Entrée de la ville

Aller en bas

Entrée de la ville

Message par Mestivoï le Dim 19 Juin - 6:54

Des murs... Une porte... Des gardes.
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Mestivoï le Dim 19 Juin - 7:00

La naissance de la nuit… Le lever des êtres nocturnes…

Mestivoï se sentit soudainement mieux qu’il ne l’avait été pendant les heures précédentes, à commater sous un arbre, renonçant à avancer. Fichu boule lumineuse de chaleur ! N’avait-elle pas honte de lui prendre une trop grande partie de son énergie à chacun de ses passages dans le ciel ? Qu’elle reste cachée !

...

Ce serait bien, non ? Un monde sans soleil…

Non. Ce ne serait pas bien. Ce serait lassant. Tout comme le fait de marcher dans cette forêt sans rencontrer âme qui vive !

Enfin, le jeune vampire arriva à l’orée de la forêt. Quel plaisir ! Une petite plaine, et, au loin… Isnia. Objectif attint capitaine. La dernière fois qu’il avait vu la ville ainsi, c’était à son réveil. Il était alors complètement perdu.

Le nouveau membre du clan Slaviata eu un léger sourire. Il n’était plus perdu. Enfin… si… il avait erré dans cette forêt bien plus de temps qu’il ne le fallait normalement pour la traverser, mais… Bref.

En se reconcentrant sur Isnia, Mestivoï Nezvanovitch se souvint soudainement de cette nuit :

La femme était belle. Elle riait avec certains de ses amis tout en lui tenant la main. Soudainement, un bruit de verre brisé lui avait fait relever la tête. Elle avait assuré que ce n’était rien, l’avait lâché et était partie s’occuper de l’objet cassé. C’est à ce moment-là que tout avait chaviré. Un petit cri de douleur… et cette odeur… Comme hypnotisé, il l’avait suivie dans la cuisine.

Au début, elle avait ri lorsqu’il avait pris sa main de force pour lécher le doigt ensanglanté. Puis elle lui avait demandé ce qu’il faisait… lui avait affirmé qu’il se comportait bizarrement… l’avait supplié d’arrêter. Et il n’avait pu se résoudre à obéir. Elle avait finie par se taire.[/color][/size][/font]

Elle était tellement belle, ainsi allongée sur le carrelage, le sang dans sa chevelure platine lui donnant un air de martyre. Lorsqu’il avait finalement lâché sa main, il avait pu remarquer l’anneau finement ouvragé sur son annulaire. Le même que le sien… Il avait eu un léger rire. Quelle ironie…

Il s’était relevé, le sang maculant ses habits. Cette faim… Tellement faim… Et ces gens, dans la pièce d’à côté, qui avaient le sang si chaud…


Revenant à lui, Mestivoï se mit à culpabiliser. Son premier meurtre avait été si sale… Il se revoyait encore, plein de sang, celui-ci s’écoulant même de ses canines… Il avait fait ça de façon si sauvage ! Aucune technique, rien de raffiné… Définitivement, il n’avait alors pas été digne des Slaviata. Si encore il y avait eu une mise en scène… Mais même pas !

Il fit distraitement tourner un anneau à son doigt. Une erreur de jeunesse. Sa maison était-elle occupée aujourd’hui ? Il devait aller voir… Trouver une victime… Se prouver qu’il avait changé… Ses proies devaient ressentir la peur et la souffrance, mais avec grâce et savoir faire.

Il devait à présent prouver qu’il avait compris son enseignement. Bien sûr… Il pouvait y rajouter sa marque de fabrication. Ca allait être amusant.

Encore fallait-il entrer en ville, et ce malgré les gardes. Mais… Il avait déjà une petite idée sur la question…

D’un pas assuré, il commença à marcher vers les remparts de la ville…

Oui… Il allait s’amuser un peu…
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Olga Limskaya le Dim 19 Juin - 9:47

Après de longues journées de marche à travers la nature (il est coutume de marcher longtemps par ces temps-ci, Olga n'ayant ni voiture à chevaux, ni dragon pour la transporter) Olga atteint finalement une ville. En face d'elle se dressait un mur, une porte, des gardes... et un gars aux airs aussi sombres que torturés. Il avait l'air jeune et hardi, et notre guerrière favorite aimait les hommes qui ont la classe.

S'approchant de Mestivoï, rompant un stoïcisme sans doute déjà légendaire, elle fit une entrée aussi peu discrète que sa carrure en lançant un grand :

Olah compagnon, comment va ? Dis, tu saurais me renseigner un peu plus sur le coin ? L'auberge, là où je peux trouver du boulot, toussa... Hein ? Moi c'est Olga, enchantée ! Fit-elle en saluant le vampire, lui faisant profiter de sa courtoisie fort cavalière.
avatar
Olga Limskaya
Débutant
Débutant

Messages : 4
Date d'inscription : 13/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Mestivoï le Dim 19 Juin - 10:11

Le vampire sursauta fort peu élégamment lorsque cette femme l’interpella. Etait-ce possible pour une dame d’être aussi grande et forte ?

L’auberge… Le boulot… Toussa…

Quelque chose (mais, bien entendu, il ne dirait pas quoi), l’empêcha de l’envoyer bouler directement… La non-vie, ça avait du bon quand même… Pourtant…

Les gardes commençaient à être en vue.

Mestivoï accéléra légèrement le pas. Légèrement hein… Il ne fuyait pas… Non, non… Il ne fuyait pas encore.

« On est à Isnia, une ville d’humains. Hm, je ne connais pas vraiment… »

Il accéléra encore un peu…

« Je m’appelle Mestivoï Nezvanovitch. Hm… Enchanté aussi. Je crois que nous nous recroiserons ! Au revoir ! Et merci d’avance ! » finit-il en commençant à courir.

Les gardes devaient être à portée d’oreilles maintenant.

« Gaaaardes ! On m’agresse ! Au secooours ! » hurla-t-il en allant le plus vite possible.

Avec un peu de chance, il pourrait passer le barrage aisément, maintenant qu'il y avait une distraction...
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Cassandra le Dim 19 Juin - 19:29

Cassandra s'avança sous les rayons de la Lune.
Décidément, les bruissements de cette forêt ne lui manqueraient pas ...

Ces gardes se laissaient aller trop facilement. Celui dans ses bras s'était précipité pour l'embrasser.
Bon ... Qu'avait dit l’homme déjà ?

*Le Soleil allait bientôt se lever. Il faudrait trouver un endroit tranquille où ...
Etait-ce une voie que Cassandra entendait au loin ?
Elle s'approcha furtivement de celle-ci, jusqu'à pouvoir entendre ce qu'il se disait.
Pas une voie, mais deux. Un homme et un elfe entrain de marchander... Une information.

« - Nous somme d'accord... commença l'homme ténébreux
- Oui, oui ... Je trouve la dame, je lui demande où il se trouve ... Et je reviens te voir pour te donner ta bourse. »
Quel idiot, pensa Cassandra. L’homme allait se faire berner, et ne verrai jamais la couleur de son or.
« - Mildane se trouve dans les bas fonds de la ville. Elle a les cheveux blonds, et des yeux clairs. Elle sait pas mal de choses sur tout ce qu’il se passe : les contrats, les clans de vampires, les anomalies de la ville et ce qu'il s'y passe en ce moment. Tu la reconnaîtra grâce à sa broche, qui a une forme de dague…, l’homme ricana, et qui est en argent. » *

Bon, la femme en question ne savait peut-être pas où se trouvait Kolher … Mais elle aurait sûrement une idée sur quelques uns de ses proches.

Pour la trouver, ça serait une autre histoire … « Les bas fonds », c’était bien vague.
Enfin, elle la trouverait bien un jour.

Elle sera un peu plus le garde contre elle. L'ivrogne rigolait... Et puis plus rien.
L'autre garde toussota, il ne croyait sûrement pas qu'elle se nourissait..., tandis que les autres dormaient.
La vampire était déçue... Mais cela ferait des morts en moins , dont peut être elle.

" Gaaaardes ! On m’agresse ! Au secooours ! »
Quelle idiote ! Elle n'avait même pas fait attention à ce qu'il se passait aux alentours !
Idiote idiote idiote ....
Elle lacha le garde et son corps inerte retomba au sol.
Le garde eu une expression ... De totale incompréhention.


Vu le rafu, les autres gardes commencaient à se réveiller.
A la vitesse éclaire, la vampire passa la porte, puis se perdit dans les rues des bas fonds.


Dernière édition par Cassandra le Lun 29 Aoû - 1:29, édité 2 fois
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Olga Limskaya le Mer 22 Juin - 3:56

Olga, qui n'avait pas l'habitude de se genre de manières, resta de marbre, la lèvre pendante durant quelques éternelles secondes.

L'homme s'était mit à courir en hurlant à l'aide.


Après un bref instant de la profonde réflexion pro-cognitive qui caractérise nos amis les barbares, Olga dégaina son marteau de guerre, le fameux Platisseur,et s'apprêta à combattre la chose qui faisait peur au bonhomme ! Elle poussa un grand cri de guerre : KÄNÄR ! Sus à l'ennemi ! Puis s'élança à la suite du vampire, dans le but fort courageux d'assurer sa protection.

Bien entendu, elle ne saisit pas un instant qu'elle était la responsable de cette fuite, mais que voulez-vous, Olga était étouffée par la bravoure sans limite. Presque à la portée de Mestivoï et des gardes, elle cria à l'assemblée :

Jeunes gens, ça va chier !
fit-elle, prête à en découdre, face au danger qu'elle ne connaissait pas encore.
avatar
Olga Limskaya
Débutant
Débutant

Messages : 4
Date d'inscription : 13/06/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par PNJ le Dim 26 Juin - 2:50

Le soldat vétéran Miscelium était quelqu'un de malchanceux. Sa femme l'avait quitté, son capitaine l'avait pris en grippe et avait piqué sa femme, son fils n'était même pas son vrai fils et était devenu son capitaine.

Non la vie n'avait pas été tendre avec lui... C'était bien pour cela qu'il se vengeait avec d'autant plus de zèle sur les hérétiques et les êtres impurs !

Ce soir il était de garde. C'était une tâche en général d'un ennui mortel, il ne se passait rien...
Ses collègues somnolaient pour la plupart, en toute honnêteté il ne pouvait pas leur en vouloir, lui aussi aurait piqué un somme si dormir ne lui donnait d'horrible cauchemar de sa femme et de son fils en train de... Bref !

Samuel, le plus jeune d'entre eux, avait encore une fois trop bu et s'était jeté sur une pauvre passante. A nouveau. Ce genre de comportement lui attirerait des ennuis, si un des officiers le surpennait. Samuel ria stupidement, puis il se laissa tomber mollement contre un des murs libérant la jeune fille qu'il avait capturé. L'alcool avait une fois de plus eu raison de lui...

La jeune fille s'en alla en courant, décidant sans doute d'échapper à une action semblable de la part d'un des autres. Enfin vu leur profond état d'endormissement... Ca ne risquait pas.

« Gaaaardes ! On m’agresse ! Au secooours ! » hurla-t-on soudainement, réveillant ses collègues et le faisant sursauter.

Tournant la tête, il vit un type courir vers lui en agitant les bras et hurlant comme si tous les démons de l'enfer le poursuivaient.

"KÄNÄR ! Sus à l'ennemi !"

Il vit sous ses yeux ébahis surgir de l'obscurité de la nuit une sorte de sauvage aux cheveux de feu armée d'une claymore qu'elle agitait au dessous de sa tête comme un gourdin.

Avait-il trop bu ?!

C'est avec une fascination morbide qu'il la vit courir vers eux, ses collègues tout aussi ébahis que lui avaient l'air de se demander "Mais qu'est-ce que c'était que ce bordel ?!".

Jeunes gens, ça va chier ! Leur dit-elle en prenant son arme à deux mains prête à en découdre...

Pour se faire brutalement assomé par derrière par le capitaine Varimatras. Elle s'écroula comme une poupée ayant perdu ses cordes.

"Qu'est-ce qu'il se passe ici ?" Leur cria-t-il visiblement de mauvais poil, son visage tout rouge aurait pu passer pour une tomate bien mûre. "Il y en a qui essaie de travailler dans le calme ! Vous là expliquez moi ce qui se passe ! " Lui ordonna-t-il.

S'executant aussi tôt, Miscelium lui raconta qu'il montait tranquillement la garde avec ses collègues quand un fou furieux avait déboulé en hurlant et criant à l'aide poursuivi par une sauvage aux cheveux de feu.

"Et où se trouve ce fou furieux ?! " Visiblement le capitaine était à bout de nerfs. Néanmoins c'était une bonne question... Ses collègues et lui-même se regardèrent piteusement. Ils l'avaient complètement oublié.

"Bon je n'ai pas de temps à perdre en bavardage inutile, vous me collez cette cinglée au trou et vous reprennez votre poste. " Une fois cela dit, le capitaine reparti d'un pas furibond.

Bertrand et Tibault se chargèrent de soulever la sauvage.

"Mon dieu, qu'elle est lourde !" gémit Bertrand.

"Taisez-vous et grouillez-vous ! Je ne veux pas que le capitaine trouve une autre raison de nous faire des remontrances demain." lui cria Miscellium.

PNJ
Légende
Légende

Messages : 8
Date d'inscription : 01/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Mestivoï le Lun 27 Juin - 10:35

L'odeur de la mort était forte. L'odeur du sang l'était encore plus...

Saoûl ? Si cet homme était saoûl, alors lui était une elfe magicienne ! Mais peut-être valait-il mieux, pour le moment tout du moins, ne rien en faire savoir. Toujours est-il que là, tout de suite... il avait faim.

Bénissant l'obscurité cachant certains détails de... hm... son excitation du moment liée à ses instincts, Mestivoï fit un pas de côté, apparaissant ainsi à la vue de tous, remerciant mentalement le garde l'ayant... et bien... garder, dirait-il. Hors de vue, cela va de soi. Au passage, il rangea un petit morceau de papier dans son sac. Il regarderait ce que c'était plus tard, en tous cas, ce n'était plus au garde...

- Oh... Merci ! Merci, merci, merci ! J'ai failli mourir, sans vous, je...

Il croisa soudainement le regard de cet homme, visiblement énervé, et s'interrompit sur le champ.

- Je n'ai rien dit... je peux partir si vous préférez..., déclara-t-il simplement en levant les paumes, signe universel de paix.

Distraitement, il se demanda pourquoi il n'était pas simplement parti pendant que le gradé criait sur les moins gradés. Après tout, il aurait pu entrer facilement... Et ne pas rester près d'une victime d'un vampire alors qu'il en était un lui-même, par la même occasion. Mais c'était un détail.

- Vous allez lui faire du mal ? questionna-t-il quand même en désignant Olga.

Serait-il capable de se faire passer pour une elfe magicienne ? Il devrait essayer un jour...
avatar
Mestivoï
Débutant
Débutant

Messages : 280
Date d'inscription : 05/06/2011

Fiche Technique
Nom: Mestivoï Nezvanovitch Slaviata
Race: Vampire
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Lleyä Warjan le Mar 5 Juil - 22:54

La belle hybride leva furtivement ses yeux de teinte similaire à la nuit vers l’immense bâtiment qui se dressait non loin, à seulement quelques heures de marche. A ses côtés, elle sentait l’appréhension justifiée de son ami : après tout, tous deux allaient pénétrer dans cette ville qui leur refusait asile ou protection…
Fous qu’ils étaient, n’est-ce pas ?
Enfin, si Lleyä avait l’habitude de parcourir les ruelles tortueuses du bas-fond de la capitale Kenthan, il lui fut bien rare cependant de passer par l’entrée officielle, préférant le passage dissimulé des sangs-mêlés. Et si elle n’empruntait pas cette entrée en cet instant, cela s’expliquait par la simple raison que Tithrandril n’était pas un hybride. Elle lui faisait confiance, mais pas au point de risquer de trahir son peuple. Et puis, songea Lleyä avec un sourire mi-figue mi-raisin, cela m’étonnerait fort que les miens laissent un étranger traverser leur domaine sans lui ôter la vie…

Bientôt elle et son compagnon arriveraient au pied de l’entrée, aussi pensa-t-elle judicieux de prévenir son ami et de lui indiquer quelques préceptes élémentaires de ruse et de discrétion :

« Au vu de ton inquiétude, je dirai que tu n’avais assurément jamais franchi ces portes n’est-ce pas ? Ou celles d’une quelconque ville non elfique…

Elle sourit, amusée, malgré sa propre nervosité, et interrompit sa démarche tranquille. Elle pivota et se tint devant Tithrandril, les bras croisés, pour mieux le juger.

- Le plus important est l’impression que tu dégageras à première vue. Malgré ce que l’on dit sur les préjugés, on juge essentiellement une personne selon les premiers instants d’une rencontre. Hum… Prends un visage avenant, mais laisse transparaitre légèrement ton inquiétude : une personne trop assurée et confiante sera forcément quelqu’un de dangereux. Mêmes les habitants d’Isinia redoutent les gardes.

Lleyä porta son poids sur l’autre pied, et poursuivit avec le ton érudit d’une expérience acquise depuis longtemps :

- Ensuite, ne trébuche pas. Celui qui ne marche pas stablement trahit le mal-être de son âme.

Elle cessa un instant de sourire, les yeux lointains, son esprit songeant à quelque désagréables souvenirs… Des années de terreurs juvéniles, encrées en elle depuis sa prime jeunesse. Elle secoua la tête, chassant par ce geste ses pensées égarées.

- La règle primordiale… murmura-t-elle avant de continuer sur un ton plus ferme, eh bien, il s’agit de cacher ton identité. Dès qu’ils perceront à jour ta nature, tu seras impunément occis, Tithrandril.

En disant cela, elle ramena sa capuche sur sa tête, cachant ses cheveux ambrés sous l’obscurité rassurante de sa cape.

- Moi, mon « anomalie » serait la couleur étrange de mes cheveux. Avec la douce lueur de la lune, cela sera facilement dissimulable. Mais en ce qui te concerne… Comment soustraire tes oreilles d’elfes à la vue des gardes ?

Elle fronça les sourcils, et choisit de réfléchir à haute voix :

- Si tu portes quoique ce soit sur la tête, les gardes vérifieront… Tentons ceci : cela risque de te faire un peu mal ou t’être simplement irritant, mais rabats la pointe de tes oreilles vers l’intérieur, à l’aide d’un fil. Tu les cacheras ensuite sous tes cheveux longs.

Un rictus mêlant arrogance et amusement naquit sur ses lèvres pâles alors qu’elle poursuivait le fil de sa réflexion.

- Je ferais en sorte d’être la première inspectée : de nous deux, bien peu de choses trahissent mon ascendance, et donc je cours moins de risques. Cependant… tu sais que je suis recherchée. Tant que les soldats ne verront pas mes signes distinctifs, c'est-à-dire mon pendentif ou mon tatouage, je ne pense pas être reconnue. Ma notoriété n’a pas subitement prit de vastes proportions en mon absence j’espère !

Elle avait lâché cette dernière phrase en riant sarcastiquement.

- Bref. Si tous leurs doutes sont reportés sur moi, il y aura moins de probabilités que tu sois aussi bien observé. Alors que je dissimulerai mon visage sous le couvert sombre de ma capuche, tu avanceras la tête dénudée. J’adopterai une démarche leste, assurée, et toi… contente-toi d’avancer, c’est tout. Ma voix sera terriblement craintive. Evite de parler : tu possèdes un léger accent et les intonations de ta voix sont trop… doucereuses, je dirais. Enfin tu ne t’exprimes pas comme un paysan. »

Lleyä n’attendit pas l’approbation de son ami, et se remit en route vers la capitale crépusculaire. Aussitôt, elle adopta un rythme rapide, vacillant, et faisait semblant de jeter deçà-là des regards craintifs. Elle savait que Tithrandril et elle devaient arriver devant la porte dans le même laps de temps. Mais pas ensemble
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par PNJ le Mer 6 Juil - 0:06

Voyant la cinglée se faire emporter par ses camarades, Miscellium se permit de libérer un soupir de soulagement. Peut-être que tout redeviendra calme d'ici peu.
Pourquoi est-ce que cela devait arriver sous son tour de garde ? Qu'avait-il fait à la Lumière pour mériter cela ?

Puis il entendit une voix, se tournant pour en repérer l'origine il tomba nez à nez avec le fou furieux hurlant et beuglant ! Si le capitaine le voyait maintenant, s'en était fini de son matricule !! Vite il devait agir avant qu'il ne disparaisse à nouveau.

-Vous là ! hurla-t-il à l'adresse de l'olibrius, venez avec nous, nous allons prendre votre déposition au poste ! En même temps que nous balançons la madame au cachot.

Il se dirigea vers lui, déterminé à le faire venir de force s'il résistait.

PNJ
Légende
Légende

Messages : 8
Date d'inscription : 01/02/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Tithrandil le Jeu 7 Juil - 19:43

L'immense ville était toute près désormais.

La grandeurs des murs étaient presque... oppressante. Pour Tithrandil du moins. Plus il était approché de cette ville, plus il s'était senti... Inquiet. Oui c'est ça, inquiet. Pas au point d'être effrayé, non. Mais saisi d'une inquiétude que sa compagne avait sûrement remarqué.

Le fil par de ses pensées fut interrompu par la douce voix de Lleyä qui lui confirma qu'il semblait inquiet. Cependant, aussi calme pouvait être sa voix, Tithrandil la savait elle aussi nerveuse.

Pivotant rapidement sur elle-même, elle lui fit face, les bras croisées. Son regard inquisiteur l'épia des pieds à la tête et elle commença nombres de recommandations. Il avait désormais une Lleyä tout à fait sûre d'elle et doté d'un sens de la tromperie important.

Une fois ses conseils transmis, il n'eut pas le temps de commenter quoi que ce soit.
Sa compagne l'avait déjà abandonné, prenant une marche plutôt rapide vers les portes.

Tithrandil commença à la suivre. Il avait les mains plongées dans sa besace, qu'il avait désormais caché sous sa tunique, à la recherche de ficelle. Il devait en effet se replier les oreilles... Il n'allait pas du tout aimer cela... Il le sentait.
Et il avait tout à fait raison. Une fois repliées, ses longues oreilles si distinctives le faisaient souffrir. Mais il n'avait pas le temps de se lamenter sur son sort. Lleyä et lui ne devaient certes pas arriver en même temps, côte à côte, mais dans une période plus ou moins égale. Avant d'adopter la démarche conseillée par son amie, il sortit de son sac un sachet de valériane séchée. Il en prit une partie, qu'il glissa sous sa langue. L'amertume familière, mais loin d'être devenue agréable pour autant, le fit frémir et grimacer... Qu'il détestait cela...
avatar
Tithrandil
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 487
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 22
Localisation : Aux portes de l'enfer, pour provocation d'admin ! (mais sinon, à la recherche d'un antidote avec Lleyä)

Fiche Technique
Nom: Tithrandil Blad'Nir
Race: Haut-Elfe
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Lleyä Warjan le Mer 13 Juil - 6:27

Elle entendait distinctement les pas mesurés de l’elfe derrière elle. Bien, il semblait avoir compris sa ruse. Au bout de quelques longues minutes de marche balbutiante, son visage en partie dissimulé sous son ample capuche, Lleyä arriva finalement devant la lourde porte. Une voix assurée l’interpella :

« Déclinez votre identité, voyageur !

Dès que la voix du jeune avait résonné, deux sentinelles armées gardant la porte s’approchèrent de Lleyä avec promptitude.

- Je… m’appelle Camilla, bafouilla-t-elle avec empressement.

Camilla ? Où est-ce que je suis allée pêcher ce prénom sérieusement… pensa-t-elle. Ah si. La Camomille. Camilla. Signifiant dans le langage des fleurs ‘‘l’énergie dans l’adversité’’. Amusant. Peut-être que Tithrandril comprendra le message –qui n’en n’était pas un- ? Alors que son attention était un instant distraite par ses pensées, son visage avait malheureusement trahi l’amusement de son esprit, ce qui alimenta la suspicion des gardes…

- Ôtez votre capuche.

Ah ces hommes exaspéraient Lleyä par la rigueur de leurs compétences évidentes… Sous le masque de l’impassibilité, on devinait sans mal leur capacité à réfréner les envies des belligérants. Plus d’une fois elle avait du fuir en les apercevant dans les ruelles alors que l’herboriste menait ses transactions illégales.
Elle entendit à cet instant l’arrivée tranquille et faussement intriguée de l’elfe. Un garde lui dit de patienter un instant, le temps qu’ils finissent d’inspecter la jeune dame. Il avait gardé un ton neutre, mais nul doute qu’il trouvait Lleyä étrange.
L’hybride exécuta l’ordre donné et dévoila son visage innocent aux soldats qui lui faisaient face. Elle baissa légèrement la tête, rentrant son menton dans une position craintive, et joignit ses deux mains crispées : tout dans sa posture indiquait une inquiétude.

- Levez la tête. Pourquoi venez-vous à cette heure si tardive ?
- Je… j’ai…
- Parlez plus clairement.

Elle fit semblant de s’affermir la voix, et ferma ses bras sur son torse comme pour se protéger de leur présence. Artifice utile cependant.

- J’ai rendez-vous avec une amie à Isinia, parce qu’on s’est pas vue depuis longtemps et elle me manquait donc j’ai pensé à aller la voir mais j’ai pas trouvé de carriole pouvant m’amener alors j’ai fait le chemin à pied et…

Après le laconisme, la peur se muait en un flot de paroles idiotes et pressées… Ruse logique, qui portait ses fruits : le garde exaspéré à se trouver devant une simple d’esprit interrompit sa tirade d’un geste agacé de la main. Si elle avait au premier abord suscité une méfiance excessive, son masque de sotte petite paysanne ne faisait qu’accroitre la lassitude des hommes.

- D’accord, on a compris ! Donnez juste vos affaires à mon collègue pour une inspection de routine.

- Ah oui, excusez-moi, je suis désolée, vous savez, la fatigue du voyage et puis…

- Par ici ! intervint le second garde pour la faire taire.

Il ouvrit son sac et vit ses herbes, quelques habits, des bouts de ficelle, de la corde, et d’autres objets divers. Rien de suspect en fin de compte. Heureusement, il n’avait même pas vérifié ce qu’elle transportait sur elle, c'est-à-dire sa chaîne d’argent, et les potions.
Dans son dos, Tithrandril était lui aussi soumis à un examen similaire, mais le garde qui l’interrogeait semblait avoir hâte de terminer. Sans se retourner, elle attendit que les portes s’ouvrent, et elle pénétra dans la ville.
Les soldats ne devaient pas soupçonner un quelconque lien entre eux.
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Tithrandil le Dim 21 Aoû - 21:13

Tithrandil avançait prudemment, mesurant ses pas tout en essayant de rester le plus naturel possible.
Même si son visage montrait une impassibilité déterminée, il n'était guère rassuré de devoir rentrer dans Isinia, la capitale de Kentan, sur laquelle d'innombrables gardes veillaient...

Lleyä venait de se faire interpeller. Tithrandil tendit l'oreille (tout du moins du mieux qu'il put à cause de ses oreilles repliées) pour écouter rapidement les questions qu'on lui poserait.
L'interrogatoire commença par une classique demande d'identité. A croire qu'ils récitaient tous la même poésie.

Les humains n'ont-ils point d'imagination, se demanda-t-il en esquissant un discret sourire ?

Son visage redevint impassible en un instant : des gardes s'approchaient de lui...

Lleyä avait répondu à la première question par Camilla. Camilla... Encore un nom de fleur ? Sans doute une de ses fleurs favorites... A moins que ce ne soit le premier qui lui était venu à l'esprit...
Puis on lui demanda d'ôter sa capuche.

Un frisson traversa l'échine de Tithrandil. Même si ses oreilles étaient cachées sous ses cheveux, il avait peur que sa malchance se joue une nouvelle fois de lui... Imaginez-vous, vous faire interroger par des gardes à qui on a appris à haïr les Elfes et tout autre race de ce type et en être un vous même, et, en plein interrogatoire, sentir vos oreilles, judicieusement repliées, se déplier jusqu'à arriver fièrement devant le visage desdits gardes... Ridicule n'est-ce pas ?
Il se remémora pour se rassurer la façon dont il avait "masqué" son identité. Il avait d'abord replié ses oreilles. Ensuite caché son sac sous sa tunique d'une telle façon que celui-ci ne soit trop visible. Quant à son bâton, il l'avait à la main, l'utilisant (à contrecœur) pour se déplacer. Ces décisions ne lui faisaient donc craindre que la fouille corporelle...

Il arrivait devant les gardes alors que Lleyä s'exécutait, silencieusement.

Veuillez patienter. Vous passerez après la dame...

Le garde ne plaisait pas du tout à l'elfe. Son visage transpirait la méchanceté. D'ailleurs, il était couvert de sueur... Dégageant une odeur peu accommodante. Tithrandil réprima alors un déplaisant commentaire. Il devait quand même rester en vie, ne l'oublions pas.

De là où il était, et ce malgré les âpres odeurs que ses narines percevaient, il avait une position idéale pour se faire une idée de l'interrogatoire qu'on lui administrerait.

Levez la tête. Pourquoi venez-vous à cette heure si tardive ?
Que pourrait-il répondre à une telle question...
J’ai rendez-vous avec une amie à Isinia, parce qu’on s’est pas vue depuis longtemps et elle me manquait donc j’ai pensé à aller la voir mais j’ai pas trouvé de carriole pouvant m’amener alors j’ai fait le chemin à pied et…
, avait répondu son amie.

Quelle redoutable comédienne, se dit silencieusement Tithrandil. Je devrais peut-être me méfier un peu plus de ses airs amicaux... Nous verrons bien, conclut-il. Il n'avait en effet pas le temps de penser à ça pour le moment. Le maître mot étant : survivre.

Il retourna à sa réflexion. Oui, il pourrait utiliser la visite à un ami... Ou bien à un commerçant... Il devait bien y en avoir des ouverts la nuit, qui sait ? Ou une Auberge tiens... N'avait-il pas entendu lors de son voyage, des marcheurs parler de la Taverne de... de la Taverne... De la Taverne Maudite ! Oui c'est ça. La Taverne Maudite. Tithrandil se rappela de la conversation qu'il avait épié. On y sert un bon ragoût et les chambres ont le mérite d'être pratiques et bon marché.

Lleyä dut ensuite donner et ouvrir son sac devant un autre garde, posté plus loin. On ne lui fouilla pas ses affaires directement sur elle, au grand soulagement de Tithrandil, qui faillit soupirer en conséquence...
Alors que son amie se faisait fouiller son sac, il sentit une pression sur son dos.

Avancez, lui ordonna le garde malodorant.

Il s'exécuta. D'un pas relativement sûr sans non plus être rigide, il s'approcha. Le noueau garde devant lui poussa un soupire à peine perceptible, sûrement de lassitude, et récita son poème :

Déclinez votre identité...
Je me prénomme Verven, avait répondu Tithrandil un peu trop rapidement à son goût. Il prenait attention à ne pas laisser un accent trop présent.

Le garde ne parut pas tiquer, et, continua sans même lui adresser un regard :

Ôtez votre capuche... Et expliquez votre venue à Isinia.

Une fois sa capuche retirée, les doux cheveux de Tithrandil se déployèrent dans le vent. Il semblait qu'ils masquaient ses oreilles. Bien.

Ma venue à Isinia est relativement simple... Je viens chercher une taverne pour la nuit... On m'a parlé d'une taverne nommée...

Tithrandil faisait semblant de réfléchir. Le garde soupira bruyamment.

Ah voilà. La Taverne Maudite... On m'a dit que les lits y étaient plutôt bon marché et le ragoût servi...

Oui oui... Merci. Allez voir mon collègue.

Par ici.

Tithrandil se déplaça vers le soldat qui l'avait interpellé.

Que faites-vous avec ce bâton ? Aucun bagage ?
Mon bâton me sert à marcher plus facilement. Ou du moins, en me fatiguant relativement moins. Et à part une petite bourse de quelques pièces, non, je n'ai pas d'autres bagages...

Le soldat parut satisfait de la réponse. Tithrandil chercha rapidement Lleyä du regard. Elle semblait avoir déjà filé dans la ville.

Vous pouvez circuler, finit le garde en un soupire...

Tithrandil s'avança prudemment vers les portes de la ville. Son cœur battait maintenant à tout rompre et la sueur perlait du son front. Il avait réussi !


Dernière édition par Tithrandil le Mer 24 Aoû - 19:50, édité 1 fois
avatar
Tithrandil
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 487
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 22
Localisation : Aux portes de l'enfer, pour provocation d'admin ! (mais sinon, à la recherche d'un antidote avec Lleyä)

Fiche Technique
Nom: Tithrandil Blad'Nir
Race: Haut-Elfe
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Lleyä Warjan le Mar 23 Aoû - 4:20

Aussitôt les portes franchies, elle s’efforça de s’effacer parmi les brumes dansantes des ruelles tortueuses et obscures. L’elfe la suivrait au bruit mat de ses pas : il fallait bien que de telles oreilles servent à quelque chose non ? Alors qu’elle avançait lestement, elle percevait Tithrandril derrière, aussi s’arrêta-t-elle à quelques dizaines de mètres de l’entrée franchie peu avant en interceptant son ami.

« Bien, apparemment, ils n’ont rien suspecté, murmura-t-elle avec un soupir soulagé. Il faut croire que tu nous portes chance ! »

Un petit sourire de connivence apparut sur son visage, bientôt remplacé par un air plus sérieux.

« Je ne t’ai pas prévenu, mais j’ai… rendez-vous avec une personne à la Taverne Maudite. Je préfèrerais y aller seule, parce que je suis une habituée des lieux donc si jamais il y a un quelconque problème, je peux éventuellement profiter d’une aide… Mais si tu m’accompagnes et qu’advient un accident, tu risques gros… De toute façon, ce sera l’affaire d’une heure ou deux tout au plus. »

Elle réfléchit un instant sur un possible lieu de rendez-vous. Pas la Taverne, c’est évident… L’entrée non plus. Mais quels endroits son compagnon elfique pourrait-il bien connaître ? Il fallait un endroit peu fréquenté mais sûr, éloigné du centre-ville de préférence. Pff, un vrai casse-tête.

« Je présume que tu ne connais guère de lieux à Isinia... Tu as donc ces choix: déambuler dans la ville en mettant sérieusement ta vie en péril, m'accompagner à la Taverne où des regards attentifs remarqueront assurément ta vraie nature au vu des gens peu fréquentables qui y trainent leur carcasse, ou de m’attendre en dehors de la ville. »
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Tithrandil le Mer 24 Aoû - 19:55

Tithrandil avait passé la grande enceinte de la ville. L'inquiétude le rongeait désormais. Si quelqu'un apprenait qu'un Elfe était entré dans la ville...

Il balaya de ses yeux ce qui l'entourait, tout en marchant et essayant de suivre le bruit des pas de son amie. Les bâtisses étaient larges, plutôt hautes, mais sans réel charme. Du moins, comparé aux bâtiments elfiques qu'il avait pu observer étant petit...
Son amie s'était arrêtée. Il s'arrêta à sa suite. Quant à elle, elle commenta leur entrée... furtive, l'air soulagé d'un lourd fardeau.
Puis, elle sourit légèrement, soulevant ses traits habituellement sérieux. Ces traits que retrouvèrent rapidement son visage avant qu'il ne puisse répondre à ce sourire calme et serein.
Cet intermède passé, elle rompit à nouveau le silence :

« Je ne t’ai pas prévenu, mais j’ai… rendez-vous avec une personne à la Taverne Maudite. Je préfèrerais y aller seule, parce que je suis une habituée des lieux donc si jamais il y a un quelconque problème, je peux éventuellement profiter d’une aide… Mais si tu m’accompagnes et qu’advient un accident, tu risques gros… De toute façon, ce sera l’affaire d’une heure ou deux tout au plus. »

Tithrandil était plutôt abasourdi. Son anxiété reprit légèrement le dessus. Mais il se calma alors que Lleyä continuait :

« Je présume que tu ne connais guère de lieux à Isinia... Tu as donc ces choix: déambuler dans la ville en mettant sérieusement ta vie en péril, m'accompagner à la Taverne où des regards attentifs remarqueront assurément ta vraie nature au vu des gens peu fréquentables qui y trainent leur carcasse, ou de m’attendre en dehors de la ville. »

Maintenant il devait choisir ce qu'il devait faire ? Lui qui n'était guère à l'aise dans les agglomérations, il était servi...
Il réfléchit quelques instants.
Sortir de la ville ? Hors de question. Il avait risqué trop gros pour ressortir. Du moins, immédiatement.
L'accompagner ? Qu'irait-il faire dans une Taverne où des gens le reconnaîtraient sûrement ? Même chez les elfes, ces lieux étaient remplis de rumeurs, colporteurs... Et un elfe dans Isinia, quoi de mieux pour alimenter les inintéressantes discussions des habitués ?
Il ne lui restait plus qu'à marcher dans la ville... Qui était également risqué. Mais moins si on considérait qu'il y avait du monde dans cette capitale. Et que risquait-il en restant discret "une heure ou deux" ? Oui... Ca restait la meilleure solution.

« Je... Je pense que je vais me... balader dans les rues... Ce sera plus simple. Nous nous retrouverons ici ? Ou bien autre part ? Comme tu l'as dit, je ne connais absolument pas la ville... Mais je saurais revenir sur mes pas... »

Sa voie n'était pas du tout assurée, et ça, Lleyä le sentirait...
avatar
Tithrandil
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 487
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 22
Localisation : Aux portes de l'enfer, pour provocation d'admin ! (mais sinon, à la recherche d'un antidote avec Lleyä)

Fiche Technique
Nom: Tithrandil Blad'Nir
Race: Haut-Elfe
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Lleyä Warjan le Ven 26 Aoû - 4:52

Lleyä soupira bien qu'elle n'était guère surprise. L'elfe était devenu un compagnon de route, et pour cela elle ne sentait de cœur à l'abandonner à une mort certaine. Aussi reprit-elle d'une voix devenue soudainement plus sérieuse:

« Il reste une autre solution qui… hum, pourrait t’éviter de mourir, enfin éventuellement. Mais à cela s’impose une condition à laquelle tu ne peux pas te soustraire ni aujourd’hui ni jusqu’au jour où tu trépasseras… Un serment sur ta vie. »

Elle évalua le regard de l’elfe dont l’angoisse était parfaitement visible non seulement par les traits tendus de son visage mais aussi par son léger balancement. C’était là une décision qui le concernait, cependant, elle aussi y était engagée au plus au point : car s’il acceptait, l’hybride devenait la garante de son silence et de ce fait la responsable d’une possible trahison… Pas une vie serait menacée alors mais une bonne centaine. Bien qu’elle ait vécu quelques péripéties avec cet être aux longues oreilles, la jeune femme de nature méfiante ne lui avait pas confié toute sa confiance. Mais avait-elle d’autres choix si non celui-ci ?
Elle souffla profondément et proposa alors son idée :

« Je te propose maintenant une solution qui t’éviterait de déambuler au vu de tous, et de profiter d’un moment de répit… »

Lleyä leva légèrement le menton afin que leurs regards ne se quittent pas. Il devait percevoir l’infime menace derrière ses propos…

« Tu peux aller te réfugier durant un temps dans les égouts d’Isinia. »

Avant que l’elfe ne puisse contester à cause de l’odeur nauséabonde et de la saleté des souterrains, elle termina d’une voix dénuée d’émotions.

« Les hybrides accepteront ta présence sur leur territoire si tu ne cherches pas à les suivre pour trouver leur repaire, et si tu ne te montre pas hostile à leur égard. Mais cette protection engage un serment sur ta vie… Et si tu viens à le briser, je me chargerai personnellement de ton châtiment. »
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Tithrandil le Sam 27 Aoû - 4:16

A ce qu'il venait de dire, sa compagne avait soupiré. Ce geste étonna Tithrandil. Qu'avait-il dit de si particulier ? Mais la réponse à sa question l'angoissa plus que tout. Elle lui proposait de porter un serment... Sur sa vie ?! Qu'allait-elle lui dire de si important ? Avait-il eu raison de lui faire confiance finalement ?
Son... amie, mais l'était-elle vraiment, était dans un sérieux sans faille. La décision qu'elle semblait vouloir prendre paraissait... lourde, non, très lourde de conséquence. Elle souffla bruyamment.

« Je te propose maintenant une solution qui t’éviterait de déambuler au vu de tous, et de profiter d’un moment de répit… »

Mais à quel prix dans ce cas, se dit-il...

Elle leva alors ses yeux déterminés et les piqua dans les siens.

« Tu peux aller te réfugier durant un temps dans les égouts d’Isinia. »

Dans... Les égouts ? Les égouts d'Isinia ? Mais...
Il fut coupé dans ses pensées par une autre phrase de Lleyä, qui était devenue presque... menaçante. Elle protégeait ce lieu, autant (voire plus) qu'elle ne devait protéger la forêt dans laquelle il l'avait rencontrée.

« Les hybrides accepteront ta présence sur leur territoire si tu ne cherches pas à les suivre pour trouver leur repaire, et si tu ne te montre pas hostile à leur égard. Mais cette protection engage un serment sur ta vie… Et si tu viens à le briser, je me chargerai personnellement de ton châtiment. »

Les hybrides ? Territoire ? Repaire ? Hostile ? Protection ? Serment ? Châtiment ?!
Tithrandil ne comprenait plus rien, tout se bousculait dans sa tête. Et il était piégé : dans tous les cas elle lui avait parlé d'une communauté habitant dans les égouts. Il était devenu potentiellement dangereux. Et si Lleyä pensait comme lui, elle savait qu'il ne pouvait plus refuser désormais. Et dans ce cas, cette fille était très rusée. Presque trop pour lui... Mais que lui répondre ?
Son cœur battait à tout rompre...
avatar
Tithrandil
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 487
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 22
Localisation : Aux portes de l'enfer, pour provocation d'admin ! (mais sinon, à la recherche d'un antidote avec Lleyä)

Fiche Technique
Nom: Tithrandil Blad'Nir
Race: Haut-Elfe
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Lleyä Warjan le Dim 28 Aoû - 8:52

Soudain, une nouvelle idée germa dans l’esprit de Lleyä. Une autre solution s’offrait à elle, bien moins lourde de conséquences pour tous les deux. En son activité d’empoisonneuse, nombreux étaient ses ennemis ; mais en son métier de guérisseuse, maintes personnes lui étaient redevables… Un petit sourire naquit sur ses lèvres et brisa la tension accrue durant ces quelques brefs instants.

« Non, il me vient une autre idée. Une certaine personne m’est plutôt redevable et je crois qu’il est temps qu’elle s’acquitte de sa dette envers moi… Bien, faisons ainsi. »

Elle adressa une œillade satisfaite à l’elfe.

« Puisque tu ne cours pas de problème ainsi et que tu n’as pas à y engager ta vie, tu n’as sûrement pas de contestations à formuler… Ah si. Le seul souci serait que cette personne t’affame, mais enfin s’il te traite sans égard, je veillerai à ce qu’il regrette ses actes. Maintenant, suis-moi. »

Lleyä regarda rapidement autour d’elle afin de déterminer le chemin le plus court et le plus discret vers leur destination commune. Quelques secondes plus tard, elle s’était engagée dans une ruelle aux nauséeux relents de pourriture et de décomposition : rien d’anormal pour l’hybride habituée, puisque seul la lie de la population d’Isinia y vivait, ou plutôt y survivait misérablement en trainant deçà-là leur carcasse squelettique vers de rares sources de mets consommables qui auraient été d’ailleurs très peu appétissants aux yeux de la majorité des mortels. Un tel spectacle l’avait tout d’abord horrifiée lorsqu’elle y assista pour la première fois lors de son arrivée à la capitale, horreur qui s’était finalement muée, au fur et à mesure qu’elle saisissait l’ampleur de leur situation, en un ardent désir de rébellion… Mais cela restait une utopie que d’espérer éradiquer la pauvreté, elle en avait conscience sans cependant que cela n’entame son indéfectible détermination.
Un hoquet de surprise la tira de ses réflexions.
Lleyä jeta un bref coup d’œil derrière elle pour affirmer que ce fut Tithandril. Elle avait oublié que son ami, de sa nature elfique très attachée à l’harmonie, n’était pas préparé à voir cela. Qu’éprouvait-il à ce moment, devant une telle pauvreté ? Dégoût ? Ou bien pitié ?
Et peut-être, songea Lleyä, peut-être éprouve-t-il de la compassion comme il se doit ?
Elle secoua la tête. Très peu probable pour celui qui n’a pas vécu semblable situation.

Elle continua d’avancer.
Alors que les deux compagnons atteignaient le centre le plus sombre de cette ruelle, une ombre agrippa un repli de sa tunique immaculée, distinguable en dessous de sa cape mouchetée. L’hybride ne sursauta pas car il lui arrivait de passer par là ; aussi ne fut-ce pas la première fois qu’un mendiant quémandait quelque subsistance. Mais cette pauvre personne, Lleyä la savait être un hybride rejeté par leur communauté souterraine pour avoir lâchement abandonné son enfant en fuyant une descente de gardes. Et la jeune fille avait soutenu cette déchéance. L’enfant lui rappelait trop sa propre condition d’orpheline honteuse, pour qu’elle réprime sa colère face à ce père couard.
Et pourtant…
Sans se préoccuper de l’elfe qui l’accompagnait, elle s’accroupit à hauteur de la silhouette en haillons et sortit de sa besace un morceau de venaison séchée qui lui restait de ses escapades en forêt.

« Prends-ça, Orgo » murmura-t-elle en lui tendant la viande.

Puis avant de se relever, elle avança son visage, lèvres près de l’oreille, pour que seul puisse entendre ses propos.

« Tu es peut-être la lie de la société, et même pis, rejeté par ceux qui étaient la famille. Mais tu te dois de vivre la vie qu’elle n’a pas pu mener et achever par ta faute, Orgo. »

Relevée, elle reprit sa marche de nouveau en silence. Une lueur lunaire leur indiqua la proximité de la grande rue. Lleyä bifurqua peu avant de l’atteindre. Adjacente à la rue principale, une voie plutôt bien entretenue menait ceux qui l’arpentaient à la Taverne Maudite, grand bâtiment imposant en grande partie délabrée à cause des nombreuses rixes et autres combats vindicatifs qui y ont eu lieu, à l’intérieur ou même à l’extérieur. Un sourire amusé naquit sur son visage cerné d’ombres quand elle vit les lierres longilignes enserrant la bâtisse comme dans une étreinte passionnée… ou comme par volonté de strangulation : leur aspect particulier –certains l’assimileraient à une matière en décomposition, ou bien à des estafilades causées de moisi- était dû à une potion que Lleyä avait malencontreusement aspergé sur les lierres grimpantes. Sa cible était alors un client ayant voulu lui dérober une potion qu’il n’avait pas acheté au préalable… Le souvenir de son visage soudainement décrépi sous l’effet du liquide acide végétal tira un rictus dégoûté mais satisfait à l’hybride.

« Rabats ta capuche » fit-elle à l’attention de Tithandril.

Elle allongea des pas lestes, trainant dans son sillage l’obscurité de la nuit et celle des rues sombres alors que le crépuscule se voilait de ténèbres. Son visage dissimulé aux regards examinateurs des rares passants comme celui de l’elfe, ils arrivèrent enfin devant la bâtisse.
Lleyä s’approcha de Tithandril, jusqu’à ce que leurs capuches respectives se touchent.

« Je vais entrer maintenant, attends-moi là. Cet… ami t’hébergera le temps que je mène mes affaires. »

Elle soupira en s’apprêtant à franchir le seuil de la taverne. La jeune fille solitaire qu’elle était n’aimait pas trop la compagnie, alors une taverne bondée d’une clientèle hétéroclite… Malgré son aversion, elle était devenue une habituée de la maison ; selon certains aspects, elle pourrait même affirmer que Manuel Bors –le propriétaire- était un ami, ce qui était relativement faux. Non, elle le qualifierait de client ou bien alors d’ami d’intérêts. Après tout, bien des amitiés étaient fondées sur les profits que pouvaient en tirer les deux partis…
Maintes fois il l’avait aidée, en exigeant une compensation pour cela : une remise sur les commandes qu’il passait. Lleyä songea au client qui avait essayé de la rouler la dernière fois : il avait fourni une bourse vide en guise de payement et donc l’herboriste l’avait laissé repartir avec un poison efficace au lieu du filtre d’amour demandé au départ. A cette heure, sans doute son cadavre pourrissait-il en compagnie de sa chère et tendre.

Elle se décida finalement de pousser la porte en bois massif faisant office d’entrée et aussitôt le brouhaha caractéristique des salles bondées de monde lui parvint, ainsi que les effluves odorants mêlant nourriture appétissante à l’alcool de basse qualité.
Elle ignora tout cela, ses pas se dirigeant vers le bar où Manuel astiquait des choppes en verre, comme à son habitude. Il avait remarqué son arrivée, évidemment : le maître des lieux notait chaque personne entrant dans sa taverne, gravant leur visage au cas où une jouxte éclaterait. Ainsi il pourra exiger un dédommagement conséquent. Nul ne le lui refuserait : il suffisait d’un bref examen visuel pour vous ôter toute envie de confrontation avec ses muscles développés. A moins d’être assurément confiant. Ou bien suicidaire.

« Manuel Bors, le salua-t-elle d’une façon taciturne.
- Bonsoir, lui répondit-il sans lever le regard.

Elle se pencha imperceptiblement afin de dévoiler son pendentif à la seule vue du tavernier. Il esquissa un fin sourire de connivence.
- Tu n’as pas besoin de cela. Trois mois sont largement suffisants pour reconnaitre ta seule voix.

Elle lui adressa une œillade amusée.

- Les habitudes n’excusent pas le manque de prudence, mon ami. »

Bors ne releva pas sa remarque, préférant lui laisser cette maigre victoire. Il la questionna plutôt sur la raison de sa venue, ce à quoi elle répondit dans un murmure :

« Le Lys mène ses affaires nocturnes…. Le mouron des oiseaux a lieu ce soir. »

Elle avait installé avec Manuel un code oral, faisant appel au langage des plantes. Si le lys signifiait la Mort, et donc par prolongement les activités d’empoisonneuse de Lleyä, le mouron des oiseaux avait pour signification le rendez-vous, l’entrevue. S’il était relativement simple de connaitre ce langage floral, le nombre de personne l’utilisant ou même le comprenant était étonnement restreint.

« Mais avant cela, j’ai une faveur à te demander.
- Qui est ?
- Murin peut-il prendre un soir de congé ? Enfin quelques heures de repos…
- Peut-être. »

Lleyä connaissait assez Manuel pour comprendre ce qu’il attendait. Elle glissa une main sous le rabat de sa besace et en sortit une fiole en cristal emplie d’un liquide légèrement violet. Elle le lui passa discrètement.

« Pas de problème dans ce cas » conclut-il.

A ce moment, Murin, l’hybride asservi par Manuel, revint au bar, les bras munis d’une multitude de choppes où subsistait un fond de bière –ou un liquide n’ayant pu rester dans le gosier du client-, d’assiettes encrassées par la nourriture huileuse et de couverts sales. Son ascendance naine lui conférait la force et l’habileté nécessaire pour pouvoir transporter tant de vaisselle sans tituber ou renverser sa cargaison.
En passant à côté de Lleyä, il lui adressa une œillade méfiante, suivie d’un hochement respectueux de la tête quand il l’eut reconnue.

« Le nain, t’as ta soirée » lâcha Bors sans le regarder.

Interloqué, Murin ouvrit de grands yeux ébahis. Sans doute n’avait-il pas eu de congé depuis longtemps, comprit Lleyä avec amusement.
Elle lui murmura :

« Un de mes amis patiente à l’extérieur. Malheureusement je ne peux pas l’héberger pour la nuit… J’étais assez embêtée tu vois, car c’est une personne pour qui j’ai beaucoup d’estime. Puis j’ai pensé à toi, celui qui avait… hum… expié ses fautes… »
Elle avait insisté sur ses derniers mots afin de raviver les souvenirs de Murin ; car elle avait sauvé son honneur –et pas que ça-, il lui était redevable…
La mine étonnée puis allègre du nain avait fait place à celle de l’acceptation morose. Son patron ne lui offrait pas un temps de repos par bienveillance, mais par intérêt. Acquiesçant, il sortit, en marmonnant dans sa barbe fournie. Assurément des injures.

« … encore arrivé, terminait Manuel alors que l’attention de son interlocutrice était distraite.

Elle marqua un instant de surprise, moment furtif n’ayant pas laissé de trace sur son masque facial impassible. Des derniers mots du tavernier, elle devina la teneur de ses propos : son client n’était pas encore arrivé. Satisfaite, elle gratifia l’homme d’un sourire discret, puis orienta sa marche furtive vers sa place habituelle, une table pour trois, située dans un coin sombre où l’on pouvait guetter les entrées sans paraître trop scrutateur. Un poste de surveillance en somme.
Soudain, elle marqua un arrêt.
Une femme y était assise.
Non qu’une personne puisse provoquer tant d’étonnement chez l’hybride, mais cette femme-ci possédait une… aura particulière qui éveillait l’instinct prudent de Lleyä. Elle pourrait paraître chétive, cependant, l’examinateur attentif remarquerait le regard assuré et la confiance distinguable en sa façon de se tenir sur une chaise fragile.
Voilà.
Toute chose à sa proximité semblait bien fragile. Même l’homme bourru qui riait aux éclats non loin, ignorant –à cause de sa buverie alcoolisée- toute règle de méfiance….

Lleyä haussa un sourcil agacé en cherchant une autre place, d’où elle pourrait surveiller les entrées. Mais sa première impression sur la nombreuse clientèle présente ce soir-là se confirmait malheureusement : les quelques places libres restantes l’obligeraient à côtoyer les rires gras et remarques paillardes des hommes soûls… Ou alors elle devrait forcer sa témérité à s’assoir à côté de cette femme étrange.

Elle claqua de la langue, insatisfaite par sa malchance : plus le temps d’hésiter, elle était restée bien trop longtemps debout au beau milieu de la salle. Lleyä s’avança vers la femme attablée, en ayant pris soin de se reconstituer un masque d’impassibilité, tout en restant avenante. Il ne s’agissait pas de se faire refouler par l’inconnue…
L’hybride se porta à la hauteur de la table convoitée et releva un peu le bord de sa capuche : ainsi, son interlocutrice pourrait voir ses traits sans remarquer la couleur inhabituelle de ses cheveux. Les dévoiler sous la lumière –même celle tamisée de la taverne- marquerait assurément sa fin… Aussitôt reconnue, les rares soldats venus de restaurer l’arrêteraient. Mais cacher son visage était une faute de politesse, qui risquait d’effiler la méfiance de la femme. Elle ne racla pas la gorge pour attirer son attention ; cela était une habitude des hommes. La subtilité était la nature même des femmes.

« Bonsoir, la place est-elle libre ? » demanda-t-elle d’une voix tranquille.

Si son visage ne trahissait aucune émotion, ses yeux adressaient un sourire amical, maquant la volonté de Lleyä de ne pas chercher d‘ennuis à la femme. Car la gente féminine avait pour règle instinctive de communiquer par gestes discrets, ciblés…
Tout à l’heure, lorsqu’elle marchait vers cette table, elle avait eu le temps de dresser un bref examen de la femme : ses regards fréquents vers l’entrée supposaient qu’elle attendait une personne, impatiente mais confiante. Si aucune arme n’était visible sur elle, nul doute qu’une lame ou que quelques dagues étaient dissimulées à la vue de la populace, cela était évident. La femme était une combattante, cela se voyait par son maintient.

L’enfance de Lleyä lui avait permis d’acquérir le don de deviner qui savait se battre. Après tout, pour survivre elle avait longtemps pratiqué le vol, à l’étalage ou de bourses. Aussi était-il infiniment utile de déterminer si votre prochaine victime saurait vous attraper, et vous coller une bonne raclée. Et celle inconnue-ci savait se battre.

Alors qu’elle menait ces réflexions, la femme devait être en train de lui soumettre un même examen. Elle attendit que leurs regards se croisent puis, misant sur la similitude de leur situation, elle ajouta d’une voix seulement audible par son interlocutrice :

« De même que vous, j’attends la venue d’une personne, aussi pensai-je que cela ne vous dérangerait pas de partager la table en attendant ? Quand celle dont je guette l’arrivée viendra, je mènerai notre conversation au dehors de la taverne… »

Mais si la personne attendue par l’inconnue pointait son nez en premier ? songea l’hybride. Sans doute, Lleyä sortirai aussi.
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Cassandra le Lun 29 Aoû - 9:01

Décdidemment, Mildane n'a pas la gratitude de se montrer souvent en cette caverne.
Et si le vieil homme l'avait trompée ? Il n'avait pourtant pas l'air de s'être joué d'elle....


La vampire fit tourner distraitement le vin dans son verre. La porte restait close, malgré les regards fréquents qu'elle y jetait.
Cette femme avait intérêt à avoir des informations.
Cassandra se reprocha soudain son manque de patiente. Elle avait fait la promesse de ne pas toucher un cheveu de Mildane. Elle la tiendrait. De toute manière, nul doute que la femme en question savait se défendre.
Une lame d'argent dans les cheveux.

Et nul doute qu'elle avait appris à combattre ceux de son espèce.
Un autre regard à la porte assura l'elfe vampire que personne n'était entré.
Mais lorsqu'elle tourna la tête, une personne se trouvait au milieu de la pièce. Et malgré sa silhouette protégée d’une cape et sa tête encapuchonnée, elle devina que c'était une femme.
D'où est-elle arrivée ?
Aucune importance. Elle détourna ses yeux de nouveau vers la porte. Elle n'allait pas l'interpeller de suite. Il faudrait d'abords s'assurer de son identité.
Où y aller de suite ? Nan. Cassandra avait patienter deux jours, quelques minutes n'allaient pas la tuer.
Si, lorsqu'elle enlèverait son capuchon, elle portait un lame d'argent...

«
Bonsoir, la place est-elle libre ? » Dit l'inconnue d'une voix posée, une lueur amicale dans les yeux.
Cassandra tourna la tête. C'était belle et bien la femme qui entrait dans la salle quelques instants plus tôt. Elle avait relevé son capuchon, et cela permis à la vampire de confirmer un de ses doutes : ce n'était pas Mildane. Ses yeux étaient foncés. Et ils exprimaient autant de méfiance que de sympathie.
Un bref examen de cette jeune femme s'imposait de lui même : son visage encore un peu juvénile et aux traits délicats masquait une âme ayant grandit peut être trop vite. Quelque chose chez elle portait à la confiance. Mais cette jeune femme avait aussi un côté plus sombre, et il fallait s'en méfier. Ce n'était sûrement pas pour rien qu'elle portait ce capuchon dissimulant ses traits. La vampire portait le même sur elle d'habitude. Mais aucun vampire n'allait se pointer ici.
Tout dans l'allure laissait à penser que cette femme savait se battre, et était sûre d'elle.
Elle ne chercherait pas d'ennuis à Cassandra du moment que celle-ci faisait de même.
Et qui sait le genre d'ennuis qu'elle pourrait m'apporter. Bah, une personne de plus ou de moins...

La vampire releva la tête, et elle regarda l'inconnue dans les yeux. Et se rendit compte que cette femme avait sûrement prit le temps de l'examiner comme Cassie avait fait.
«
De même que vous, j’attends la venue d’une personne, aussi pensai-je que cela ne vous dérangerait pas de partager la table en attendant ? Quand celle dont je guette l’arrivée viendra, je mènerai notre conversation au dehors de la taverne… »
Cassandra se rendit aussitôt compte de son manque de vigilance. Ses oreilles étaient-elles bien masquées ?!
Elle remplaça de suite par une moue sympathique son expression paniquée, et se passa la main dans les cheveux, les replaçant pour bien cacher ses oreilles. La vampire fit passer cela pour un tic nerveux, car elle répondit juste après, non sans avoir eût un discret hochement de tête.
«
Une agréable compagnie ne serait pas de trop. Je ne vois pas beaucoup de femme en ce lieu... Je vous serai reconnaissante de vous joindre à moi. De plus, c'est une bonne place pour scruter les entrées... »

La jeune femme la scruta encore un moment avant de prendre place, se méfiant sans doute de ces paroles amicales en ce lieu... Inhospitalier ? Mais aucun moyen de le deviner, l'inconnue affichait un masque impacible.
Il était impolie de demander ce que celle-ci venait faire ici. Elle comme Cassandra ne poseraient jamais ce genre de question. Ou n'y répondait.
Rien de mieux pour installer une relation de confiance immédiate suivit d'un petit meurtre !
Comme le silence s'installait, Cassandra remarqua que la jeune inconnue la regardait toujours. Puis elle sembla remarquer son verre toujours rempli.
Il était peut-être temps de dire quelque chose, nan ? Avant que des questions indiscrètes ne soient posées, et laissent un malaise derrière elles.
«
Jolie taverne» - dit la vampire un rien sarcastique.
Comme aucune réponse ne lui parvint - cette inconnue en face n'était pas du genre à faire des détours. A part pour se protéger, sûrement. - elle reprit.
«
Puis-je vous demander vôtre nom ?
»
Aucune parole ne suivit.
Mais bien sûr idiote, donnerai tu ton nom ici ?


Quels sujets de conversations leur restait-il ? La pluie et le beau temps… Ou bien Mildane. Cassandra avait noté le ‘’elle’’, et non ‘’il’’ qui faisait attendre l’étrangère.

Cassandra laissa transparaître un regard désolé.
«
Excusez mes question indiscrètes, je ne suis pas au meilleur de ma forme.
»
Comme elle s'ennuyait, la vampire regarda distraitement les deux pendentifs au cou de l'attablée. Où avait-elle bien pût voir ce pendentif en forme de pomme autrefois ? Sûrement une illusion ! Des pommes, on en voyait partout.


Elle devrait gagner un minimum la confiance de cette jeune femme pour lui demander cette information à propos de Mildane. J’aurais mieux fait d’éviter les questions indiscrètes de suite, nan ?
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Lleyä Warjan le Mer 31 Aoû - 5:32

[HHP/ heu ne sachant si les jurons étaient tolérés, je les ai laissé dans ce poste ci dessous... Informez-moi si je dois éditer ^^/ HHP]

Parce que le silence devenait gênant autant pour Lleyä que pour sa compagne de tablée, cette dernière lâcha une remarque sans trop d’intérêts. Pour lancer une conversation peut-être ?
Enfin l’hybride jugeait quelque peu puéril d’y répondre par des propos qui auraient pu la trahir, d’autant plus qu’elle ignorait l’identité de celle à ses côtés. Une femme, guerrière, sûrement pas une habituée… Mais rien d’autre. Au moins, cette étrangère était polie. Ah, détail à ajouter à la liste : il s’agissait d’une étrangère, car Lleyä n’avait jamais vu son visage dans les ruelles des bas-fonds… Et que ferait une noble ici ?

La femme lui demanda son nom, question à laquelle l’hybride hésitait à répondre. Serait-il mieux qu’elle lui révéla sa vraie identité ? Ou serait-il plus avisé de mentir ?
Tout comme elle, l’inconnue devait mener son propre fil de réflexions. Lleyä la dévisagea de nouveau sans trop d’ambages -son humeur n’était que bien peu versée dans la politesse excessive ce soir- pour constater que la femme lui retourna un regard désolé.

« Excusez mes question indiscrètes, je ne suis pas au meilleur de ma forme. »

Lleyä aurait qualifié cette « indiscrétion » de maladresse plutôt, mais cela ne l’embarrassait pas. Aussi songea-t-elle à rassurer son interlocutrice de manière moins franche :

« Rien de grave j’espère ? fit-elle avec un fin sourire. Il serait plus juste que je m’excuse de mon silence… taciturne, des pensées occupent mon esprit. »

Cela disant, elle lui tendit une paume amicale :

« Je mentirai en vous révélant un nom... ma capuche rabattue est assez éloquente je pense pour ne vous expliquer plus en détail mes raisons à ce silence. Appelez-moi comme bon vous semblera, j’y suis accoutumée. Et vous… »

Elle n’acheva sa phrase.
Le grincement mat caractéristique des chaises en bois usé s’éleva dans l’air quand soudain un des hommes attablé devant les deux femmes se leva. Un angoissant sentiment d’urgence naquit dans le cœur de Lleyä sans qu’elle n’en sache la raison… ou du moins pas encore. Car cet homme à la carrure développée n’observait pas les deux femmes, mais l’hybride. Son regard détaillait chaque parcelle de son corps, plissant les yeux tel un fauve guettant sa proie dans la nuit, afin de percer les ténèbres profondes crées par sa capuche rabattue sur son visage à demi dévoilé.

Car il s’était levé, un voile oppressant de tension s’était abattu dans la taverne, que tous en aient peu ou prou conscience…

Lleyä comprit dans un éclair de lucidité : cet homme avait un doute sur son identité. Si elle laissait transparaitre sa soudaine terreur affluente, elle se compromettrait. Aussi esquissa-t-elle un sourire gêné comme si elle était dupe et naïve au point de croire que cet homme la reluquait.
Derrière ce dernier, elle distinguait Manuel toujours en poste derrière son comptoir. S’il ne la regardait pas, comme si ces scènes présageant une rixe lui étaient familières –ce qui devait être vrai dans une certaine mesure après tout- un pli songeur barrait son haut front.
En constatant cela, Lleyä fut vraiment terrorisée : Manuel était un homme qui ne laissait jamais transparaitre ses sentiments lors de telles situations car cela pourrait l’engager dans d’inextricables problèmes alors engendrée. L’hybride savait qu’il tenait à rester –ou à sembler- neutre, afin que sa Taverne continua à marcher ; c’est pour cette raison qu’il demandait une compensation à chaque demande d’aide de la part de Lleyä. Et grâce à ça, la Taverne avait essuyé maintes rixes et problèmes pour finalement ouvrir de nouveau ses portes à de nouveaux clients. Si le bruit courrait que son propriétaire était un homme bien subjectif… eh bien cela marquerait la fin de sa taverne.

Donc ce pli frontal était un réel signe de mauvais augure.
Qui était cet homme qui l’observait depuis maintenant de longues minutes ? A son tour, Lleyä se décida à l’examiner lui aussi ; ce n’était que pure justice après tout. Vêtu sombrement mais sans que cela n’attire l’attention, chaussant des bottes confortables de voyageur, et à la similitude de l’hybride, il portait une cape épaisse sur ses épaules larges et son visage était recouvert d’un masque laissant entrevoir que ses yeux. Assurément, il savait se battre. Enfin il était simple de conclure cela ; le manche d’une épée était visible parmi les replis de son vêtement simple.
Elle eut beau le dévisager, rien ne lui permit de formuler quelque conjecture à son sujet.
Quoique…
Attablé devant une table où reposaient deux choppes de bière, un autre inconnu accompagnait celui qui ne cessait de la regarder. Ce second personnage était plus singulier que le premier : de même habillé de noir, son visage était zébré de cicatrices faites par différentes armes. Lleyä reconnu la trace du tranchant d’épées, la morsure d’un feu, l’ecchymose laissée par un poing, puis une plus étrange, une plaie purulente et bleuâtre certes pas en voie de guérison… ce n’était pas une blessure faite par une arme dite ordinaire. Grâce à son œil exercé d’herboriste, Lleyä devina que ce fut la marque d’un acide concentré.
Bleuâtre… ?

Elle avait déjà vu pareille plaie.
Elle se revit vendre à l’un de ses mystérieux clients une fiole de liquide pourpre… de l’embla. Plante rare qu’elle avait du aller chercher aux abords du territoire elfique –mauvais souvenir d’ailleurs- et dont l’extraction de l’acidité était particulièrement harassante et difficile. Elle avait donc vendu à prix d’or cet acide de haute qualité à un client qui l’avait intriguée. A chaque entrevue, il avait changé d’apparence, -il avait même pris celle d’une femme !- mais Lleyä avait deviné qu’il s’agissait de la même personne : démarche, voix… tout cela était caractéristique à chacun.

Bref, elle avait oublié cette commande depuis un moment… Mais nul doute, la blessure de l’homme assis était une de ses œuvres. A moins que ce ne fut un autre herboriste. Cependant, Lleyä avait quelques doutes là-dessus : un empoisonneur capable de fournir de l’acide d’embla ne courrait pas les rues. Et dans le cas où celui-ci aurait existé, elle en aurait su l’existence. Après tout, elle avait bâti sa sombre renommée en battant ses concurrents.

Soudain, l’homme masqué fit un mouvement vers elle. Craintive, elle recula d’un pas pour constater qu’il avait jeté quelque chose sur la table : une petite fiole en diamant au bouchon en forme de lys éclos.
L’une de ses fioles qu’elle n’utilisait que pour les acides particulièrement corrosifs et puissants. Comme pour l’acide d’embla.
Merde !
Elle n’avait pu réprimer un rictus de terreur.
Démasquée.
Seule, elle ne pouvait battre ses deux hommes en pleine possession de leurs moyens.
Elle ne pouvait déployer sa chaîne dans un espace aussi restreint.
Et il ne lui restait que des poisons et des remèdes dans le sac.
Pas un seul acide efficace.
Fuir…
Il lui fallait fuir !

Ses intentions durent se lire sur son visage car l’homme masqué s’avança soudainement vers elle. Lleyä l’esquiva en se baissant et glissa dans l’espace laissé à découvert.
Fuir… !
Elle ne se préoccupait plus des questions de discrétion.
Atteindre la porte !
Alors que sa main allait tourner la poignée, elle pressentit la présence d’un homme.
La porte tourna sur ses gonds.
Fuir !
L’air frais de la nuit souffla subitement sur son visage, faisant ainsi tomber sa capuche. Ses longs cheveux ambrés et blancs glissèrent doucement sur ses épaules.
Là, il n’y avait plus de doute sur mon identité…

Elle se rua à l’extérieur.
Comment fuit ces deux hommes –voire plus maintenant qu’elle était démasquée- sans les amener au repaire des hybrides ? Elle y songeait en courant à perdre haleine dans le dédale tortueux des ruelles d’Isinia.
Soudain, on la plaqua au sol.
Elle laissa un hoquet de douleur en percutant la terre glacée avant de penser à se débattre. Mais celui qui l’entravait était bien trop costaud pour elle !

« Alors le Lys est prisonnier des ronces ? » lança une voix derrière elle.

L’hybride tourna la tête vers cette voix, son souffle rauque se mêlant à celui qui la maintenait fermement au sol. Il la serrait trop fort… Elle sentait sa tête tourner au fur et à mesure que l’oxygène quittait ses poumons… La voix devait être celle de l’homme masqué.

« Tu ne nous connais sûrement pas…continua l’homme debout. Mais nous savons qui tu es.
- Encore des fans ? railla Lleyä sarcastiquement d’une voix rauque.
- Esclaffe-toi maintenant, car je ne pense pas que tu riras quand ton corps pendra sur un gibet.
- On n’exécute pas les criminels pour si peu… » souffla-t-elle avec un sourire carnassier.

L’acolyte du masqué la releva brutalement, avant que ce dernier le prenne la relève en la plaquant violemment contre le mur de la ruelle. Ce faisant, un sinistre craquement s’éleva et Lleyä hurla de douleur. Son bras avait été démis…

« Oh je vais me faire un plaisir de lister toutes tes victimes… Tiens, il y a de cela quelques jours, un homme a porté plainte contre toi, car tu as tué sa femme en l’arnaquant.
- Peut-être ai-je peu de mœurs, eut-elle la force de répliquer dans un chuchotement, mais je n’arnaque personne. Il ne m’a pas payé, alors il m’a remboursé d’une autre manière. »

L’homme la gifla avec force. L’hybride fut projetée à quelque distance, s’écroulant sourdement sur le sol, à demie-inconsciente. Elle sentit néanmoins deux bras la soulever et l’emmener vers une destination… certes pas inconnue.
La prison.
Ou pire?
avatar
Lleyä Warjan
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 421
Date d'inscription : 01/05/2011
Age : 23
Localisation : Aux alentours d'Isinia

Fiche Technique
Nom: Lleyä Warjan
Race: Sang-Mêlé
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur http://terres-de-wyrd.forumsgratuits.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Cassandra le Mer 31 Aoû - 10:02

Cassandra regarda la jeune femme.
Depuis que cet homme était entré, elle semblait soucieuse... Non pas soucieuse, plus qu'affoler même.
Bien que ces traits n'en montrent rien, ses yeux lancaient, quant à eux, l'alarme.
Soudain, l'homme laissa tomber une fiole sur la table de bois. Cassandra faillit se boucher les narines. Ce n'était sûrement pas de l'eau qu'il y'avait eût là-dedans... Elle fusilla l'homme du regard. Mais celui-ci n'était pas d'humeur à lui accorder un regard.
Et c'était sûrement celle à côté d'elle qui avait remplie cette fiole de verre...
D'ailleurs, celle en question venait juste de se lever pour partir en courant. Un petit footing nocturne ?

La vampire regarda le tavernier, et celui-ci avait l'air plus que soucieux. Allait-elle vraiment faire la chose stupide à laquelle elle songeait ?
Un peu de distraction ne ferait pas de mal. De plus, la fiole sur la table agrémentait cette habitat d'un doux parfum. Et puis, elle commencait à s'ennuyer ici.
Et elle s'était aussi reconnu quelque peu en cette jeune personne...
Cassandra sorti tranquillement de la taverne. Claqua la porte derrière elle.
Elle entendit des bruits de pas à quelques rues seulement... Puis s'élenca.
Pendant plusieurs minutes, celle-ci se perdit dans les ruelles, recherchant la "disparue".
Mais lorsqu'elle la trouva... La vampire s'arrêta net.
Tandis qu'un homme la maintenait à terre, un autre regardait autour d'eux.
Tu es peut-être vampire, mais ces deux lourdingues semblent trop costauds pour être chippés.
Bien décidée à savoir où ils allaient, elle leur emboîta le pas.
Mais ils se dirigeaient vers une sorte de grand batîment , une prison peut-être ? Ou peut-être pas. Peut-être était-ce une décoration plantée ici - magnifique comme toute cette ville ?

La fille au pendentif de pomme avait paru plutôt rusée. Elle s'en sortirait... Et elle saignait.Mon dieu, cela fait à peine quelques jours que je me suis nourrie et je suis incapable de me contrôler... Quelle pacotille embêtante! Mais tout de même délicieuse...
Et puis ce ne sont pas mes affaires !
Cassandra tourna le dos, et commenca à repartir en sens inverse. Elle intercepterai sûrement le rendez-vous de la ... La quoi ? Il avait semblé à l'ancienne elfe percevoir la couleur ambrée de ses cheveux blonds.
Ainsi, la cape s'expliquait doublement.
Mais il fallait qu'elle en ai le coeur net.
Tu ne vas pas risquer ta vie pour ça, tout de même ?! Après tout, qu'est ce qu'elle vaut vraiment ?
C'est en se posant cette question existentiel que Cassandra tourna une nouvelle fois les talons.


Dernière édition par Cassandra le Ven 23 Sep - 6:58, édité 1 fois
avatar
Cassandra
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 151
Date d'inscription : 09/06/2011
Age : 22
Localisation : Héhé devant mon ordi :)

Fiche Technique
Nom: Cassandra de Nymidël
Race: Vampire
Classe: Rôdeur

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Tithrandil le Sam 17 Sep - 18:54

Un sourire étrange apparut sur le visage de son amie.
Un drôle de sourire qui eut tout de même l'effet de rompre toute tension trop importante.

Elle avait une nouvelle idée. Dans tous les cas Tithrandil ne pouvait rien proposer d'autre… Il ne connaissait rien à cette ville, son seul appui étant la jeune femme, qu'il ne connaissait pourtant que depuis peu de temps.
Cependant, au vu de l’œillade sympathique qu'elle lui adressa, elle semblait bien plus satisfaite de ce choix. Ses prochaines paroles lui confirmèrent l'idée qu'il avait en tête : il ne pouvait contester cette idée. Il voulut lui adresser quelques mots, mais, avant qu'il ne puisse ouvrir la bouche, Lleyä avait déjà emprunté une des ruelles adjacentes.

« Sa rapidité… Son énergie… Elle veut ma mort… », pensa-t-il, en secouant doucement la tête de droite à gauche.
Il s'avança derrière elle dans la rue étroite.

Dès qu'il y fut rentré, de très désagréables odeurs lui parvinrent au nez. Ci et là, des… choses pourrissaient, et, près des bâtiments, des hommes pâles et squelettiques l'observaient. Un hoquet de surprise le prit, attirant un regard de Lleyä qui s'empressa de regarder devant elle.
Celle-ci fut agrippée par une main sale et dégoûtante. Tithrandil s'arrêta à une petit distance d'elle, alors qu'elle s'accroupissait. Il ne distingua pas les paroles qu'elle tint avec l'inconnu, mais lui donna tout de même quelque chose. De la nourriture ? Il ne saurait dire précisément.

« Comment les humains peuvent-ils accepter une telle misère dans leur pays ? Pour leur peuple ? »

Un vaste sentiment de pitié l'envahit. Certes, même chez les elfes la misère existait, mais elle ne se résumait pas à ça ! Du moins, à partir des faibles informations fragmentées de son enfance dont il se souvenait…

Lleyä se releva et tourna la tête pour regarder rapidement où ils se situaient et continua à avancer. Elle bifurqua rapidement, Tithrandil la suivit. La nouvelle rue qu'ils venaient de prendre était bien plus propre que la précédente. Il retint un soupir de soulagement. Ils longeaient maintenant un bâtiment dont l'enseignement était suspendue à une petit barre de fer. Tithrandil distingua, grâce à la lueur de la lune, "La Taverne Maudite". Curieuse coïncidence.

Un petit sourire serait né si Lleyä ne lui avait pas ordonné de rabattre sa capuche.

« Les affaires reprennent… »

Elle s'approcha de lui et fit toucher sa capuche contre la sienne.

« Je vais entrer maintenant, attends-moi là. Cet… ami t’hébergera le temps que je mène mes affaires. »

Tithrandil lui fit comprendre qu'il avait compris en hochant silencieusement la tête.


Étant rentrée dans la Taverne, il était seul.
Il s'adossa contre la bâtisse et se décida d'attendre, espérant seulement que son entretien ne durerait pas…


***

Tithrandil réfléchissait. Cela faisait un bon quart d'heure qu'elle était rentré e toujours rien. Son coeur battait plus vite que la normale : il était stressé.
Quelques minutes encore et un bruit retentit dans la Taverne. Des voix fortes, des bruits de combats… La porte s'ouvrit alors violemment, et une silhouette encapuchonnée en sortit (la cape de Lleyä ?), suivie par deux hommes. Tithrandil n'en revenait pas. Avait-il confondu ? Non, il ne pensait pas. Alors qu'il se décida enfin à avancer, la porte se rouvrit sur une autre figure sombre. Plus svelte. C'était à coup sûr une femme. Elle partit dans la direction de son amie, sans même faire attention à lui. Oui… Il n'y avait sûrement qu'elle pouvant s'attirer d'une telle façon les foudres de tout un quartier. Du moins, de ce qu'il avait pu observer dans son comportement.

Il marcha à sa suite et arriva devant un immense bâtiment. Qu'il ne connaissait pas, bien entendu. Caché dans l'ombre d'une maison, il vit la femme comme prise pas différent parti. Plusieurs fois, il la vit tourner les talons et revenir sur ses pas. C'était sûr, elle l'amènerait à son amie.
En espérant qu'elle ne le voit pas le suivre...
avatar
Tithrandil
Expérimenté
Expérimenté

Messages : 487
Date d'inscription : 20/02/2011
Age : 22
Localisation : Aux portes de l'enfer, pour provocation d'admin ! (mais sinon, à la recherche d'un antidote avec Lleyä)

Fiche Technique
Nom: Tithrandil Blad'Nir
Race: Haut-Elfe
Classe:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entrée de la ville

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum