Empoisonnements

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Empoisonnements

Message par Lleyä Warjan le Mar 7 Juin - 9:22

Sous une pluie diluvienne, Lleyä allongeait ses pas : elle ne devait perdre de temps.

***
Après que son client -et futur cadavre- eut quitté la chaleur et la clameur de la taverne, elle avait noté l’entrée de deux soldats, l’un de si vastes proportions que Lleyä s’étaient demandé comment il avait pu franchir la porte et l’autre aussi maigre que le fût d’une flèche dont la tête constituerait l’empan, donc deux soldats qui étaient venus prendre assurément une pause méritée, accompagnée sans équivoque d’un repas copieux et de bière fraîche.
Ce fut plutôt par chance qu’elle avait surpris la conversation des deux hommes, car son attention avait été accaparée par un étrange asticot se trémoussant dans l’assiette garnie de feuilles de salades vertes de sa voisine.
Il faudrait qu’elle ait une discussion avec Manuel…

« … de l’Inquisition ! avait grommelé le plus bourru des deux hommes.
-Parle pas comme ça du magicien ! Qui sait, p’être il nous écoute… »

*En effet, quelqu’un vous écoute, mais ce n’est pas l’homme à qui vous songez...* avait pensé Lleyä en esquissant l’ombre d’un sourire sous sa capuche.

« C’es ça ! C’est un magicien de pacotille qu’on a envoyé ! J’sais même pas comment il va empoisonner avec sa magie les eaux des égouts… Et pas foutu de s’occuper de lui-même en plus !

Le maigrelet avait pouffé puis acquiescé:

-Ca c’est sûr… ah le pauv’ bleu qu’on a envoyé ‘‘l’aider’’ !
-Tu ris, mais ce n’est pas toi que l’on envoie à l’abattoir, avait grogné son compagnon.
-A l’abattoir… C’est juste une p’tite mission dans les égouts !
-Une mission suicidaire, avait insité l’autre.
-Allez quoi, t’as juste à t’faufiler jusqu’au trou des Calamités et d’jouer les nourrices avec l’aut’ mage pendant qu’il jette un sort aux eaux puantes !
-Mouais. Et si un ces satanés hybrides débarquaient en masse hein ? Qu’est ce que je ferais ?!
-Tu cours. J’ai hâte que ces sangs souillés crèvent.
-Pff… J’te dis, c’est ma dernière bière, lâcha sombrement le gros. J’vais mourir ce soir.
-Profite-en alors ! » s’était exclamé le maigrichon en reversant le liquide ambré dans les choppes.

A ce qu’elle avait compris, un mage allait jeter ce soir-là un sort aux eaux de l’égout pour atteindre indirectement les hybrides de manière insoupçonnable, et ce lard bourru devrait l’accompagner…

Sans plus de temps, elle s’était levée sans se précipiter afin de ne pas attirer l’attention, puis était allée vers le comptoir de Bors. En passant devant la table des soldats momentanément distraits par une nouvelle chanson d’un ivrogne décrépit, elle avait fait un geste vers l’assiette de nourriture du plus vaste.
Dans sa main, une fiole remplie d’essence de belladone pure attendait d’être versée…
Mais à ce moment, les deux soldats s’étaient retournés, menaçant de surprendre son geste.
Habituée à improviser pour se sauver, Lleyä avait agi instinctivement : elle avait bousculé le maigre.

« Mais t’es qui toi ?! T’peux pas faire gaffe ?! »

Elle avait grogné une excuse puis s’était éloignée d’un pas titubant.
Elle n’avait eu guère de soucis pour paraitre crédible : la jeune femme avait vu tant d’ébréchés que leurs attitudes lui étaient presque toutes connues. L’ombre d’un sourire avait naquit sur ses lèvres : le poison avait été versé, et les soldats ne l’avaient pas remarqué !
En gagnant le comptoir de Manuel Bors qui l’observait d’un œil incertain et intrigué, elle avait murmuré à son intention, sans répondre à ses questions informulées :
« Retiens-les aussi longtemps que tu le peux ! Qu’ils soient encore là dans quinze minutes… »

Puis elle était sortie.

***
Maintenant, elle courrait en direction d’une des sorties des égouts, au détour d’une ruelle auréolée des ténèbres procurées par le règne de la nuit.
Arrivée, elle distingua avec quelques difficultés le cercle de métal, mais y parvint néanmoins, par habitude. Lleyä, accroupie, colla ses mains autour du trou afin que sa voix porte, après y avoir glissé un caillou blanc pour prévenir ses comparses de la livraison d’un message.

« Ce soir, un mage et un soldat viendront. Guettez les entrées localisées par l’Inquisition au cas où j’échouerai, mais il est inutile de fuir. Je m’occupe d’eux » affirma-t-elle d’une voix claire.
Elle termina son message en soufflant : « Warjan »

Puis elle détala de nouveau vers la Taverne à la sombre réputation.

Elle revint à temps. Les deux soldats se tenaient au comptoir où Manuel semblait converser avec eux. A travers la fenêtre au cadre de bois donnant sur la rue, Lleyä prévint son complice de son retour. Après un dernier échange qui parut à la jeune femme loin d’être amical, les deux soldats sortirent d’un pas martial, puis s’éloignèrent.

L’hybride les suivit discrètement, à distance prudente. Cependant, à cause de cette précaution, elle ne pouvait percevoir les paroles échangées des deux hommes…
Elle était alors dissimulée dans une ruelle adjacente, quand les deux soldats furent abordés par un contingent de petit effectif ; en cette heure avancée, la vue de Lleyä ne lui permettait pas de distinguer chaque personne précisément. Elle évalua le groupe à une dizaine, voire une douzaine…
Les ombres ne restaient guère immobiles ; elle entendit quelques rires, et paroles indistinctes. Soudain, l’une des silhouettes s’avança, et sembla distribuer des ordres.

*Le mage, sans doute* songea Lleyä, en prenant le risque de s’approcher un peu plus.

Elle glissa le long du mur, cachée sous sa cape mouchetée, ses pas glissaient sur les pavés…
Le cœur battant, le souffle court, Lleyä avait réussi à réduire la distance qui les séparait ; de cette nouvelle cachette, elle voyait désormais les soldats avec plus de précision. Ainsi elle reconnut les deux hommes qu’elle avait suivis.
Après que le maigrichon ait frappé amicalement l'épaule de son compagnon, le gros et le mage s’éloignèrent vers le bas de la rue, alors que la troupe semblaient regagner leur poste.

La jeune femme reprit sa filature.

Les pas lourds du soldat étaient bruyants, et le magicien ponctuait sa démarche de claquements de langue, sans doute insatisfait de la compagnie dont il jouissait. Furtive, elle n’eut aucun mal à masquer sa présence.
Les trois personnes traversaient les rues des bas-fonds d’Isinia, chacun à ses propres réflexions.

Lleyä sentait la tension accroître en elle au fur qu’ils s’approchaient de bouches d’égouts.
Plus d’une fois, une de ces entrées vers les entrailles de la ville avait été proche, mais les deux hommes ne semblaient en ignorer l’existence. La jeune femme guettait l’opportunité d’attaquer le duo, avec angoisse et impatience.
Son plan fonctionnerait-il à temps ? Elle l’espérait… Plus les minutes s’écoulaient, plus les appréhensions de l'hybride augmentaient. Elle avait l'intime conviction de ne pas avoir fauté mais...

Tout à coup, elle remarqua que le soldat avançait d’une démarche distraite, maladroite…
Arrivés devant une bouche d’égout, il tituba, puis se retourna vers son compagnon de mission.

« Qu’est-ce vous avez ? s’agaça le mage.
-J’ai mal au bide…
-Vous avez trop bu, c’est tout !
-Non, je… »

Et avant qu’il n’ait pu achever sa justification, il s’écroula en lâchant un hoquet de douleur.
Il était mort.
La potion de belladone avait été bien dosée.

Aussitôt que le soldat chuta, Lleyä sortit de l’ombre et déroula sa chaîne argentée qui claqua comme un prédateur rugit face à sa proie. Le métal blanc attrapa une lueur lunaire avant de mordre la peau du magicien qui, surprit, ne se réagit pas. Cependant, l'effet disparut et il songea à se défendre... mais l'entrave fermait aussi sa bouche, l'empêchant ainsi de psalmodier ses formules.
D'un vif mouvement du bras vers la gauche, elle le fit basculer sur le sol glacial de pluie.

Cet homme...
Il ne méritait ni clémence, ni compassion. Peut-être de la pitié, car c'est un sentiment que l'on attribue aux faibles...
Non.
Il voulait tuer la communauté.

Et sans plus de palabres ou de remords, elle lui brisa la nuque.

Elle jeta un regard dédaigneux au cadavre avant d’enrouler sa chaîne autour de sa taille. Un sifflement évoquant le vent franchit ses lèvres et deux ombres sortirent du sol... Elle les regarda approcher sans peur. La jeune femme les observa porter les deux morts sur leur dos, et disparaitre dans les égouts d'où ils étaient venus à son appel.

Elle ne les suivit pas.
Sa silhouette féline s’effaça dans les ténèbres d’une ruelle. Elle regagnait son antre.
Les siens ne mourraient pas ce soir.
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 22
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum