de ce peuple corrompu… Allons dans le Caveau pour en discuter tranquillement… Vous êtes d’accord ? »

Elle acquiesça lentement de la tête, suivant comme une enfant docile le grand homme qui la tenait d’une main sûre et chaude.

***

« Là… asseyez-vous. Et vous les gosses, déguerpissez ou je vais vous manger ce midi ! »

Lleyä regarda avec affection la ribambelle de gamins rieurs s’étant amassé à l’entrée. Ils obéirent à Fen avec une moue dépitée, certains osant même le gratifier de grimaces. Ces gosses… Elle les aimait tant. Car elle les avait bien souvent guéris de leurs maladies et de leurs blessures autant que de leurs craintes, ils l’aimaient avec la même intensité.

« Alors, qu’avez-vous ? » dit calmement Fen.

Et comme elle observait un silence incertain, il tenta de la pousser à se confier petit à petit, par des questions éparses :

« D’où vous viennent ces blessures ? Cela fait bien longtemps que je ne vous ai pas vue ainsi…
- Fen… murmura-t-elle, avant de prendre une inspiration profonde et d’avouer. J’avais été capturée par les gardes.
- Ces salauds ? s’étonna-t-il. Mais… comment ont-ils pu vous coincer ?!
- Par surprise, à la Taverne, soupira-t-elle, lasse.
- Et Bors ne vous a-t-il pas…
- Si, mais c’était inutile. La plupart de mes plaies sont d’eux.
- La plupart ? releva-t-il.
- Evidement, ils m’ont conduite en prison et en chemin une foule nous a encerclés pour les acclamer et pour m’insulter. Normal en fin de compte. J’ai pu m’enfuir (elle passa sciemment sous silence sa rencontre avec le Loup Noir) et me soigner grâce à une connaissance, dit-elle dans une semi-vérité. Mais Fen…
- Lys ? »

Lleyä laissa un long soupir franchir ses lèvres encore tuméfiées et déclara :
« Mon cher ami, en plus d’être une criminelle recherchée, je suis partiellement amnésique. »

***

Elle regarda avec un froncement de sourcil le ciel couvert de nuées blanches dispersées : il ne pleuvra pas aujourd’hui.
Après que Fen de son vrai prénom Fenrir en raison de sa nature lycanthrope entre autres, l’aie reconduite hors du Caveau –il s’agissait en fait d’une excavation souterraine adjacente aux égouts servant d’habitant pour Fen malgré que ce fut autrefois un tombeau, d’où la présence des mômes- car il avait quelques choses à accomplir avant la nuit, elle suivit ses conseils de retourner sur les lieux de son arrestation. Avec un peu de chance, elle y retrouverait sa chère chaine d’argent…
Evidemment, il avait voulu l’accompagner, mais Lleyä avait refusé son offre pour des raisons obscures. C’était une nécessité inexplicable. Même par elle.

Au fur et à mesure qu’elle remontait vers la Taverne, les souvenirs de la nuit précédente lui revinrent en mémoire. Elle se souvint de tout à peu près. Cependant, la période débutant de la mort de Sylfa et allant jusqu’à sa rencontre avec les deux gardes était jonchée de grands trous noirs. Des éclaircissements ci et là mais rien de complet. Et ce visage qu’elle avait entrevu la veille… Cette personne à qui elle avait fit une promesse… Qui était-ce ?

Mis à part du sang, la ruelle avoisinante la Taverne étrangement bruyante à cette heure-ci était vide. Lleyä soupira puis s’adossa contre un pan de mur plus ou moins propre. Que faire… ?

« Si tu le souhaites, tu pourras me trouver à la Taverne Maudite. Il y aura probablement de l'animation là-bas, très bientôt... »

La Taverne ? Eh bien… Autant y aller vu qu’aucune autre alternative ne se présentait à elle.

***

Un brouhaha accompagné d’effluves alcooliques lui parvint sensoriellement. Que de bruits… Une exclamation étouffée lui fit pivoter légèrement le faciès vers la gauche, en direction du bar. Un homme massif la fixa avec des yeux ronds avant de se recomposer un masque neutre. Il lui fit signe d’approcher… Manuel Bors, et le flot de souvenirs peu ou prou allègres qui l’accompagnait.

« Alors en forme ? »

Car elle le savait taciturne, Lleyä comprit le vrai sens de ces paroles : il se réjouissait qu’elle aille bien, tout simplement.

« Pas la grande forme mais disons que ça va.
- Tiens. Murin te l’a gardé précieusement. » grogna-t-il en lui tendant un petit sac de toile bon marché.

Elle y jeta un coup d’œil.

« Oh… ! Remercie Murin ! »

Un sourire enthousiaste plaqué sur ses lèvres puisqu’elle avait retrouvé son bien, elle engagea la conversation avec Manuel.

« Il y a du monde aujourd’hui.
- Ouais. L’Errant est là. Bon il m’a grassement payé en avance mais il va y avoir du grabuge et encore une fois, ça va être le bordel à la fin de la journée. »

Au nom évoqué, Lleyä détailla les personnes présentes. Presque irreconnaissable dans sa tenue festive, Brin de Cyprès animait la foule juché sur une estrade improvisée. Evidemment, elle eut un doute un instant, mais non. C’était bien lui.

« Et pourquoi ? C’est un habitué ? interrogea-t-elle Bors de manière affable.
- On peut dire. Mon prédécesseur le connaissait mieux mais j’ai déjà eu l’occasion de le rencontrer… Et a chaque fois, y a des pots cassés, conclut-il avec un hochement de tête pensif et sombre.
- Allons, tu en as l’habitude ! rit-elle avec un sourire. Ce ne sera pas aussi irrémédiable que mon relooking de ta devanture, n’est-ce pas ?
- Ah ça non. Mais pas loin.
- Je vais rester un peu.
- Je suis dans le pétrin là, ma belle. Toi et l’Errant, sans compter son compère… Je crains que ma Taverne, ce soir, ne ressemblera plus à ce qu’elle est maintenant.
- Sers-moi une soupe de légumes, veux-tu ? Et pas un bouillon limpide et sans goût s’il te plait. commanda Lleyä avec un air narquois.
- Je ne te ferai pas ça, voyons » répliqua-t-il avec le même air.

Parcourant de nouveau l’assistance du regard, elle avisa une table libre et choisit de s’y asseoir un moment. Jusqu’à ce que vienne le temps de revoir Fen.
Pendant ce temps, elle sifflota distraitement l’air joué par les ménestrels et Brin de Cyprès, observant tantôt la ruelle par la fenêtre, tantôt essayant de se remémorer des évènements. Le bol de soupe arriva ; elle y trempa prudemment ses lèvres puis ferma les paupières en décollant le bord du récipient de sa bouche, alors que Manuel restait à ses côtés, attendant son habituelle litanie.

« Potiron. Pomme de terre. Quelques carottes. Tomates. Et ciboulette.
- Gagné. Encore une fois » soupira-t-il en posant sur la table une bière fraiche.

Les deux compères avaient pour habitude de parier une boisson que la jeune femme n’arriverait pas à deviner les ingrédients de la soupe. Cela avait débuté lorsqu’elle avait voulu lui offrir ses talents d’empoisonneuse : ce pari était donc à l’origine un test ou évaluer ses connaissances de manière détournée. Elle n’avait jamais perdu.
Un sourire muet dans les yeux, elle savoura sa boisson dûment gagnée.
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Tithrandil le Mar 15 Nov - 9:14

Tithrandil avait essayé de se souvenir l'itinéraire exact qu'il avait emprunté pour aller jusqu'à la prison depuis l'auberge. Chose non aisée quand toutes les rues se ressemblent. A la pierre près. Et que l'obscurité ainsi que la crasse assombrissent les alentours.

C'est donc dans une atmosphère peu accueillante qu'il essayait tant bien que mal de ne pas trop se perdre. Il ne reconnaissait rien. Et il jurait intérieurement, toujours plus violemment, toujours plus fort. Il se calma, voyant qu'il était au bord de l'implosion. Mais qu'est-ce qu'il lui avait prit de suivre cette fille de malheur !

Sans trop savoir où il se rendait, ni depuis combien de temps il marchait, il pensait. Pour enfin se rendre compte qu'il se trouvait devant la bâtisse noire qu'il cherchait depuis un moment. Une pancarte était ballotée par le vent, faisant grincer l'acier. Pouvait-il se présenter sans risque au tavernier ? C'est très très risqué. Mais... En même temps... Il n'avait pas d'autre choix que d'entrer... C'était son unique espoir. Enfin, unique...

Il tendit une main tremblante vers la poignée de la porte, inspira un grand coup et poussa.
Des effluves odorantes d'alcool et de plats lui montèrent aux narines, en même temps que le bruit - ou plutôt brouhaha - s’accroissait. Il s'avança prudemment et referma la porte avec discrétion. Ses yeux avertis balayèrent furtivement la salle : des tables, un bar en bois sombre et tâché, un aubergiste et…

Non… Ce ne peut pas être elle !

Sa colère grandit à nouveau. Rapidement, il s'avança vers le comptoir. Il reconnut la capeline de son… de sa compagne de route. Il en était sûr maintenant, elle était là, devant une chope de bière, à parler avec l'aubergiste.

Il posa sa main fermement sur son épaule.
avatar
Tithrandil
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 487
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 22
Localisation : Aux portes de l'enfer, pour provocation d'admin ! (mais sinon, à la recherche d'un antidote avec Lleyä)

Fiche Technique
Nom: Tithrandil Blad'Nir
Race: Haut-Elfe
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Lleyä Warjan le Sam 19 Nov - 6:38

La jeune femme se retourna vivement, craignant une présence hostile, se dégageant dans le même mouvement de la main posée sur son épaule sans douceur. Sous sa capuche, ses yeux sombres où transparaissait son appréhension rencontrèrent un regard vairon, étrangement… familier. Elle fronça les sourcils, sur la défensive.

« Que me voulez-vous ?» fit-elle avec des inflexions agressives.

Sa main se porta instinctivement à sa chaine d’argent retrouvée. Elle ne connaissait pas cette personne, du moins, ne la reconnaissait pas. Il pouvait être un ami –bien qu’elle doutât avoir entretenu quelques relations de ce type hormis avec son Peuple- ou bien un ennemi. Dans ce cas, elle était dans une bien mauvaise posture : l’idiote qu’elle était venait lui donner un indice sur sa condition, information qu’il pouvait exploiter pour jouer la comédie et la tromper.
Elle jeta un coup d’œil à Bors… qui n’était plus là.
Salaud !
Seule face à cet étranger dans cette taverne, elle avait l’amère et étrange impression de revivre un souvenir désagréable. En fond sonore, les "chants" qui s’apparentaient plutôt à des beuglements d’ivrognes –mon Dieu ! Déjà à cette heure-ci ?- accompagnaient sans virtuosité les deux musiciens, alors que l’atmosphère ambiante se saturait d’effluves alcoolisés…

Elle avait mal à la tête. Ses blessures n’avaient pas encore eu le temps de s’effacer, en particuliers celles ayant touché sa tête : la partie droite de son faciès était toujours aussi meurtri même si les plaies ne saignaient plus. Heureusement que sa capuche couvrait son visage… Si non, elle n’aurait pu éviter les regards intrigués, de pitié, voire de surprise. Quant à ses bras et ses membres inférieurs, la douleur était fluctuante mais nettement plus supportables.
Le crépuscule s’annonçait ; elle devait bientôt rejoindre Fen. Aussi attendit-elle avec impatience que l’homme se manifeste.
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Tithrandil le Sam 19 Nov - 21:11

Lleyä, car il voyait désormais son visage, s'était retournée, s'attendant à voir sûrement à voir un ennemi, vu la manière dont il avait posé sa main sur son épaule. Mais une fois qu'elle put observer ses traits, elle ne semblait toujours pas contente de le voir… En même temps, peut-être qu'ils couraient un risque en s'accostant tous les deux dans ce lieu peu recommandable…

Il allait ouvrir la bouche, intrigué, mais toujours aussi en colère, quand elle prit la parole :

« Que me voulez-vous ? », lui dit-elle.

Que… Que me voulez-vous ? Mais… Elle plaisait ?
Ayant pu observer le temps d'un combat la technique de la jeune femme pour se défendre, il s'aperçut sans mal qu'elle tenait sa chaîne d'argent prête. Elle regarda furtivement derrière elle, s'attendant sûrement à voir le tenancier… Tithrandil l'avait vu s'éloigner vers une porte derrière le bar - sûrement les cuisines -.
Quelque chose clochait… Son regard dur commença à devenir… inquiet. Il s'inquiétait pour Lleyä. Contre qui il jurait auparavant. Oui, quelque chose ne tournait vraiment pas rond. Il scruta ses traits et vit quelques hématomes ainsi qu'une plaie qui ne semblait pas extrêmement bien nettoyée…

Tithrandil essayait de prendre la parole, mais sans succès. Abasourdi du constat qu'il faisait. Une blessure à la tête pouvait signifier amnésie partielle. A plus forte raison de tous les éléments remontant à quelques heures, même jours… Si c'était le cas, il était en danger auprès d'elle. La jeune femme ne le laisserait pas partir après l'avoir ainsi accosté… Mais il devait s'assurer que ce n'était pas une ruse. Sait-on jamais. Peut-être est-elle épiée ? Comment lui faire dire quelque chose qui lui assure ou non son état mental… Quelque chose de discret, précis, que seuls eux deux connaissent…

Soudain, il trouva. Leurs pseudos ! Si elle se souvenait de lui, elle saurait utiliser le nom qu'elle lui avait fourni : Verven. Il devait simplement l'appeler par Camilla… Et n'était-elle pas censée parler de lui au tenancier ? Oui, il avait sa ruse...

Lleyä s'impatientait, il le voyait. Il avait beaucoup réfléchit avant de parler…
Il se lança, utilisant un ton content, mais en parlant bas, de façon à ce que seule la jeune femme puisse l'entendre. Les bruits de la taverne cacheraient le reste.

« Camilla ! Je savais que je pouvais te trouver ici. Tu as préparé mon accueil temporaire ? »

Il avait l'impression que sa question tombait comme un cheveux sur la soupe… Mais ce n'est pas grave. Ca la déstabiliserait si elle était amnésique. Lui assurant quelques minutes de vie supplémentaires…
Quel beau merdier.
avatar
Tithrandil
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 487
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 22
Localisation : Aux portes de l'enfer, pour provocation d'admin ! (mais sinon, à la recherche d'un antidote avec Lleyä)

Fiche Technique
Nom: Tithrandil Blad'Nir
Race: Haut-Elfe
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Helian Liadon le Mer 23 Nov - 8:47

L’effet s’en fit ressentir immédiatement, chez tous les clients. Même les plus excités d’entre eux s’immobilisèrent, tétanisés. Même les plus insensibles et ceux qui appréciaient peu la musique ne pouvaient s’empêcher de ressentir une immense tristesse. Les mines se firent graves, toute conversation cessa. Tous étaient littéralement fascinés par la musique de son compagnon, lui-même ne faisait pas exception. Même le Loup Noir aurait été ému par ce morceau…
La musique dura quelques minutes seulement. Une trop brève éternité, pour qui était ainsi bercé.

Le morceau finit, l’activité reprit dans la taverne, mais avec beaucoup moins d’entrain. Même si certains, comme Helian, semblaient s’en remettre rapidement, la plupart avaient été bouleversés, et le resteraient probablement plusieurs jours durant. Certains ne s’en remettraient peut-être jamais. Lentement, Seril rangea sa lyre, fit un petit signe à l’Errant pour lui signaler qu’il partait, et sortit de la taverne, lentement, fragile, presque chancelant. Le plus touché par la musique avait sûrement été son compositeur. Helian ne put s’empêcher de se demander si Seril n’avait pas connu le Pirate à la Nef Blanche plus personnellement.

Il s’apprêta à prendre un ou deux volontaires avec lui pour replier l’estrade lorsque la porte s’ouvrit. Mû par un pressentiment, Helian regarda le nouvel arrivant. La nouvelle arrivante. Une femme apparemment jeune, probablement Kentane pour la plupart des observateurs, entra, vêtue d’une robe marron ayant des allures de cape. Leurs regards se croisèrent.
D’un bond spectaculaire, d’une distance de plusieurs mètres, et sans élan, le Fils du Vent se jeta sur la femme, dague en main. La soudaineté de l’action surprit la partie de l’assistance qui vit le mouvement. La femme réagit promptement. Sitôt son bras droit levé, du plancher sortirent des pieux de bois, autour d’elle, et derrière le point de chute du Loup Noir. Les clients sur le chemin s’écartèrent avec précipitation. Alors que l’assassin allait frapper, la femme leva le bras gauche et prononça un mot inintelligible. Un impact terrible eut lieu, deux rugissements inhumains émanèrent des opposants. Helian fut projeté en arrière. Se rattrapant en plein vol pour ne pas s’empaler sur le bois nouvellement apparu, il se releva. Une Fille de la Terre ! Une colère aveugle s’était emparée du Drow. Alors qu’il s’avançait vers son ennemie, une rafale de vent, bien plus puissante et agressive que celle subie par les deux gardes la veille, se déchaina sur la femme, qui en fut expulsée hors de la taverne (fort heureusement pour le tavernier, la porte étant toujours ouverte, celle-ci ne subit aucun dommage). Helian en sortit, ne se donnant pas la peine de masquer la fureur inhumaine qui s’était emparée de lui. Une Fille de la Terre !
Celle-ci s’était relevée, et fixait son ennemi mortel. Elle leva les bras, et des blocs de pierre semblèrent sortir des pavés, avant d’être projeté vers le Fils du Vent, qui les évita d’une roulade sur le côté, suivie d’un bond soudain vers sa cible. Un instant avant le coup, un bouclier de pierre s’éleva du sol, protecteur. Helian retint son coup et prit appui sur le bouclier, qui était incliné, pour s’élancer à la verticale, et lança un couteau de jet, qui traça une ligne écarlate sur la joue de la femme surprise. Une fois le Fils du Vent à nouveau debout sur le sol, les deux adversaires se jaugèrent. L’assassin se déplaça circulairement, les yeux fixés sur son adversaire. Alors qu’il avait repris sa place initiale, le dos tourné à la Taverne, il s’apprêta à bondir. Lorsqu’il la sentit. Sa présence. Lui ! Le Chasseur venait de laisser tomber le masque, et, manifestement derrière son dos, passait à l’attaque. Seul un Loup pouvait sentir cela, et il en eut la vie sauve, car il plongea à terre. Le sifflement qui provenait de derrière son dos le dépassa pour disparaître, dans le bruit aisément reconnaissable d’une flèche se fichant dans la chair.
Sa Némésis venait de toucher la Fille de la Terre. Sachant très bien ce qui l’attendait s’il ne se dépêchait, Helian roula sur le côté pour ne plus être visible de l’intérieur de la taverne, et s’échappa dans les méandres des ruelles de la ville. Il avait beau être un assassin légendaire, le Loup Noir savait parfaitement, qui, de lui ou de Loeren Oshtan, était le prédateur. Malheureusement, il n’avait pu achever la femme, qui était sûrement amochée, mais vivante…

_________________

Oí ashalun he Shramia... he Naz'Dar Shramia.

Irgandes, Mage Drow


Spoiler:






avatar
Helian Liadon
Légende
Légende

Messages : 566
Date d'inscription : 22/06/2010
Localisation : à Isinia

Fiche Technique
Nom: Helian Liadon
Race: Fils du Vent
Classe: Assassin

Voir le profil de l'utilisateur http://shramia.forumsrpg.net

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Lleyä Warjan le Ven 25 Nov - 6:54

« Camilla ! Je savais que je pouv… »

Elle écarquilla les yeux dès qu’il eut prononcé les premiers mots, telle un poison hors de son eau. Ce n’était ni de la peur, ni de la surprise. Non… de la douleur.
Cette voix… Son esprit était tel des eaux profondes ; cette voix, le caillou d’apparence inutile et ô combien petit, qui y tombait, créant à la surface lisse de l’eau des ondes perturbatrices… et faisant remonter vers la lumière les secrets enfouis dans les abysses oubliées, des grains de sables épars… ses souvenirs. Ils se trouvent pas de manière à se structurer : ils errent deçà-là sur la surface de l’eau jusqu’à trouver leur emplacement d’origine, et afin que tout concorde un jour… Mais il manque d’infimes grains et ceux remontés peine à y rester. Ils luttent.
L’hybride fronça imperceptiblement les sourcils alors qu’un écho de souvenir se manifestait. Quelque chose… quelque chose dans les propos de cet homme, en plus de sa voix familière, ravivait des éclats, des lueurs, des murmures, des paysages, des odeurs, des…

La vérité s’imposa dans sa conscience.
Comme marquée du fer ardent du sceau de la réalité.

Dès lors, les souvenirs affluèrent subitement ; le caillou avait pris de l’ampleur et faisait l’effet d’un rocher, d’une montagne écroulée dans l’eau.
Leur rencontre dans la forêt. Les premiers sentiments de méfiance. Un combat. Des regards inquisiteurs. Puis des paroles échangées. Sa clairière aux lys blancs. Cet étrange sentiment de… de confiance s’instillant comme un poison en elle. Les prémices puis la concrétisation d’un voyage. Court. La peur. Une confrontation. L’exaltation. La curiosité. De la glace, et la mort. Ensuite, Isinia et ses hauts remparts. Une nuit voilant le ciel. Une ruse.
Elle et lui.
Camilla et Verven.
L’hybride et l’elfe.
Lleyä et…


« Tithrandil… » souffla-t-elle en un murmure audible d’elle seule.

Les battements affolés de son cœur rendait son ouïe sourde à tout bruit extérieur, elle n’entendait que les perturbations de son corps. Depuis déjà plusieurs secondes, elle était restée prostrée, dans la position où l’homme l’avait abordée, sans pouvoir donner forme à ses pensées. Tithrandil… L’elfe avec qui elle avait conclu une promesse aussi étrange que cela puisse être.
Un gémissement franchit la barrière de ses lèvres tremblantes et sans pouvoir s’en empêcher, des larmes s’échappèrent de ses yeux obsidienne. Par tous les dieux… Les souvenirs liés à son compagnon avaient entrainés dans leur sillage quelques-uns plus obscurs de son passé. Au visage qui s’offrait devant elle, se superposa celle de Sylfa, de Nolan, de Fen, de tous ceux de son Peuple… Cela était douloureux. Mais pouvoir se rappeler la comblait tellement… !

« Tithrandil » fit-elle d’une voix plus forte, sans toutefois être assurée.

Que pouvait-elle y ajouter, en ces circonstances si étranges ? Finalement… Une simple phrase et un sourire sincère.

« Je suis contente qui tu ailles bien mon ami. »
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Cassandra le Lun 28 Nov - 7:46

Lorsqu'elle vit que Mildane était à deux doigts de lui filer sous le nez, Cassandra se leva tranquillement, la rejoignit et posa sa main sur son épaule.
La jeune femme se retourna précipitemment, comme si elle avait été brûlée.
Et Cassandra réalisa seulement à ce moment à qui elle avait affaire. Mildane n'était autre que vampire.
- Que me voulez-vous ? - dit-elle, agressive.
- Si vous êtes celle que l'on nomme Mildane, j'ai à vous parler.
Cassandra lui présenta une table, et la ... Vampire , s'y asseya en lui jetant un regard noir d'incompréhension. Elle devait être le genre de personnes à qui l'on obéissait.
Cassandra s'assit gracilement.
- Eh bien ? Qu'avez vous à me dire qui soit si important ? Et comment savez vous qui je suis ? aboya Mildane.
Cassie n'avait eût aucune idée de ce qu'elle allait échanger pour avoir son information. Mais... Une idée lui vint subitement.
- Vos hommes, commenca tranquillement la Nymidël, vous vendent peut-être plus facilement que vous ne pourriez le penser....
Cassandra avait capté l'attention de la femme. Mais aussi sa ... fureur ? En tout cas, il était trop tard pour reculer.
- Pourrais-je avoir des explications ? Ou venez-vous i...
- Tout ce que je demande en échange de ces explications, est une petite information.
La dame parut réfléchir un moment. Et hocha légèremment la tête en guise d'accord.
- Puis-je avoir vôtre parole d'honneur que vous donnerez ce que je veux une fois vôtre information donnée ?
... Cassandra parût surprise, mais reprit son masque bien vite. Mildane se mettait directement en position de faiblesse en s'annoncant en première.
- Bien sûr. Vous l'avez... Je voudrais savoir... , la vampire chuchota pour être sûre que seule la femme en face d'elle puisse entendre, le nom du clan dont Kohler est le chef.
Elle vit la vampire déglutir en la dévisageant.
- Vous devriez le connaître de vous même. C'est le clan des Paslën. Il est très connu en Empire Haut-Elfe.
Sans blague ?! Il avait vendu son âme là bas !
- Merci. Un homme, maigrelet, blond, parlait de vous dans la fôret, il vendait vôtre apparence contre une bourse... Un homme vous recherche, apparement.
Mildane ricana mais ne fit aucun commentaire. Puis elle partit à tout allure, lui fesant un signe d'adieu gracil.
La vampire se massa les tempes, faisant retomber son capuchon.
Elle resterait encore quelques temps ici. La prochaine étape serait peut-être bien de se trouver un clan... Du moins de s'y allié. Elle aurait du y penser plus tôt! Enfin... Elle avait tout son temps.
De toute manière, j'ai déjà vendu mon âme, pensa-t-elle, un sourire triste flottant sur ses lèvres.
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Tithrandil le Lun 28 Nov - 9:46

Tithrandil observait la jeune femme, angoissé de ce qu'elle allait répondre.
Et surtout faire.
Allait-elle prendre le couteau de cuisine qu'il apercevait sur un plan de travail et l'éviscérer avec ? Allait-elle lui envoyé un direct du droit, puis du gauche jusqu'à ce qu'il voit des étoiles ?
Il ôta ces pensées - absurdes - de son esprit. Et reprit l'observation de Lleyä. Qui semblait réfléchir. Enfin, il espérait que le froncement de sourcil était dû à sa réflexion. Sinon, il était mort.

Ses yeux le fixaient. Au fur et à mesure, il avait l'impression qu'une flamme nouvelle y naissait. Danger ou bonne nouvelle ?

Et là… Ses lèvres remuèrent. Mais il n'entendit pas le propos de ce qu'elle venait de dire. Et n'avais pas réussir à lire sur ses lèvres. Trop peu précis, trop peu marqué. Mais son visage sembla alors se détendre - ce qui eu le même effet sur Tithrandil. D'une voix peu assurée, elle prononça alors son prénom.
Elle se souvenait ! Enfin une bonne nouvelle. Enfin !

Alors qu'il commençait à lui adresser un grand sourire, elle rajouta :

« Je suis contente que tu ailles bien mon ami. »
Moi aus… »

Il ne put terminer sa phrase. Il n'avait pas entendu la porte s'ouvrir tant il était concentré sur Lleyä, mais il sentit la magie s'opérer. Tout comme il vit une ombre bondir contre la femme.
Il avait armé sa magie, sans prendre trop de précaution, par automatisme. Ses mains luisaient d'une douce lumière émeraude, qui s'intensifiait avec les secondes. Croisant le regard de Lleyä, il comprit son erreur. Sa magie s'évanouit. Quand il retourna regarder la scène, les deux protagonistes étaient dehors. Et se battaient. Leur magie était très puissante. Comme on en voyait rarement. Des projectiles de tout type fusaient, à chaque fois créés par leur pouvoir.
La femme perdit, et gisait, inerte, sur les dalles poussiéreuses en face de la taverne.

Son amie allait lui adressait la parole, mais il savait ce qu'elle allait lui dire. Mais non, cette fois, il prendrait les choses en main.
Lui agrippant fermement le bras, il se mit à courir. Les gardes viendraient sûrement à la taverne, et il ne voulait en aucun cas en recroiser un.

Il s'arrêta quand il pensa qu'ils s'étaient assez éloignés de l'auberge, essoufflé. Il lâcha le bras de Lleyä, sans doute furieuse, mais ne lui adressa aucun regard. Il se contenta de poser les mains au sol et psalmodia. Une énergie verte bienfaisante entoura la jeune femme, qui se but revigorée par la magie.
Même s'il ne pensais pas que cela attiserait le courroux de son amie. Mais ça n'avait aucune espèce d'importance. Ils étaient saufs, c'était le principal. Il sourit, et se releva, regardant Lleyä dans les yeux.
avatar
Tithrandil
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 487
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 22
Localisation : Aux portes de l'enfer, pour provocation d'admin ! (mais sinon, à la recherche d'un antidote avec Lleyä)

Fiche Technique
Nom: Tithrandil Blad'Nir
Race: Haut-Elfe
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Lleyä Warjan le Mar 29 Nov - 7:24

Pour être fidèle à ses pensées, la première réflexion qu’elle eut, fut : C’est quoi ce bordel ?!
Après que deux silhouettes indistinctes se soient déclaré la guerre en plein milieu de la Taverne avant de poursuivre dehors, et ce de manière si rapide qu’elle n’avait pu réagir, voilà que Tithrandil la trainait sans ménagement à l’extérieur aussi. Comme s’il fuyait une menace indistincte. Si elle n’avait pas protesté comme à son habitude, c’était parce qu’en son fort intérieur, son instinct l’avait intimé de suivre les directives justes de l’elfe retrouvé. Pourquoi ?
Elle secoua la tête. Cette question ne méritait pas de réponse pour le moment, quelque chose d’autre infiniment plus important le reléguait à une préoccupation moindre. Mais elle avait un étrange sentiment de… déjà-vu. N’y pensons- plus.
Quand enfin ils s’arrêtèrent au détour d’une ruelle, l’elfe fit appel à sa magie afin de la soigner ; elle avait reconnu la lueur verte qui caractérisait son don, et par principe de confiance le laissa faire. Il psalmodia durant un temps, et l’opération achevée, l’hybride se sentit… plus légère. Elle jeta un coup d’œil rapide à ses blessures et sa conjecture fut affirmée : Tith l’avait bel et bien guérie.

« Un prêté pour un rendu, n’est-ce pas ? » lâcha-t-elle avec un sourire faisant écho à celui de son ami.

Ces paroles avaient été inspirées par un souvenir dont elle avait paradoxalement oublié la teneur et la nature ; de toute manière peu importait si cela avait du sens pour l’elfe. Par volonté de dissiper la gêne silencieuse flottant entre eux, elle reprit d’une voix basse mais cependant claire :

« Qu’allons-nous faire ? Tu as dû t’apercevoir que je suis amnésique, du moins partiellement puisqu’il me semble m’être remémoré la majorité de mes souvenirs. Nous étions à Isinia pour… la traverser non ? Afin de chercher un remède pour ta… maladie. »

Elle eut un regard perplexe autant que songeur, mais poursuivit avec un sourire :

«L’anru que nous cherchions… il s’agit d’un remède temporaire? »

Elle sut à son silence affirmatif sa pensée.

« Néanmoins bonne nouvelle. J’ai une solution pour répondre au problème que pose ta pathologie : une consœur dont j’avoue avoir oublié l’existence jusqu’à aujourd’hui saura te soigner, assurément. Autrefois… Elle m’a aidée et je lui dois en quelque sorte la vie comme c’est le cas pour elle aussi. Nous sommes quittes mais je pense qu’elle ne refusera pas une requête de ma part. La proximité avec les territoires des éthérés fournissent à la région autour de la cité frontalière des plantes rares et efficaces. Aussi… Veux-tu t’y rendre ? »
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: À la Taverne Maudite

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum